Afrique Algérie : La réaction forte de Belmadi, après le nul, face au Burkina Faso (Vidéo)

Jacques PEKEMSI




L’Algérie a été contrainte au partage des points, ce mardi, par le Burkina Faso, dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires du mondial 2022. A la fin de la partie, Djamel Belmadi, le sélectionneur des Fennecs, a fait part de ses regrets. 

Les Fennecs ont été freinés mardi, par une solide équipe du Burkina Faso. Mahrez et ses coéquipiers, ont trouvé des Etalons bien engagés, en face. Même si les Fennecs, ont tout de même, réussi à porter leur invincibilité en cours, à 29 rencontres sans défaite, les joueurs de Djamel Belmadi, qui menaient au score en tout début de rencontre, ont fini par céder.

«On est tellement habitués à aller toujours en conquérant, avec cette idée de l’emporter, de prendre les 3 points, même à l’extérieur. C’était l’objectif encore pour ce match-là. Il ne nous a pas manqué grand-chose. La première période a été assez accomplie, à sens unique, où justement on aurait dû peut-être tuer le match. On a eu les situations pour mener 2 ou 3-0, chose qu’on n’a pas faite. A cause de plusieurs raisons : on n’a pas été assez chirurgical, pas assez tueur sur nos situations», a reconnu le sélectionneur de l’Algérie, à la fin de la rencontre.

«En seconde période, on a mal démarré, avec le frein à main. On a eu 15-20 minutes de temps faibles, où on s’est montré assez fébrile. C’est là où le Burkina Faso a repris un peu de l’allant, l’envie d’aller marquer, on leur a donné cette possibilité. Le football est fait de temps forts et de temps faibles, donc quand il y a des temps forts, il faut être tueur, et on a eu ce gros temps fort en première mi-temps. Quand on a ces temps faibles, il faut être solide. On a manqué de solidité, qui jusqu’à présent nous a permis d’obtenir les résultats que l’on connaît. C’est un vrai gros point de travail, il faut revenir à ça», a ajouté le technicien, dans une vidéo diffusée, par la Fédération algérienne.


Articles récents