Afrique football CAN 2021: le rêve d’une 5éme étoile du Ghana vire au cauchemar

Ghana 1000 CAN 2021


Battu par les Comores (2-3) mardi dernier, le Ghana sort dès la phase de poules de la CAN 2021. Une élimination inédite, qui contraste avec le rêve d’une 5éme étoile annoncée avec fanfaronnade, avant le début de la compétition.

 

La 5éme étoile du Ghana en phase finale de CAN n’est pas pour l’édition 2021. Sevré de titre continental depuis 1982, l’année de son dernier sacre, la sélection ghanéenne a voyagé sur le Cameroun avec l’ambition d’ajouter une 5 éme étoile à sa tunique. Mais voilà qu’ après seulement trois sorties, les poulains du président de la GFA (Association Ghanéenne de Football), Kurt Erdwin Okraku, plient bagage pour rentrer à la maison.

 

Un pire parcours depuis sa première participation

Quadruple vainqueur de la CAN, (1963, 1965, 1978, 1982), le Ghana a honoré cette CAN 2021 à sa 23 éme participation. Alors que les joueurs soutenus par les premières autorités du pays, les membres de la GFA et l’opinion publique nourrissaient l’ambition de mettre fin à 40 ans de disette dans cette CAN, le Ghana voit son rêve se briser. En effet, après une entame ratée face au Maroc (1-0), le Ghana n’a fait mieux qu’un match nul contre le Gabon (1-1) pour sa deuxième sortie. La rencontre face aux Comores du mardi 18 janvier, s’apparentait comme une dernière chance pour la bande à Milovan Rajevac de lancer enfin sa compétition. Mais ils ont malheureusement trébuché face à une valeureuse équipe des Comores (2-3). Une défaite, qui l’élimine et qui illustre le niveau de la sélection dans cette CAN camerounaise.

Avec 1 point et une dernière place dans la poule C, c’est le pire bilan d’une participation ghanéenne en une phase finale de CAN. Aussi, c’est une première élimination au premier tour d’une phase finale de CAN depuis 2006. Avec 3 points au compteur, les Black Stars du Ghana ont quitté prématurément la compétition. Excepté l’édition de 2019 où il avait été éliminé en huitième de finale, le Ghana a été au moins dans le dernier carré d’as sur ses 6 dernières participations à la CAN. Finaliste notamment en 2010 et en 2015.

 

Un état d’esprit pas à la hauteur

Bien pâle, la formation ghanéenne n’a jamais été en mesure de réagir dans cette compétition. Au niveau de l’état d’esprit, les Black Stars ont montré un visage piteux, en témoignent les errements et les écarts de comportements affichés par André Ayew et Benjamin Tetteh à la fin de la rencontre face au Gabon. Des protestations, des frustrations, des agacements et des agissements aux antipodes de la discipline, qui illustrent à bien des égards l’impuissance du Ghana dans ce tournoi.

 

Des limites tactiques perceptibles

Sur le plan technico-tactique, le 4-3-3 mis en place par Milovan Rajevac a révélé ses limites. Les Black Stars ont éprouvé beaucoup de difficultés à exister dans cette compétition. Avec un bloc défensif érodé et une animation offensive très perfectible, le Ghana n’a jamais été en mesure de surprendre ses adversaires. Habituellement caractérisé par une rigueur défensive et un jeu léché résolument tourné vers l’avant, le jeu ghanéen s’est révélé très incohérent. Des lignes assez disparates, un bloc équipe poreux et des actions solitaires infructueuses, voilà à quoi se résume la prestation du Ghana dans cette compétition. Comment peux t-il en être autrement si les individualités notamment : André Ayew, Jordan Ayew, Thomas Partey censés porter l’équipe n’ont pas été au rendez-vous ? Pombés sans doute par un état de forme physique laborieux, ces stars ghanéennes ont manqué tout simplement d’inspiration.

 

Une préparation tronquée

Cette débâcle du Ghana peut être également expliquée par une préparation catastrophique, avant le début de la compétition. Tout comme la plupart des autres sélections, le Ghana a été contraint à beaucoup de soucis dans sa préparation d’avant tournoi. En effet, la mise au vert au Qatar n’a duré qu’ une semaine avec un groupe incomplet, en raison des cas de Covid-19 et du retard accusé par certains clubs européens pour libérer les joueurs. Conséquence, Milovan Rajevac n’a pas eu assez de temps pour peaufiner son dispositif tactique, ni pour travailler les repères et les automatismes de ses joueurs. Aussi, la sélection ghanéenne n’a disputé qu’un seul match amical, avant le tournoi. C’était face à l’Algérie ou André Ayew et les tiens ont été malmenés (3-0). En clair, cette CAN 2021 est à oublier rapidement par les successeurs d’Abedi Pelé ou encore d’Anthony Yeboah. Ils devront rapidement se remettre dans le sens de la marche, avant d’aborder les play-offs des qualifications de la Coupe du Monde Qatar 2022 en mars prochain.


Articles récents