Uncategorised Dossier Epervier Dame : SAMA Koudjoukalo Abidé, la motivation naturelle de toujours…



Son histoire est un véritable conte de fée… Une fillette insouciante âgée seulement d’un peu plus de 6 ans, qui s’accroche aux semelles de sa grande sœur, joueuse elle déjà, des Léopards d’Adétikopé, à qui elle veut imiter en toute chose. Ses 10 ans, atteints, la passion du cuir rond de la petite SAMA Koudjoukalo Abidé, s’est bien forgée au point même de faire le choix de son poste, au cours d’un entrainement : « J’ai choisi le numéro 7, autrement dit, ailier », se souvient-elle…

 

Ce qu’il faut retenir, au-delà de la vie sportive de SAMA Koudjoukalo Abidé, ce sont ses études, qui l’ont menée à deux principaux établissements scolaires. En premier,  le Complexe Scolaire la Main de Dieu ; et en second, le Lycée d’Adétikopé, là où elle a su assurer son éducation en tant que fille et poursuivre également sa passion pour le football. Le bilan de son cursus scolaire bien encourageant de la numéro 7, étale en 2018-2019, une classe de seconde A4 au Lycée d’Adétikopé, assortie une année plus tôt de Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) au complexe Scolaire la Main de Dieu. Suffisants pour une femelle, qui allie les études et le football. Et en devenant internationale, ça donne systématiquement, une grande fierté pour sa famille.

Le Togo du football féminin a désormais un grand nom. Parmi ses joueuses en ce temps contemporain, figure une certaine SAMA. L’ailière de 26 ans attire l’attention de beaucoup d’observateurs nationaux et d’autres pays africains et d’ailleurs… Pour avoir marqué le championnat 2021, 9 buts et 13 passes décisives. Elle qui a voulu, à un certain moment, abandonner le football et qui a dû se raviser, grâce à son papa. Morceaux choisis : « Parce que, autour de moi plein de personnes me disent que je joue bien et m’apprécient. Il arrive souvent que des promesses de contrats m’ont été faites et que par la suite, rien ne se passe… Tout ceci a fini par m’agacer et j’ai dit à mon papa que je voulais arrêter le foot ».

Un père qui l’encourage et lui demande de ne pas abandonner…

Les objectifs que s’était assignés l’ailière du club les Amies du Monde, semblent tarder. Elle s’impatientait donc, et son géniteur tout bonnement la retourne à ses amours, en lui disant : « Un jour, Dieu t’ouvrira les portes, continues avec foi et persévérance, le chemin que tu as choisi ». On peut ajouter sur ces lignes que, jamais, le Togo et toute sa population n’ont rêvé aussi tôt que les Eperviers Dames, seraient qualifiées pour la CAN (F) Maroc 2022. Dire que lors de la manche aller à Sao Tomé, SAMA Abide a fait partie des précurseurs et actrices du 5-0 infligé aux filles et dames de cette équipe nationale démissionnaire sur ce coup à domicile, avant le match retour ! Ça  devrait lui rappeler la réponse de papa… Dieu t’ouvrira les portes…

Encore que le premier supporter de SAMA Koudjoukalo Abidé, c’est son père-chéri, ancien joueur qui l’a toujours encouragée, tout comme sa maman et lorsque leur fille vous relate avec un grand sourire et vous assure que, « mes parents ne m’ont rien dit au début, puisqu’ils savaient que j’aime tellement le football et ils étaient obligés de me laisser m’aventurer dans ça », il y a de quoi se régaler avec une athlète de son genre. Une sportive sur-motivée, dont la carrière prend de plus en plus une assise confortable. Avec les Amies du Monde, un titre de champion national, puis un parcours en Ligue africaine des champions.

Des buts et des récompenses plus une qualification pour la CAN

Le premier match disputé par le club togolais, Amies du Monde, est soldé par un score nul 2-2, contre les Onze Sœurs de Gagnoa (Côte d’Ivoire),  auparavant victimes,  elles, du club burkinabé USFA. Sur les deux matchs suivants, le club de SAMA Koudjoukalo Abidé a arraché la qualification pour les demi-finales, aux dépens des filles et dames du Burkina Faso (1-0 puis 0-2) dont le but de l’ouverture griffé…Abide. Le rendez-vous avec les jeunes Togolaises s’est terminé malheureusement face à la solide formation nigériane, Rivers Angeles, 1-5, pour les adversaires. Cependant, les Amies du Monde se sont reprises lors du match de classement face à l’USFA et se sont arrangées pour s’offrir la 3e place de la compétition.

Il est à rappeler que depuis 2017, la numéro 7, devenue internationale, a participé à plusieurs rencontres internationales, autant pour les Amies du Monde qu’aux Eperviers Dames. Et si ses souvenirs la rapprochent au Trophée personnel « Maman Ndanida », son parcours avec l’équipe nationale est sérieusement évoqué. Des rencontres avec les Eperviers Dames, étant rares, elle est tout de même arrivée à épingler 6 sélections, durant ces dernières années. De 2017 à cette année, et déjà en février 2019 elle a participé au Tournoi B à Abidjan en Côte d’Ivoire devant 3 formations nationales, le pays organisateur la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Sénégal. Sans omettre les matchs de préparation du Tournoi B, l’année d’avant, contre le Bénin à Lomé en décembre 2018, et le Ghana à Accra.

Deux participations aux éliminatoires des CAN 2017 et celle de 2022, ont également étoffé le parcours en sélection de l’Epervier Dame et il se fait qu’elle a fait bien partie des protégées de Kayi Tomety dès la première rencontre à Sao Tome. On retient qu’elle a disputé les 45 premières minutes en tant que titulaire. Aussi, faudrait-il récapituler en citant pour cette jeune fille joyeuse, et joueuse, est de nature suffisamment douée, bonne des deux pieds et assidue au travail, à l’image de toutes les actrices qui ont contribué à la qualification des Eperviers Dames pour la CAN (F) Maroc 2022. Autrement dit, que SAMA Abide est sportivement hyper motivée, dévouée et une passionnée de football tout court !

 

Yves de Fréau


Articles récents