Afrique [CHAN 2023] Décimé par des cas covid, le Niger accuse et avertit le Togo



Battu 1-0 à Lomé par le Togo, la sélection locale du Niger crie au complot. Amputé de 8 de ses joueurs, testés positifs au Covid avant la rencontre entrant dans le cadre du deuxième tour aller des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN 2023), le sélectionneur du Mena A’, Harouna Doula accuse et avertit. 

En conférence de presse d’après-match, le sélectionneur local du Niger s’est exprimé sur la défaite étriquée de son groupe ce dimanche à Lomé. Avant d’accuser, Doulla a reconnu que son groupe a manqué d’efficacité sur plusieurs situations.

« En attaque on n’a pas su exploiter les quelques rares occasions, les quelques ballons qu’on avait aux abords de la surface de réparation. Mais je pense que ça reste un match satisfaisant des deux coté, beaucoup plus pour le Togo, parce qu’ils ont trois points, à nous de relever le défi dans une semaine. 

Je pense qu’on avait nous aussi l’opportunité de marquer un but comme le Togo. Malheureusement on n’a pas été très adroit devant les buts. On va se contenter de ce résultat et se préparer dans les 5 jours à venir pour renverser la vapeur à Cotonou » a déclaré le sélectionneur devant la presse.

De graves accusations à l’endroit des autorités togolaises

Le Mena local n’a pas pu afficher sa composition idéale. Plusieurs joueurs ont été testés positifs. Ce que le camp nigérien considère comme un plan bien orchestré par les autorités togolaise pour affaiblir son équipe.

« ça a été fait sciemment. C’est des joueurs qui ont été ciblés. Mais je ne dis pas que c’est ça qui nous a fait perdre. Je suis venu avec 25 joueurs, je pouvais gagner avec d’autres. Je pense que c’est dommage. Ce n’est pas l’équipe mais les dirigeants de l’équipe togolaise ont manipulé pour nous mettre dans cette situation… Chez moi, c’est le palu qui tue plus que le Covid. On n’a pas connu plus de 200 morts de covid au Niger. Je le dis ici, le palu tue des milliers par an. Il faut vraiment qu’on arrête de nous embêter de Covid pour venir déstabiliser ces jeunes » a dénoncé le sélectionneur local du Mena local.

Vengeance à Cotonou ? 

Le match retour est prévu pour samedi prochain à Cotonou. Une nouvelle opposition qui risque de prendre une toute autre tournure. Le sélectionneur du Ména local menace ouvertement ses adversaires.

« Il y a 8 de mes jeunes qui sont restés, dont 4 titulaires qui devaient démarrer ce match. Mais ils joueront à Cotonou. Je vous dis, moi je suis rancunier, le pardon ça existe en islam, mais on rendra le coup à Cotonou, je vous préviens » a déclaré le technicien.


Articles récents