Foot féminin Ghana : Nora Häuptle révèle ses objectifs à la tête des Black Queens



L’Association ghanéenne de football (GFA) a publié au début de ce weekend une interview de la nouvelle sélectionneuse de l’équipe nationale féminine senior.

Nora Häuptle a été nommée à ce poste la semaine dernière et dirigera les Black Queens pour préparer et disputer les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations féminine 2024. Elles sont aussi attendues sur la troisième édition de la Coupe des nations féminine UFOA Zone B 2023 prévue entre mars et avril de cette année.

Dans un long entretient avec le service de communication de la GFA, l’entraîneuse de 39 ans a révélé comment elle a débuté son travail au Centre d’excellence du football ghanéen à Prampram. L’ancienne internationale suisse veut mettre en place une politique de sélection et de dépistage fluide pour les joueurs, tant au niveau local qu’à l’étranger.

Tout l’entretient complet avec Häuptle :

1- Sur la décision de prendre le poste de Black Queens

Tout d’abord, j’ai eu d’excellents entretiens avec la direction de l’Association ghanéenne de football, le président et le directeur technique. Ils ont joué un rôle majeur pour que je vienne au Ghana. Pour moi, c’est un projet très, très intéressant avec un énorme potentiel. J’ai déjà rejoint les Black Princesses l’été dernier pour la coupe du monde au Costa Rica en tant que conseillère technique et aussi les filles m’ont convaincu donc je peux dire que c’est un résumé de ce qui précède.

2-À la réception au Ghana

J’ai eu un super touché la semaine dernière ici à Accra. Je suis arrivé sain et sauf et bien sûr il fait beaucoup plus chaud qu’en Suisse, nous sommes en période de neige donc c’est un petit changement de 40 degrés mais je me suis adapté. J’ai déjà rencontré beaucoup de gens, j’ai rencontré mon équipe, le président, le secrétaire général et toute la direction et maintenant nous sommes à Prampram déjà en train d’organiser notre premier camp, donc j’ai pris un très bon départ.

3-Sur le cheminement de carrière et l’expérience de coaching

J’étais moi-même joueur et j’ai joué dans l’équipe nationale de Suisse, j’ai également joué à l’étranger aux Pays-Bas, j’ai donc fait mon expérience en tant que joueur avant d’être habilité à entraîner des garçons U-15. J’en ai profité pour étudier pour mon permis A, ce qui a été une belle aventure et j’ai beaucoup appris. La fédération suisse m’a invité à entraîner l’équipe nationale U-19 pendant 5 ans. Nous avons joué des championnats d’Europe, atteint les demi-finales et nous y avons construit beaucoup de talents. Quand le COVID est arrivé, je suis allé en Bundesliga pour entraîner le SC Sand, qui se trouve être une équipe de club, donc je connais un peu l’équipe de club et l’équipe nationale. J’ai également étudié pour ma licence PRO en Suisse et enfin maintenant je suis ici.

4-À quel point elle est préparée pour le travail de Black Queens

L’entraîneur-chef des Black Queens est une tâche très importante, mais bien sûr, je me sens prêt pour cette tâche. Avant tout, je me vois comme un manager et je veux m’entourer de beaucoup de bonnes personnes que je peux responsabiliser. J’ai des connaissances sur l’éducation et le développement en tant que manager et je vois beaucoup de potentiel au Ghana, et nous devons fournir ce développement, donc je pense que j’ai les compétences que je peux apporter et en retour, je veux aussi apprendre beaucoup de la culture ici.

4-Sur la connaissance de l’équipe et du football féminin au Ghana

J’ai d’abord fait beaucoup de recherches et j’ai eu mon premier attachement l’année dernière avec les Princesses Noires. J’ai eu l’impression du travail comme une première tentative et j’ai donc vu la culture du football. Le peuple ghanéen aime posséder le ballon une impression du style de jeu et puis j’ai commencé à repérer les joueurs. Pour le moment, nous avons déjà trouvé 35 joueurs évoluant à l’étranger qui peuvent jouer pour le Ghana. Cette semaine, le premier groupe de joueurs est à Prampram et la semaine prochaine, nous invitons à nouveau un autre groupe pour les examiner. Il y aura un peu de joueurs étrangers et nationaux et à partir de ce grand bassin, nous voulons créer une bonne équipe. La prochaine chose est également de visiter les clubs et de filtrer les joueurs dans diverses compétitions.

5-En rencontrant le personnel de l’arrière-boutique

J’ai demandé que la FA me fournisse des membres du personnel travaillant directement dans le championnat qui puissent me soutenir. Je les ai rencontrés vendredi dernier, j’ai eu une très, très bonne impression du staff technique lors d’une réunion pour partager les valeurs et notre mission. Je crois qu’ils sont tous prêts à se développer et c’est pour moi l’une des compétences les plus importantes des membres de mon équipe et que nous pouvons nous développer mutuellement pour obtenir beaucoup de succès.

6-Sur la façon de restaurer les gloires perdues des reines noires

Je sais que les Black Queens ont été numéro 1 en Afrique, ont participé à la Coupe du monde en 1999 et 2003, etc., mais les performances ont un peu baissé ces dernières années. Nous en sommes bien conscients et nous avons donc créé la nouvelle mission appelée « VOLTA ». Volta est un grand fleuve au Ghana et c’est un mot portugais qui signifie « TOUR ». Alors maintenant, avec ma nomination, nous voulons renouer avec le succès et, bien sûr, ce n’est pas tout. Nous avons besoin d’un engagement élevé de la part du président envers tous les dirigeants, le directeur technique de la FA du Ghana en espérant qu’ils nous soutiendront et fourniront tous les investissements nécessaires pour que nous puissions y parvenir.

Encore une fois, il s’agit d’amener les bons joueurs dans l’équipe nationale. Il y a tellement de joueurs qui jouent dans de très bonnes ligues à l’étranger et nous devons travailler pour les faire venir. Mon travail est d’entrer en contact avec eux, les appeler et les inviter à revenir dans les Black Queens, mais ils doivent également rendre leur engagement. Je ne veux travailler qu’avec des joueurs qui s’engageront de tout leur cœur pour les Black Queens. La prochaine étape est que nous devons beaucoup travailler, jouer à beaucoup de jeux très compétitifs afin de pouvoir nous mesurer. Parce que nous devons avoir de grands défis pour pouvoir grandir et nous avons beaucoup de tournois devant nous mais nous devons faire des matchs amicaux contre les meilleurs adversaires du monde, mettre en place une bonne stratégie et des principes sur le terrain.

Nous avons aussi besoin de beaucoup de leadership et ce sera dans la « MISSION VOLTA ». jouer à beaucoup de jeux très compétitifs pour nous mesurer. Parce que nous devons avoir de grands défis pour pouvoir grandir et nous avons beaucoup de tournois devant nous mais nous devons faire des matchs amicaux contre les meilleurs adversaires du monde, mettre en place une bonne stratégie et des principes sur le terrain. Nous avons aussi besoin de beaucoup de leadership et ce sera dans la « MISSION VOLTA ». jouer à beaucoup de jeux très compétitifs pour nous mesurer. Parce que nous devons avoir de grands défis pour pouvoir grandir et nous avons beaucoup de tournois devant nous mais nous devons faire des matchs amicaux contre les meilleurs adversaires du monde, mettre en place une bonne stratégie et des principes sur le terrain. Nous avons aussi besoin de beaucoup de leadership et ce sera dans la « MISSION VOLTA ».

7-Sur la culture, la musique, la langue et la nourriture ghanéennes

 

J’apprécie mon séjour jusqu’à présent. La nourriture est bonne. En fait, je m’amuse beaucoup tous les jours, je ris beaucoup de fois parce que les Ghanéens ont beaucoup d’humour et bien sûr je plonge aussi dans la culture. J’apprends un peu le Twi, « 3tisen : 3y3 » J’essaie de me connecter avec les gens que je connais aussi le kenkey parce qu’à la Coupe du monde, mon peuple n’était pas content quand il n’y avait pas de kenkey. J’essaie de connaître la culture.

8-Sur son interaction avec le premier groupe de joueurs de Prampram

Nous appelons le premier lot de 45 joueurs où nous avons demandé aux clubs de nous proposer des joueurs parce que je veux prendre les clubs dans le bateau et aussi entendre leurs avis. Ils jouent toutes les semaines et les entraîneurs les connaissent très bien. Nous avons un groupe très diversifié ici avec des joueurs U-20 et des joueurs seniors mélangés, donc la gamme est très large . L’objectif est de repérer mais nous leur demandons de s’engager car ils doivent donner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain. Ils travaillent dur et nous nous amusons aussi à côté.

9-Sur sa chemise et projections à long terme

Quand je commence avec l’équipe, je veux que nous réussissions et gagnions des tournois, mais il ne s’agit pas seulement de vouloir gagner ou de faire un tour, mais nous devons lancer le processus qui est essentiel. Normalement, j’aime travailler et créer comme un État, une centrale électrique. Un Etat c’est une fondation pour créer une vision claire donc on veut redevenir le numéro un de l’Afrique et la base pour avoir des valeurs claires. D’abord, nous recommençons en équipe avec des valeurs claires, créons une identité ensemble et ensuite nous pourrons fixer nos objectifs de jouer à nouveau la coupe d’Afrique. Nous nous concentrons également sur la création de la mission Volta avec nos principes de jeu avec lesquels nous devons nous entraîner sur le terrain.

10-Derniers mots

Il s’agit de mener à bien la mission Volta, c’est vraiment notre objectif, mais pour moi, il s’agit de bien plus que du football et du rôle d’entraîneur-chef des Black Queens. Nous devons également parler de la diversité car notre groupe est très diversifié et nous ne jugeons pas sur l’âge, le sexe, la couleur de peau, etc. et le développement de notre sport. Je pense que c’est bien plus que gagner des matchs. Au final, j’espère que tout le Ghana nous soutient, se tient derrière nous, assiste à nos matchs et nous voulons les rendre fiers.


Articles récents