Cameroun Dégradation de la pelouse du stade de Japoma : Un expert explique et accuse



Marc Yinda est un spécialiste du gazon de nationalité camerounaise. Il a été impliqué dans la construction et l’entretien de plusieurs pelouses du Cameroun dont une réalisée en prévision de la CAN 2021. Il déclare que la dégradation du terrain du grand stade de la capitale économique du Cameroun ne l’a pas surpris. Pour lui, l’entreprise qui a implanté le gazon n’a pas respecté le process. L’expert dénonce aussi l’indifférence des autorités en charge de l’organisation de la CAN face à ses alertes. Interview.

Qu’est-ce qui pose problème sur  l’aire de jeu de Japoma qui n’a quand même pas accueilli beaucoup de matches ?  

C’était prévisible. Depuis la construction de cette pelouse par la société GREGORI, nous avons relevé plusieurs imperfections qui ont été signalées jusqu’au niveau du ministère des sports et de l’éducation physique. Il fallait qu’on change le gazon et le substrat car le gazon du stade de Japoma est posé sur un substrat sableux. Or ayant employé une seule graminée, il a manqué peut-être aussi le premier entretien. Par conséquent, le gazon n’a pas bien adhéré et les racines ne se sont pas bien implantées dans le substrat.  Par conséquent, la résistance du gazon n’était pas fondée. Nous avons prévenu qui de droit que le gazon de Japoma va poser un problème dans les jours, les années à venir. Comme tout est politique, personne n’a voulu nous entendre.

Pourtant les autres stades qui abritent la CAN n’ont pas de problèmes…

Avant que vous ne me contactiez, j’étais en conversation avec le responsable de SPARFEL, la meilleure société de France spécialisée dans la pose du gazon. C’est elle qui a posé le gazon du stade annexe de la Réunification de Douala. J’ai eu le privilège  de travailler avec elle sur ce projet. J’étais d’ailleurs le seul Camerounais. La société GREGORI qui a posé le gazon de Japoma a aussi construit la pelouse du stade d’Olembé. Mais là-bas, elle a rectifié le tir en mettant le paspalum plus adapté à notre climat. Normalement, il est compatible avec le cynodon qui rend le gazon compact. C’est GREGORI qui a posé la pelouse du stade de la Réunification et là aussi, son travail est raté. La chance que l’on a c’est qu’on n’y joue pas beaucoup. Si on le fait, l’état de son terrain ne sera pas différent de celui de Japoma.

Peut-on restaurer la pelouse de Japoma avant la fin de la CAN ?

Ce ne sera pas possible à cause de la forte sollicitation du terrain. Les matches se suivent et cela ne permet pas à l’aire de jeu de se reposer. Le gazon ne peut pas se régénérer dans ces conditions. Il va seulement falloir attendre la fin de la Coupe d’Afrique des Nations pour le refaire. Pour les matches qui restent à jouer, ceux qui assurent l’entretien là-bas en ce moment devront beaucoup aspirer avec la tondeuse rotative, arroser en espérant que le système d’arrosage ne soit pas défectueux. Avec un bon entretien ce ne sera pas visible. Le gazon peut ne pas être bien, mais s’il s’affiche au niveau du visuel cela veut dire que son état est catastrophique. Le fait que le stade de Japoma soit entièrement couvert empêche également la photosynthèse normale du gazon et impose des études approfondies pour refaire la pelouse du stade de Japoma. Pour cela, je propose encore une fois l’entreprise SPARTEL qui a une grande expertise en la matière. Elle est en ce moment en train de parfaire la pelouse du stade d’Ebimpe en Côte d’Ivoire ratée par une entreprise chinoise. C’est la pelouse sur laquelle Lions Indomptables du Cameroun et Eléphants de Côte d’Ivoire se sont affrontés il y a quelques mois dans le cadre des éliminatoires de la prochaine Coupe du Monde.

 


Articles récents