Afrique football La Chronique de Yves de Fréau : Des questions sur le football togolais, des fleurs pour le représentant botswanais

De Freau




Avant toute chose, le bilan des clubs représentant leurs différents pays dans les compétitions de la CAF, Ligue des champions et Coupe de la Confédération, lors du premier tour des préliminaires, achevé le week-end des 18 et 19 septembre dernier. Première chose remarquable, l’énormité de l’échec du Togo et d’une ville, Kara, dont les deux représentants, sont déjà effacés des tablettes de ces challenges. L’équipe championne, l’Association Sportive de la Kozah (Asko), laminée, 3-0, à l’aller à Moronvia, par  le  LPRC Oilers du Liberia, n’a pu faire au retour à Lomé qu’un résultat nettement insuffisant, 2-1. L’impensable, lors de la même soirée dominicale du 19 septembre 2021, a été le calice ingurgité aux populations togolaises, à travers l’ASCK du Togo, par l’ASAC Concorde de Mauritanie, jusqu’à la lie, 4-0. Un score humiliant, mais en plus, qu’il vient d’être infligé par un club mauritanien, venant de nulle part. Forcément, ça interpelle la gestion, l’organisation et même le sens donné au championnat d’élite du Togo.

Togo : une sélection inexistante et des clubs qui échouent en préliminaires du 1er tour

Ce pays qui en vérité, a beaucoup de peines à sécher les larmes de la capitation de sa sélection par Claude Le Roy, dont le cadavre -de ladite sélection- hante quotidiennement les esprits nationaux, et se permet au premier tour, à peine des préliminaires des compétitions africaines des clubs (Asko et ASCK), de ne plus exister ! Sur cette question et celle du championnat togolais, on a cru lire quelque part, que beaucoup de malversations l’empêchent même de respirer. Et puis, il se dit que, une minorité de présidents de clubs (membres de FTF mêmes), au lieu de se soucier du travail et de l’évolution de leur formation, passent à côté. Conclusions, la corruption s’est invitée dans le jeu, surtout au niveau de l’arbitrage, épaulé par de véreux commissaires aux matchs. Ainsi, sur toute la surface togolaise, et que ce soit en première ou en deuxième divisions, c’est l’argent qui dicte les règles sur les terrains. D’où les éliminations précoces, le même dimanche de ce qu’ils prétendent là-bas, les deux meilleurs de leur championnat de première division. Une véritable hécatombe !

Alors, face à la dégradation de ce qu’il se passe au Togo, la décence demande sportivement que le Chroniqueur tourne la tête juste d’abord, du côté de ses voisins naturels. Et étant donné que le destin a placé ce pays, comme situé au nord par le Burkina-Faso, au sud par le Golfe de Guinée, à l’est par le Bénin et à l’ouest par le Ghana, toute explication est possible. Les yeux écarquillés, toute la planète saura, qui du Togo ou des autres, qui paressent en football, et qui de ses voisins…naturels, destinés à se mettre à contre-courant de l’émancipation ? Du moins, en matière de…football. Juste ! L’étude globale, des résultats obtenus par chacun des représentants des pays voisins du Togo, donne pour le pays des Hommes Intègres, une double défaite de l’AS Sonabel face au Stade Malien, 1-0 sur ses propres installations, puis 3-0, à Bamako, en Ligue des champions. Le même Burkina-Faso, au niveau du premier tour des préliminaires de la Coupe de la Confédération, a su tirer son épingle de jeu, en éliminant le club ivoirien, FC San Pedro par l’ASFA Yennenga, 0-0, puis 2-1.

Au Ghana, un seul club présenté en Ligue des champions, Hearts of Oak, qui était face au Club Industriel de Kamsar de Guinée, 2-0, a réussi à se tirer d’affaire. Tandis que le Bénin, que ce soit Esae FC en Ligue des champions, et Buffles FC en Coupe de la Confédération, ce fut l’échec total, devant respectivement FC Nouadhibou de Mauritanie (1-1 et 2-0) et l’AS FAR Rabat du Maroc (3-1 et 0-0). Pour le reste, on retient une longue liste de formations abusées en Ligue des champions, à l’instar, bien sûr de l’Asko du Togo, et d’autres clubs encore, comme le Messager de Ngozi FC (Burundi), KMKM SC (Tanzanie), l’AS Arta Solar 7 (Djibouti), Mogadishu City Club (Somalie), Bouenguidi Sports (Gabon), Nyasa Big Bullets FC (Malawi), DFC 8ème Arrondissement (Rép centrafricaine), Young Africans (Tanzanie), Fasil Kenema SC (Éthiopie),  Tengueth (Sénégal), Akwa United (Nigeria), Uniao Desportiva Do Songo (Mozambique), Fovu de Baham (Cameroun), Fortune FC (Gambie), FC Platinum (Zimbabwe, Zesco United FC (Zambie), Express SC (Ouganda) et Akonangui FC de Guinée Equatoriale.

L’ASCK du Togo qui chute en C2 et le Botswana qui se sent fier d’Orapa United

Un second inventaire moins reluisant, pointe une autre liste de formations, qui ont chuté eu Coupe de la Confédération, parmi lesquelles, l’infortunée ASCK de Kara. L’Association Sportive des Chauffeurs de la Kozah, s’est laissée sur-dominée, 4-0, par un adversaire totalement inconnu, l’ASAC Concorde de Mauritanie. Qui s’était fait tout petit à l’aller, et bien terrorisé, 0-3, à Lomé. Seulement, et contre toute attente, la remontada subie par le vice-champion du Togo, par ces Mauritaniens, est déjà gravée dans toute l’Afrique pour l’éternité. L’histoire retient l’humiliation d’un club qui en championnat national, écrasait tout. Dominait tout, puis apprend à Nouakchott, à se faire ridiculiser (4 buts à 0). Au delà de l’ASAC Concorde de Mauritanie, d’autres clubs vainqueurs, lors du premier tour préliminaire, sont à relever.

Il s’agit de l’US Ben Guerdane de Tunisie, en passant par l’AS FAR Rabat (Maroc), Diambars FC (Sénégal), Bayelsa United (Nigeria), ASAC Concorde (Mauritanie), AZAM FC (Tanzanie), URA FC (Ouganda), Al Ahly Merowa (Soudan), Marumo Gallants FC (Afrique du Sud), Orapa United (Botswana), Diables noirs (Congo-Brazzaville), Red Arrows FC (Zambie), AS Kigali (Rwanda), Binga FC (Mali), ASFA Yennenga (Burkina Faso), Biashara United Mara (Tanzanie), Al Ahli Tripoli (Libye), CFFA (Madagascar), au GD Interclube d’Angola. De ces clubs qui ont réussi à l’examen du premier tour des préliminaires retour de la C2 de la CAF, l’heure est venue aux clubs togolais représentant en cette année 2021, de se poser une question : si le Botswana, avec son club Opara United, est au second tour des préliminaires, comment les sommités politiques et sportives du Togo, se sont, elles, arrangées pour échouer ?

 


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *