Rugby La marque des héros : le Grand Chelem français du rugby



Cette année, l’équipe de France a particulièrement brillé sur les pelouses des Six Nations, en offrant le Grand Chelem (victoire lors de tous ses matchs) : 37 à 10 contre l’Italie, 30 à 24 contre l’Irlande, un remarquable 36 à 17 face à l’Ecosse, un très serré 13 à 9 contre le Pays de Galles et un indiscutable 25 à 13 contre l’Angleterre.

Certains joueurs enchaînent toutes ces rencontres, puis remplissent au sein de leurs équipes locales respectives, pour le Top14 et la Coupe d’Europe. Surtout, de grands joueurs, comme l’arrière du pack toulousain Thomas Ramos, aux 14 sélections en équipe de France, se sont déjà fixé l’objectif d’être prêts pour la Coupe du Monde, tous les quatre ans depuis 1987, l’an prochain, en 2023.  Parmi eux, les Toulousains Antoine Dupont et Romain Ntamack, classés parmi les dix meilleurs joueurs de rugby du monde.

Le club très privé du Top 14

Le top 14 de la saison 2022 de rugby à 15 signe la 123 ème édition du championnat national. Il s’agit de la sélection des 12 premiers de l’an dernier, avec les deux premières équipes de D2, cette année : Perpignan et Biarritz.  Les compétitions entre les 14 meilleures équipes professionnelles se déroulent entre le 4 septembre 2021 et la finale qui se disputera le 24 juin au Stade de France, soit un vendredi, pour recevoir le public en jauge pleine, en raison de travaux sur la ligne du RER. Les demi-finales auront lieu les 17 et 18 juin, à Nice, à 21h05. Autant dire que les bookmakers ne vont pas chômer ! 

Le champion en titre de toute l’ovalie française est actuellement le Stade Toulousain, qui remet son titre en jeu. Ses concurrents directs sont l’UBB (Union Bordeaux-Bègles), Montpellier ou La Rochelle. 

L’Union Bordeaux-Bègles vient de subir un revers important face à La Rochelle, ne pouvant plus prétendre au titre européen. Les pronostiqueurs prévoient que le club bordelais fera tout pour sécuriser sa deuxième place au Championnat, révisant à la baisse ses prétentions face à l’équipe de la Ville Rose (Toulouse). Après un début de saison tout feu-tout flamme, les absences de février ont plombé la dynamique des hommes de Christophe Urios et le club a commencé à enchaîner 8 défaites en 9 matchs !  

Montpellier prend dorénavant l’ascendant au classement général sur l’UBB, sans compter la défaite concédée par les joueurs du Stade Chaban-Delmas face aux Rochelais en huitième de finale de Champions Cup.

La saison de tous les risques pour Bordeaux 

Les Bordelais devront donc résister à la pression de ces différents concurrents et tenir jusqu’aux demi-finales à Nice pour assurer leur seconde place coûte que coûte et cela promet de belles mêlées et démêlées. Avec 62 points, ils conservent cinq points d’avance sur La Rochelle et Castres et ont les meilleurs espoirs d’y parvenir.  Ils affrontent successivement Montpellier, Toulon, Lyon et les Arlequins de Perpignan. Deux blessés : Jalibert et Petti, sont de retour sur la pelouse et c’est de bon augure pour la cohésion du pack. En toute logique, l’UBB ne renonce pas à coiffer sur le poteau le RC Toulouse et à disputer la finale à Saint-Denis!  

Le match Toulouse-Toulon de ce samedi 23 avril au Vélodrome de Marseille sera très significatif pour jauger de la forme des leaders, en attaque comme en jeu défensif, même si le combatif pack de Toulon n’est que 9e au classement actuel.  

Il faudra attendre les matchs de barrage de la mi-juin pour que la mêlée entre les meilleurs s’éclaircisse, avec un avantage certain à Toulouse, sauf éclatante surprise de l’un des outsiders qui pointent : Montpellier, La Rochelle, ou l’UBB quand même ?


Articles récents