Cameroun Mondher Kebaier (Tunisie) : « Nous allons opter pour une animation offensive »



Le sélectionneur tunisien Mondher Kebaier a dévoilé sa stratégie contre la Gambie ce jeudi au cours de la conférence d’avant-match tenue mercredi au stade Omnisports de Limbe.

Journaliste – Comment préparez-vous le match contre la Gambie ?

Après la défaite contre le Mali, le groupe a eu une réaction digne de la qualité des joueurs. L’équipe de Tunisie a repris les choses en main. Surtout au niveau de la détermination, l’envie de bien faire. Une réaction d’hommes, de guerriers. Maintenant, on va attaquer le troisième match contre une équipe de qualité, costaude, accrocheuse. Il faut continuer notre progression, monter  petit à petit. L’objectif c’est la gagne !

 

Journaliste – Vous avez été privé de 6 joueurs pour cause de Covid-19 lors du match contre la Mauritanie. Maintenant ce sont 12 membres de l’effectif qui sont indisponibles. Les choses vont être plus délicates…

La Tunisie a pris toutes les précautions nécessaires pour se préserver. Lorsque l’on voit les joueurs vivre ensemble au quotidien, certaines contaminations sont des symptômes. Je ne peux pas parler ni maintenant, ni après de ces conditions difficiles.  Mon rôle en tant qu’entraîneur  en chef, c’est de trouver des solutions à ces conditions difficiles. J’ai pris la décision de convoquer 4 gardiens de buts pour la CAN, plusieurs ont   critiqué ce choix. Je ne veux pas m’attarder là-dessus. Seulement, j’ai confiance  à mes joueurs, au groupe qui va participer demain et va continuer notre courbe ascendante et surtout nous porter à la victoire.

Journaliste – La Gambie est la surprise de ce premier tour. Sera-t-elle votre prochaine victime ?

C’est vrai, l’équipe de Gambie est une équipe accrocheuse. Elle a réalisé de très belles prestations. On a vu ses deux matches. Nous avons pris en compte ses points forts et quelques points à explorer. Nous, au niveau de notre préparation mentale ou technico- tactique on se concentre sur nos points forts. Tout ce qui est adversaire, animation est relégué au second plan. Nous allons nous concentrer sur nos points forts pour faire la différence et si Dieu le veut, remporter la deuxième victoire et continuer la progression individuelle et collective.

Journaliste – Qu’est-ce qui fait la force de votre équipe ?        

Je suis convaincu que l’équipe nationale ne peut réussir qu’à travers un groupe de 28 guerriers solidaires. A partir de là, sur deux matches on a fait participer 20 joueurs de l‘équipe de Tunisie. Cela montre que tout le monde est important, utile. A partir de là, il y a une concurrence que je veux saine. Elle  va amener le joueur à donner le meilleur de lui-même et on devient plus forts sur les plans quantité et qualité.

Journaliste – Vous avez commencé la compétition avec une équipe différente au milieu  de terrain lors de la première rencontre. Vous avez changé totalement lors de la deuxième en mettant justement Slimane et Chalali qui ont apporté beaucoup de jeu, une grosse intensité surtout à l’entame de la rencontre. Allez-vous aborder le match comme cela face à la Gambie ? Est-ce que c’est plus ce changement-là et le discours et l’état d’esprit qui ont fait la différence ? Vous avez beaucoup de cas Covid. Comment jugez-vous cela ? Justement, vous avez fait le choix de faire venir un gardien supplémentaire pourtant vous étiez à la seconde conférence de presse, critiqué au pays. Est-ce que, aujourd’hui, les retours sont positifs puisque vous avez gagné 4-0? Est-ce que vous ressentez quelque chose de plus fort, un engouement chez vous au pays ?

Cela fait deux ans et demi que je suis à la tête de l’équipe nationale tunisienne. L’approche c’était l’instauration de la flexibilité tactique. L’équipe de Tunisie doit être capable de jouer avec une animation à trois ou à quatre. On peut le faire, mais c’est le résultat qui est le plus important. En faisant les analyses de 20-25 matches, je pense que la majorité des choix adoptés par le staff technique au niveau de l’animation a été à 80% positive. Surtout au niveau de l’animation, de la création des occasions de buts, des opportunités. Même au niveau de la qualité du but marqué. Maintenant, dans le parcours, à certains moments on ne réussit pas tout. Parce que nous avons devant nous, des équipes de qualité, des joueurs de  qualité. Eux aussi font la différence à certains moments. Pour le troisième match de notre groupe, nous allons opter pour une animation offensive. L’équipe tunisienne est forte lorsqu’elle joue dans le camp adverse, lorsqu’on est en surnombre. Ensuite, on réagit rapidement pour récupérer le plus vite possible la balle. On va continuer à imposer notre style, notre empreinte de telle façon que nous puissions ouvrir le score et marquer dès le début. C’est certain que le discours a fait la différence sur le plan mental. La réussite vient lorsque l’on est permanent sur les plans technique, tactique, physique et mental.

Propos recueillis par notre correspondant au Cameroun Pierre Arnaud NTCHAPDA

 

 

 

 


Articles récents