Afrique football Patrice Neveu (Gabon) : « Il n’y a pas à crier au scandale sur l’égalisation »



En conférence de presse, le coach du Gabon, Patrice Neveu n’est pas passé par quatre chemins concernant la polémique sur l’égalisation de son équipe à la 90e minute (1-1).

 

Journaliste – Au sujet de la polémique et l’égalisation

Nous avons eu beaucoup d’indisponibilités avec Aubameyang et Lemina, donc on a commencé en 3-5-2. On a eu parfois la maitrise du jeu mais pas suffisamment sur la première mi-temps, on aurait pu être plus entreprenants sur la phase offensive, pour les déstabiliser. Ils sont venus une fois chez nous et ils mettent une belle frappe. En deuxième période je suis passé en 4-3-3 pour aller chercher le but et égaliser.

Mes joueurs sont restés concentrés et les Ghanéens ont baissé de régime. Une action on peut toujours la commenter négativement mais il y’a un arbitre qui dicte les lois, vous avez tous vu que leur gardien a mis du temps à relancer et il a pris un carton jaune. Le foot c’est un jeu avec des règles et l’égalisation est tout à fait logique, et il n’y a pas à crier au scandale de ce côté là.

 

Journaliste – C’est toi qui dit aux joueurs de jouer la touche ?

Dix minutes auparavant j’ai observé qu’ils essayaient de gagner du temps, tu peux le faire de part ton gardien, et un moment ils ont sorti le ballon sur une simulation de faute déjà, et sur la deuxième le joueur a joué, je ne vois pas ou il y a un problème.

 

Journaliste – Malgré l’absence de plusieurs de joueurs, vous arrachez le match nul

Il manquait beaucoup de joueurs, mais certains jeunes joueurs qu’on a récupéré montent en puissance, le Ghana ne nous a pas dominé dans le match, ils ne sont pas venus nous déstabiliser en défense.

Nous on a manqué de précision dans nos dernières passes. On est toujours au mental, car on est toujours amputé de joueurs et d’autres soucis. Avec mes joueurs on est toujours obligés de batailler.

 

Journaliste (Ghana) : Sur le « manque » de fair-play de ses joueurs

J’ai beaucoup de respect pour votre pays, le mot fair-play c’est un mot anglais, mais nous n’avons pas de leçon a recevoir du Ghana, il y a un arbitre qui est là pour porter son sifflet à la bouche s’il ne faut pas jouer, l’arbitre a vu comme nous la simulation. Il ne faut pas vouloir inverser la tendance, mes joueurs sont allés chercher ce match nul et c’est mérité.

 

Journaliste – Les raisons de l’absence d’Aubameyang et Lemina

Ils ont passés les test PCR qui étaient négatifs, et après ils ont fait la deuxième batterie d’examens et il semblerait que les deux y’a un soucis. J’étais au téléphone avec le docteur de la sélection et de la CAF et ils m’ont dit de ne pas les faire jouer, car leur santé doit primer, j’ai pris mes responsabilités. Je pense qu’on va faire une contre expertise, mais c’est comme ça.

Le virus fait qu’il laisse des résidus et que à la lecture [des IRM]… Aubameyang et Lemina n’ont pas de problèmes cardiaques, mais il se peut que le covid ait laissé des déchets, ça a été sage de ne pas les faire jouer et on a suivi le protocole.

Non on n’a pas douté, on savait qu’on allait avoir des occasions, nos joueurs ont des qualités, et ils ont été capables de perforer leur défense, il fallait être patients, et logiquement on est allés chercher le point qu’il nous fallait.

Il reste 4 jours [avant le prochain match] j’espère récupérer les joueurs absents [Aubameyang et Lemina], parce qu’on en a vraiment besoin d’eux. Heureusement que la CAF a donné la possibilité de prendre 28 joueurs car sinon j’aurai été dans l’incapacité de tenir. Ce virus est tenace, moi même je l’ai eu et il est parti en 2 jours.*

 

Journaliste – L’impact sur le mental et la tactique de perdre Aubameyang et Lemina

Oui ça a un impact sur les qualités de l’équipe, mais depuis 3 ans j’ai réussi à former un groupe, pas parfait dans la tactique etc, mais ça avance. Pierre [Aubameyang] voulait absolument jouer, mais le docteur m’a dit que c’était impossible, et j’ai demandé à son papa d’intervenir pour qu’il reste dans sa chambre.

Il faut prendre les matches comme il arrivent, on s’améliore au niveau du jeu c’est évident, mais il est important de prendre des points pour nous.

 

Journaliste – Sur l’égalisation

Chaque équipe a ses forces et ses faiblesses, on sait que les frères Ayew c’est une grande force du Ghana, on sait que l’équipe ghanéenne alonge son jeu, donc je savais qu’en changeant de système on allait les déstabiliser, on a eu deux ou trois occasions, mais en restant en 3-5-2 on aurait pas pu [revenir] il fallait changer de tactique.


Articles récents