Afrique « L’évolution du monde des agents est vraiment paradoxale », affirme Jean-Willy Ngoma

Isidore AKOUETE

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain https://www.africatopsports.com




Jean-Willy Ngoma est un agent belgo-congolais qui  travaille avec plusieurs joueurs dont Odion Ighalo. Sans langue de bois, il nous parle de son métier, où les règles sont parfois transgressées. Ngoma livre notamment un éclairage édifiant sur l’évolution de son métier.

 

Africa Top Sports – Quel regard portez-vous sur l’évolution du monde des agents ?

L’évolution du monde des agents est vraiment paradoxale, parce qu’aujourd’hui la licence d’agent n’existe plus donc ça permet à tout le monde de devenir agent ce qui est assez compliqué, parce que tu as beaucoup de personnes qui ne sont pas compétents qui font ce métier. Mais ok je pense que le plus important c’est d’accompagner le joueur de la meilleure des façons. Quand vous faites ce métier, vous devez faire passer leurs intérêts avant les vôtres et surtout donner le maximum pour que le joueur puisse avoir la meilleure situation dans son club en terme de contrat, en terme de confort, en terme de cadre sportif aussi et je pense qu’il faut faire partie de ce métier, avoir une expérience pour pouvoir mieux les accompagner.

 

Africa Top Sports – Pourquoi retrouve-t-on désormais plusieurs agents sur un même transfert ?

C’est Parce qu’aujourd’hui les clubs justement mandatent d’autres agents pour pouvoir négocier à leur place; ce que je trouve un peu difficile à gérer, parce que si vous avez un client et que le club vous demande de pouvoir le représenter et représenter le club et votre client ça devient très compliqué parce que là, vous avez un conflit d’intérêt et je pense que ça pourrait avoir une meilleure collaboration aussi au plus en effort. Au plus on a la chance de pouvoir faire des deals et on s’associe à des agents au plus les portes sont ouvertes parce qu’on n’avait pas accès à tous les clubs.

 

Africa Top Sports – De combien de joueurs vous occupez-vous à l’heure actuelle ?

On est une structure et donc, on s’occupe à peu près de 15 joueurs, moins et plus beaucoup plus sur des collaborations de joueurs avec deux agents qu’on aide justement à trouver des solutions. Donc on s’occupe de vraiment beaucoup de joueurs. Je pense que le nombre serait assez difficile à établir, mais dans notre structure à nous, il y a une quinzaine de joueurs.

 

Africa Top Sports – Comment définiriez-vous la nature de votre relation avec vos joueurs ?

Elle est totalement transparente, elle est extrêmement professionnelle. On essaie de s’impliquer dans leur vie, on essaie de s’impliquer dans les projets qu’ils peuvent avoir dans le football, on essaie au mieux de préparer leur après football. Elle est très transparente avec beaucoup de respect et d’humilité. C’est vraiment ce qu’on a envie d’apporter, c’est beaucoup de transparence et leur faire comprendre aussi qu’il y a une vie après le football et qu’il faut la préparer au mieux.

 

Africa Top Sports – Quelles sont donc les qualités nécessaires à l’exercice de cette profession ?

Je pense que la qualité nécessaire, c’est l’abnégation, la discipline et ne pas avoir peur d’échouer, parce que faire un deal c’est exceptionnel ça veut dire que vous avez pu convaincre une personne de vous faire confiance et ça n’a pas de prix… Je crois qu’il faut avoir beaucoup d’abnégation pour faire ce métier.

 

Africa Top Sports – Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier ?

Les avantages c’est que vous travaillez pour vous-même, vous pouvez gagner beaucoup, vous pouvez très bien gagner votre vie, et les inconvénients c’est que vous travaillez pour les autres, vous êtes au service des autres, vous voyagez beaucoup et vous avez très peu de temps pour votre famille.

 

Africa Top Sports – Quelques conseils pour quelqu’un qui aimerait se lancer ?

Les conseils que je pourrais donner à une personne qui veut se lancer, c’est de pouvoir faire confiance à la nouvelle génération, de commencer avec un jeune auquel on croit et de structurer sa carrière. C’est très difficile de pouvoir les récupérer les garçons qui sont déjà confirmés parce que vous n’êtes pas vous même confirmer, donc je pense que c’est mieux de commencer avec un jeune en qui l’on croit et de l’amener à ses objectifs et en ce moment-là, le reste vient naturellement. Je pense que le tout est de pouvoir être sérieux et de pouvoir bien sûr avec un peu de chance que le jeune soit talentueux et de bien sûr choisir les bons projets qui vont l’amener à pouvoir se développer.


Articles récents