Afrique football Patrice Beaumelle/Max Gradel (Côte d’Ivoire) : « L’Algérie reste un géant d’Afrique […] donc ça va se jouer sur les détails »



En conférence de presse d’avant match, Max Gradel et son sélectionneur Patrice Beaumelle savent que la tache ne leur sera pas facile face à une Algérie aussi en difficulté dans cette compétition de la Coupe d’Afrique des Nations 2021. Devant la presse, ils croient néanmoins dur comme fer pour une possible qualification à l’issue d’un choc prévu ce jeudi au stade Japoma.

Journaliste – La finale avant la finale?
Je pense que depuis le début de la compet, à chaque fois il y a des finales, ça sera un match important autant pour l’Algérie que pour nous, même si l’autre match de la poule sera aussi électrique. Toutes les équipes à la veille de ce match de poule peuvent se qualifier.

Journaliste – 4 points ça assure pratiquement une qualification, votre stratégie pour demain, face à une équipe qui est obligée de gagner?
On est tous contraints de faire des calculs, même si dans nos approches en tant que compétiteur, on souhaite s’occuper de nous-même et avancer dans ces qualifs, 4 points a priori on, a des chances de se qualifier mais les équipes de la poule n’ont pas toute la chance de se qualifier; si y’a 6 équipes plausibles, y’en a que 4 qui passent, donc il y aura un tirage au sort. Le plus important, c’est de préparer notre match. Peut être que ce soir ça sera différent. La seule chose, c’est quand on est sûr d’être qualifie, c’est quand on peut aborder le match dans une pression moindre. Ca peut peut-être crispé puisque l’Algérie doit absolument gagner demain.

Max Gradel – Vous avez croisé l’Algérie 3 fois en CAN quel souvenir et quels sont vos impressions sur cette équipe ?
C’est l’une des favorites dans ce tournoi, et à chaque fois qu’on les a croisé, on savait que ça allait être des matches importants; la situation du classement du groupe nous importe peu, car peu importe cela il est important pour nous de faire un grand match, demain sera un match important entre deux grandes nations.

Journaliste – Sur la pelouse Japoma qui a causé l’erreur du gardien
J’ai revu cette action plusieurs fois bien sûr, c’est un manque de concentration sur cette fin de match. La CAN c’est avant tout de la concentration. Je pense que cette partie du terrain est un désastre, mais j’ai dit que le terrain était correct avant le début, match après match, quand vous utilisez le terrain c’est difficile de garder un terrain optimal. On a beaucoup appris sur cette action de but, sur les détails, le talent n’est pas suffisant, la détermination, la concentration et la consistance également doivent primer.

Journaliste – Max Gradel, quelles seront les clés?
J’étais sur le banc lors du précédent match, mon équipe a fait les efforts pour gagner ce match, on aurait pu avoir 2 points de plus, mais on a encaissé ce but à la fin contre la Sierra Leone. On doit être focus, on a tiré des enseignements de ce tournoi.
Les clés, c’est simple on doit donner 100% sur tout le match, il faut pas trop penser, ça sera un match important contre une grosse nation, on doit se battre pour notre patrie !

Journaliste – tout le monde pensait que c’était la 1ere et la 2e places entre la cote d’ivoire et l’Algérie
Effectivement vous vous attendiez avec un match de gala, mais c’est ce qui fait la beauté du football, rien n’est prévisible, y’a toujours des circonstances qui font que… On s’est préparé pour les 3 matches, en respectant les 3 équipes, peut être qu’il a manqué cet esprit tueur pour tuer le match. Peut-être qu’aujourd’hui je serais devant pour vous qualifier. C’est ma 7e CAN, et tous les jours c’est un match compliqué, c’est ce qui rend cette compétition magique. Quel que soit l’adversaire, on veut mouiller le maillot, honorer le pays et le maillot. Il faut continuer cette marche en avant, il faut être plus tueurs. Les occasions sont là, et la prochaine fois j’espère qu’on marquera plus de buts pour se rassurer.

Max Gradel – Sur les équipes favorites en difficultés et qui n’arrivent pas à marquer
Le plus important dans un match de foot c’est de se créer des occasions, même s’il faut réussir à les finir, je ne sais pas si c’est de la malchance, tout le monde a de grands attaquants, mais c’est sûr que les défenseurs sont beaucoup plus concentrés, on sait ce qu’on a à faire et on va travailler travailler pour essayer d’améliorer ça !

Journaliste – Le décès du père du gardien
Cet enchainement de défis pour lui et l’équipe c’est très difficile à vivre. D’un point de vue sportif, il s’est forcément senti responsable [du but de l’égalisation encaissé face à la Sierra Leone], rater quelque chose, ça fait aussi partie des grands joueurs, il a montré de belles qualités sur le terrain. Sur cette action, il se fait très mal au genou, il s’est avéré qu’il n’y avait rien de touché niveau ligament. Hier, il s’est entrainé quasi normalement. On veut être sûr que d’un point de vue santé tout est au vert.

Concernant le drame, c’est quelque chose de très difficile, mais au delà de ça, il y a une force dans ce groupe, on l’a appris à 4h du matin, je me suis levé avec des joueurs cadres pour lui annoncer. Mais franchement, je tire mon chapeau au groupe, car on reste focus, on sait où on va, et je crois que ça va nous donner une force supplémentaire malgré ces étapes. J’ai un groupe solidaire, et Badra garde cela en lui. S’il est prêt demain, il a toute notre confiance.

Journaliste – Sur l’état de forme du groupe?
Sur l’état des lieux, Eric est toujours sous contrôle de notre staff médical, il a eu 4 ou 5 points au niveau du crane, il avait de grosses douleurs au niveau de la tête. Il récupère bien, on espère pouvoir compter sur lui, il a passé des tests. Sur Zaha, il a passé des IRM aussi. Sur Wilfried, c’est un choc, rien d’alarmant, quand il est tombé au sol. Ca fait partie de la compet, on peut avoir des blessures. Il faut bien récupérer, j’espère qu’aujourd’hui, tout le monde sera le plus frais possible.

Journaliste – Max, vous êtes le plus expérimenté du groupe, déception après la sierra Léone, votre discours aux autres joueurs?
Oui y’a eu beaucoup de déception, et vous l’avez remarqué sur le visage de ces jeunes là, il était important pour nous les anciens, de leur dire que c’était ça la can et de les rassurer, que si on reste concentrés et soudés, il peut rien se passer de grave.

Journaliste – Vous avez analysé les deux matchs de l’Algérie, votre ressenti sur les deux prestations des verts
Oui on a bien-sûr analysé tous les matches, je suis resté en tribune, pour voir le match contre la Guinée Equatoriale. C’était un beau match. Si l’Algérie n’a pas réussi à marquer, c’est qu’elle a été déjouée, par une équipe de talent. Elle a joué de malchance aussi, car elle a eu beaucoup d’occasions, c’était deux équipes qui ont posé des problèmes, bien préparées, athlétiques, tout cela explique la chose. Le fait d’avoir quatre troisième qui passent, ça donne des matches plus serrés. L’Algérie reste un géant d’Afrique avec des joueurs de talent, donc ça va se jouer sur les détails.

Max – rituel ces confrontations contre l’Algérie, revanche contre l’Algérie
C’est vrai que Côte d’ivoire-Algérie, ça commence a être une habitude, c’est une grande nation du football africain, c’est bien de jouer ce genre de match pour la CAN. Je n’aime pas parler de revanche, on aurait gagné ou pas, demain on a envie de gagner. Revanche, je n’y pense pas trop, mais c’est clair la motivation y est, et demain quoiqu’il arrive il faut gagner les 3 points.

Journaliste – Comment abordez ce match?
Je pense que ce sont des grands match, si on veut grandir, avancer il faut des matches clés, car il va y avoir beaucoup de pression et d’enjeu, et c’est ces matches là qu’il faut jouer, être capable de bien aborder ce genre de rencontre, pour gagner en confiance, se rassurer se sentir plus solide. On a fait 99% des choses très bien, contre la Sierra Leone, il faut juste corriger ce 1%. Je ne m’occupe que de mon équipe. Si on veut grandir c’est ces matches là qu’il faut aborder et gérer. Il n’y a pas de revanche comme l’a dit Max, en 2015 on a gagné 3-1, en 2019, la Cote d’Ivoire perd aux tirs au but. On est prêt, y’a une motivation autour de ce match.

Journaliste – Pas de large score, des matches qui se sont joués sur des petits détails, pire scenario et meilleur scénario pour vous ?
Chaque match, les détails sont importants. C’est la fraicheur physique et mentale et la détermination qui seront importants. C’est ce qui peut faire des différences.
C’est difficile de le dire, le pire scénario, c’est qu’avec 4 points ne pas être qualifiés demain soir, le meilleur serait de continuer à progresser faire un 3e match encore meilleur, moins d’occasions mais plus efficaces. Si avec une occasion, on l’a met au fond, je prends. On manque cruellement d’efficacité, on travaille sur le dernier geste, d’avoir l’esprit tueur, cette agressivité, cette détermination. Ce n’est jamais fixe une équipe.

Max – Y’aura pas de pire scenario possible demain, on va se qualifier.

Journaliste – L’Algérie favorite, mais si la Côte d’Ivoire fait tomber l’Algérie serait un rêve pour la suite?
Comme vous devez le savoir, chaque match nous le jouons pour le gagner, peu importe qui on affronte. Nous avons tellement de joueurs compétiteurs. On n’est pas dans les calculs, je m’en fiche de cela, nous avons juste à jouer pour gagner.

Propos recueillis par la journaliste, Dounia MESLI , Twitter : https://twitter.com/Mesli_Dounia


Articles récents