Afrique Football Éliminatoires CAN U23 : Un crash d’avion évité de justesse par les Léopardeaux de la RDC

Journaliste sportif rédacteur à Africa Top Sports. Amoureux de tous les sports, le football en l'occurrence. Passionné du micro, j'ai débuté le journalisme en 2012.




La délégation de l’équipe nationale Espoir de la RDC peut continuer de prier et de remercier ses dieux. Censés partir pour disputer la phase retour du match remporté 4 – 1 à Kinshasa face aux Algériens, les joueurs de la RDC entre moult péripéties, ont évité de justesse un crash d’avion. Ils ne sont en effet pas à Sétif, comme prévu.

Les Léopardeaux de République démocratique du Congo ne savent pas encore à quelle sauce ils seront mangés, dans le cadre de cette deuxième journée des éliminatoires de la CAN de leur catégorie. D’abord c’est leur voyage en direction de l’Algérie, programmé le vendredi 28 octobre 2022 qui a été reporté, parce que le gouvernement n’aurait pas débloqué les fonds nécessaires. Puis ensuite c’est au tour de l’hôtel qu’ils occupaient de les virer, parce que leur bail était arrivé à expiration et que d’autres clients avaient déjà réservé les chambres qu’ils occupaient.

Enfin après bien de confusions, la délégation prend la route de l’aéroport international de N’djili, où une sombre confusion à propos du vol qu’il devrait les amener à Sétif, les attendait.

Le dangereux essai de vol, du « Air Kasaï »…

« À 18 heures de Kinshasa, première lueur d’espoir, les léopards quittent l’hôtel direction aéroport international de N’djili. Arrivés sur place, les joueurs, staff technique, quelques dirigeants influents de la Fecofa notamment le président par intérim Donatien Tshimanga ou encore le secrétaire Belge Situatala, y compris le sélectionneur national de l’équipe nationale senior Sebastien Desabre et ses collaborateurs, tous ne savaient pas par quel avion ils vont monter. À la moindre interrogation sur la situation, la réponse pas trop claire est donnée à plusieurs reprises: « Attendez, on va monter et décoller bientôt », mais sur quel avion ? Personne n’était capable de répondre », renseigne le média sportrdc.com, avant de continuer…

Le crash raté du « Air Kasaï »

« À  23h48, un avion se présente, « Air Kasaï », peut-on lire, et la délégation congolaise est embarquée, là-dedans. « Il y avait une chaleur énorme, pas d’aération, on était étouffé », confie une source sur place. Rapidement, le pilote essaie deux fois de démarrer, mais sans succès. Les techniciens arrivent, ils ont inspecté, après quelques manœuvres, enfin, décollage réussi. Deux heures après le décollage dans les airs, l’avion Air Kasaï ne faisait que tourner à rond à Kinshasa, pendant ce temps, toute la délégation dormait déjà en pensant que tout va bien, or, vers 3h du matin, rien ne marchait, l’avion Air Kasaï, avec une panne technique grave, fait demi-tour, et atterrit en toute force dans l’aéroport international de N’djili, boum ! Tout le monde dans l’avion se réveille, croyant que le pire est arrivé. Heureusement, plus de peur que de mal.

« On nous avait dit que nous allions faire escale au Cameroun, quand nous avons atterri avec force, nous avons pensé que nous étions arrivés au Cameroun, quand on s’est réveillé, on s’est rendu compte que nous sommes toujours à l’aéroport international de N’djili ». Tout de suite, la délégation congolaise descend de l’avion, la peur au ventre, certains joueurs commencent à crier et d’autres à prier. »

La perspective d’un gâchis de la victoire de Léopardeaux, en manche aller

Après cette dangereuse expédition aérienne, toute la délégation de l’équipe nationale Espoir de la RDC a dû retourner à un autre hôtel à Kinshasa, au lieu d’être à Sétif. Le match est censé se tenir ce samedi à 18h de Kinshasa, mais à l’heure actuelle la victoire par 4 buts à 1 semble devoir compter pour du beurre, ce qui devrait faire la satisfaction des jeunes Fennecs.

Arnaud BOCCO


Articles récents

Alfred ZIKPI
Journaliste sportif rédacteur à Africa Top Sports. Amoureux de tous les sports, le football en l'occurrence. Passionné du micro, j'ai débuté le journalisme en 2012.