Afrique football [CAN 2022] Reynald Pedros/Ghizlane Chebbak : « L’objectif c’est d’aller le plus loin possible »



A la veille du match d’ouverture de cette CAN 2022, Maroc vs Burkina Faso, le coach des Lionnes de l’Atlas, Reynald Pedros et sa capitaine Ghizlane Chebbak ont répondu aux questions des journalistes en conférence de presse.

 

Journaliste – Comment la sélection marocaine se prépare-t-elle a abordé cette CAN et le premier match ?
Reynald Pedros – Ca fait maintenant quasiment un mois qu’on est en préparation pour la CAN, donc je dirais qu’on a hâte d’y être, que les joueuses sont prêtent et qu’on a hâte d’entrer dans la compétition pour pouvoir jouer cette CAN.

 

Journaliste – Comment vous sentez-vous à la veille de votre match d’ouverture ?

Ghizlane Chebbak – On est très focalisé sur la compétition et le match, c’est la première fois qu’on participe à la phase finale [en tant que groupe], on va donner le maximum pour aller le plus loin possible on l’espère.

Journaliste – Reynald vous avez été un grand joueur, vous avez participé à l’Euro 96, vous savez ce que c’est de débuter une compétition, il y a beaucoup d’excitation, quel est le discours pour les joueuses pour qu’elles soient présentes demain pour ce premier match ?
Reynald Pedros – C’est vrai que mon staff a pas mal d’expérience sur les compétitions importantes. Après notre objectif était en plusieurs temps, le temps de la préparation et maintenant dans la dernière semaine, le temps de la compétition.

Effectivement c’est un évènement très important pour les joueuses, pour le pays, et il ne faut pas jouer l’évènement avant de le jouer, de ne pas mettre de pression négative aux joueuses, et il faut tout simplement travailler, sur les aspects ou on a été un peu plus défaillant sur les matches de préparation.

Aujourd’hui très sincèrement je ne pense pas avoir parlé une seule fois de ce premier match d’ouverture à mes joueuses, il reste encore un entraînement ce soir et demain pour mes joueuses, mais l’objectif c’est vraiment d’avoir que de la pression positive, ça c’est quelque chose de très important et chaque chose en son temps, on parlera du match contre le Burkina [avec les joueuses] en temps voulu et en attendant on va bien se préparer, parce que c’est quand même le terrain le plus important.

 

Journaliste – Vous avez connu le très haut niveau européen, et là vous arrivez au Maroc, vous allez disputer la CAN, on est plutôt dans l’émergence du football féminin. Qu’est-ce que ça vous fait d’accompagner la progression du foot féminin au Maroc et sur le continent africain en général ?
Reynald Pedros – C’est une fierté parce que le Maroc est considéré comme une terre de foot pour les masculins, et il faut que ça le devienne pour les féminines. A travers cette CAN, qui est organisé ici au Maroc on a vu toute l’implication de la Fédération, du Président envers les féminines, tout cet engouement depuis plus d’un an qu’on est là, la mise à disposition de tout ce qui est nécessaire pour bien préparer cette compétition, c’est ça qui est très très très positif, et à partir de ce moment là, où on met beaucoup de bonne volonté, de professionnalisme pour bien préparer cette CAN, et pour bien préparer cette équipe, il y a des résultats, il y a des choses qui changent. Aujourd’hui le Maroc qui organise cette CAN, c’est quelque chose d’exceptionnel, à nous de le rendre encore plus exceptionnel en allant le plus loin possible et en réalisant nos objectifs.

Depuis que je suis là avec mon staff, on a jamais cessé de nous faire comprendre que le foot féminin allait devenir quelque chose d’important au Maroc, qu’il mettrait toutes les chances de notre côté pour réussir et depuis qu’on est là c’est ce qui se passe, j’ai l’impression de travailler dans un grand club européen, j’ai la confiance du Président et j’espère lui rendre, mais en tout cas depuis un an, je pense que le foot féminin Marocain a progresser, cette étape de la CAN doit être une étape, et on doit après cette CAN être régulièrement dans les phases finales de grandes compétitions.

 

Africa Top Sports – En tant que pays organisateur, avez-vous plus de pression que les autres équipes selon vous ?

Reynald Pedros – Très sincèrement j’ai jamais eu de pression particulière par rapport aux évènements, j’ai été dans un club qui a gagné énormément de Ligue des Champions (l’Olympique Lyonnais féminin, ndlr), ça ne nous a pas empêché d’en gagner d’autres.

Je pense que le plus important c’est de bien travailler, de bien prendre conscience des difficultés qu’à l’équipe, et de faire en sorte de travailler là-dessus, de bien prendre conscience de notre niveau.

Après le fait que ça soit une CAN a domicile, la première, première participation pour les joueuses, c’est bien sûr un objectif important et une pression supplémentaire, mais encore une fois il faut que cette pression soit positive, il faut que cette pression nous emmène vers l’avant et elle nous fasse faire des choses qu’on imaginait pas pouvoir faire, parce que c’est un engouement incroyable, mais y’a pas de pression particulière, par rapport à l’équipe par rapport aux résultats. L’objectif c’est d’aller le plus loin possible, c’est de faire le mieux possible, d’avoir des matches aboutis, et si tout ça est réuni on arrivera à faire une très belle CAN, mais en tout cas pour ma part, je n »ai pas de pression particulière, et je n’en mets pas à mes joueuses.

 

Journaliste – Sur la pression autour de cette CAN et le discours entre les joueuses
Ghizlane Chebbak – L’organisation de cette CAN est un grand honneur pour nous, car ceci va nous permettre d’élever le niveau féminin pour s’approcher du niveau mondial. Le but c’est de représenter notre pays au mieux et être à la hauteur des attentes. Nous espérons également pouvoir être qualifié à la Coupe du Monde pourquoi pas, nous travaillons depuis pas mal de temps et nous espérons pouvoir gagner cette fois.

Le dialogue entre les joueuses ? Elles vont participer pour la première fois à une compétition internationale, on joue chez nous, le public sera de notre côté, et notre motivation c’est de donner le maximum et de montrer que notre niveau est bon.

 

Journaliste – Il est difficile de connaitre les joueuses car peu de matches. Comment évaluez-vous le foot féminin en Afrique ?
Reynald Pedros – Nous on a joué une quinzaine de matches depuis un an, c’est ce qui nous fait progresser aussi, après les autres équipes très sincèrement (blanc), on s’est surtout attaché à s’occuper de nous, de notre progression, et c’est vrai qu’aujourd’hui il y a peut être des équipes qui ont moins joué que nous, on regarde les autres équipes, mais on se focalise énormément sur notre équipe. C’est ce qui est important, voir nos forces et nos faiblesses, on a depuis un an à chaque date FIFA, travaillé, joué, et après on verra bien ce qui se passera contre les autres équipes. Mais à partir du moment où toutes ces équipes sont qualifiées pour une phase finale de CAN, c’est forcément de bonnes équipes, on prend personne à la légère, on étudie les adversaires à leur juste valeur, nous on continue à travailler et on s’occupe beaucoup de nous.

Ghizlane Chebbak – J’ai étudié depuis longtemps les équipes adverses, on a eu beaucoup de matches amicaux, nous avons gagné et parfois on a fait match nul et cela nous a permis de gagner en confiance, nous sommes prêts, sur la façon de nous présenter et de jouer demain, par rapport à tout ce que nous avons travaillé, nous allons montrer ce dont nous sommes capables.

 

Journaliste – Les Marocains suivent-ils cette équipe féminine ? Pensez-vous que vous allez avoir de la ferveur du public à domicile ?
Reynald Pedros – J’espère bien, c’est un souhait en tout cas, c’est le souhait de la Fédération, c’est notre souhait, c’est le souhait des joueuses, à partir du moment où on accueille une si grande compétition, et qu’on attire du monde, c’est bien sur un atout supplémentaire. Après c’est à nous d’attirer ces gens là aussi, il y un match d’ouverture, ça va être la fête, il va y avoir une cérémonie d’ouverture et derrière c’est le match. Je pense que si sur ce premier match on est ambitieux, et qu’on arrive à gagner ce premier match, les gens vont venir, ils sont s’intéresser, ils vont regarder à la télé, et il y aura un engouement incroyable, c’est ce qu’on attend en tout cas.

Mais il y a une grande partie qui dépendra de nous, pour amener les gens à venir voir le foot féminin, mais pour moi j’ai aucun doute, les gens vont venir, vont soutenir cette équipe, car elles le méritent, elles travaillent dur, et les gens vont se rendre compte que le foot féminin c’est très agréable à regarder aussi.

Ghizlane Chebbak – Dernièrement il y a plusieurs personnes, qui parlent de notre progression, notre public a augmenté, c’est l’occasion de montrer que nous avons un public. Nous devons faire une bonne prestation sur ce premier match pour bénéficier d’un plus large public on espère et que cette CAN soit un bel évènement.

 

journaliste – Comment allez-vous aborder ce match contre le Burkina Faso ?
Reynald Pedros – Un match d’ouverture c’est toujours un match particulier. C’est pour ca que je disais tout à l’heure qu’il ne faut pas jouer le match avant. On a étudié le Burkina, et toutes les équipes sont de très bons niveaux, donc on va préparer ce match avec beaucoup d’humilité, mais avec beaucoup de travail et de sérieux. On sait que cet adversaire est un adversaire sérieux, donc on va le prendre avec beaucoup de sérieux, mais encore une fois, [on a] essayé de mettre de côté tout ce qui est émotionnel, match d’ouverture, fête et penser vraiment qu’au terrain, qu’au match, on a énormément de respect pour cette équipe du Burkina et le meilleur respect qu’on peut avoir pour les autres équipes, c’est d’essayer de les battre tout simplement, et c’est ce qu’on va essayer de faire dans ce match d’ouverture.

 


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.