La Corée s’engage à verser des milliards de dollars à l’occasion du premier sommet Corée-Afrique



La République de Corée va s’engager à fournir 14 milliards de dollars américains de financement à l’exportation pour soutenir les entreprises coréennes qui investissent en Afrique
SÉOUL, Corée du Sud, 7 juin 2024/ — « De pays pauvre et dépendant de l’aide, la Corée s’est transformée en l’un des plus grands pays donateurs au monde », a déclaré le président du Groupe de la Banque, Akinwumi Adesina (www.AfDB.org) ; Comment peut-on expliquer que l’Afrique ne soit pas déjà devenue un continent à revenus élevés ? s’interroge le président Paul Kagamé.

La République de Corée va s’engager à fournir 14 milliards de dollars américains de financement à l’exportation pour soutenir les entreprises coréennes qui investissent en Afrique, tout en augmentant son aide publique au développement qui va passer à dix milliards de dollars d’ici à 2030.

Le président coréen, Yoon Suk Yeol, l’a annoncé mardi à Séoul lors de l’ouverture du premier sommet Corée-Afrique, auquel ont participé 25 chefs d’État et de gouvernement africains, ainsi que le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina.

Jusqu’à 48 pays africains ont été représentés à ce sommet par un président, un roi, un premier ministre, un vice-président ou un ministre pour discuter de « L’avenir que nous construisons ensemble : croissance partagée, durabilité et solidarité ».

Le président Yoon Suk Yeol s’est engagé à ce que la Corée étende ses cadres de promotion du commerce et de l’investissement ainsi que ses accords de protection des investissements aux pays africains.

Les dirigeants africains ont félicité la Corée pour son approche ouverte et mutuelle visant à renforcer la coopération avec le continent. Ils ont insisté sur les opportunités d’investissement existant dans leurs propres pays et à travers le continent.

Dans son allocution, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, M. Adesina, a évoqué le thème du sommet et a déclaré : « Pour  »l’avenir que nous construisons ensemble », je souhaite demander à la Corée, en signe de solidarité avec l’Afrique, de consolider ce sommet Corée-Afrique en acceptant de réaffecter des droits de tirage spéciaux (DTS) à la Banque africaine de développement ».

« L’autorisation par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) d’utiliser jusqu’à 20 milliards de dollars de DTS pour le capital hybride, comme le préconisent nos institutions, avec l’immense soutien des chefs d’État et de gouvernement africains, vient marquer une nouvelle façon d’accroître le financement du développement », a poursuivi M. Adesina.

« La limite de 20 milliards de dollars approuvée par le FMI pour la réaffectation des DTS au capital hybride, par l’intermédiaire de la Banque africaine de développement et d’autres banques multilatérales de développement, permettra d’apporter 80 milliards de dollars de nouveau soutien financier », a ajouté le président du Groupe de la Banque.

M. Adesina a également vivement encouragé la Corée à contribuer généreusement à la 17reconstitution du Fonds africain de développement, le guichet concessionnel du Groupe de la Banque, ainsi qu’à l’Alliance pour des infrastructures vertes en Afrique (AGIA), une nouvelle initiative de la Banque, en partenariat avec l’Union africaine et Africa50, visant à mobiliser des financements privés pour les infrastructures vertes en Afrique.

Le Fonds fiduciaire de la Coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC), créé par le gouvernement coréen en 2007 et géré par la Banque, est le plus important des 17 fonds fiduciaires bilatéraux actifs de la Banque, en termes de contributions reçues et de taille du portefeuille.

L’appel de M. Adesina à des engagements financiers plus importants de la part de pays plus riches, comme la Corée, fait suite à la 59Assemblée annuelle de la Banque, où les discussions ont porté sur une réforme complète de l’architecture financière mondiale, par le biais de mécanismes de financement innovants tels que la réaffectation des DTS, et une réévaluation des pratiques défavorables en matière de gestion de la dette.

Le président Adesina a salué le bilan inspirant et déterminé de la Corée en matière de développement, qui a transformé « un pays pauvre et dépendant de l’aide » en « l’un des plus grands pays donateurs au monde ».

Il a souligné les relations étroites entre la Corée et la Banque, qui remontent à 1982, date à laquelle la Corée est devenue membre de la Banque. Depuis lors, a-t-il dit, la Corée « a contribué à hauteur de près de 795 millions de dollars à la Banque, au Fonds africain de développement et au Fonds fiduciaire coréen ».

« Vous investissez dans la bonne institution : la Banque africaine de développement », a-t-il déclaré.

Le président du Rwanda, Paul Kagamé, a déclaré que l’expérience de la Corée montrait qu’un pays pouvait être radicalement transformé en l’espace d’une génération. « Y a-t-il une raison pour que l’Afrique ne devienne pas une région à revenus élevés ? » a-t-il demandé.

Samia Suluhu Hassan, présidente de la République-Unie de Tanzanie, a appelé à investir dans un programme axé sur la cuisson propre dans le cadre d’une transition énergétique juste. Elle a déclaré que l’investissement dans la cuisson propre réduirait les émissions, la déforestation et les maladies respiratoires qui affectent particulièrement les femmes et les enfants.

« Nous travaillons avec M. Adesina (président de la Banque africaine de développement) afin de réunir des fonds pour ce programme », a-t-elle déclaré.

Le président William Ruto a publiquement salué les innovations financières de la Banque africaine de développement. Il a demandé à la Corée d’envisager d’affecter une partie des DTS par l’intermédiaire de la Banque africaine de développement.

Parmi les autres points de contact des relations bilatérales cités par M. Adesina figurent la Conférence ministérielle de coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC), organisée conjointement, le Cadre d’investissement énergétique Corée-Afrique et le Fonds fiduciaire KOAFEC de 115,4 millions de dollars, qui est le plus grand fonds bilatéral de la Banque.

Faisant le point sur le Cadre d’investissement énergétique Corée-Afrique de 600 millions de dollars, entériné en 2021, M. Adesina a déclaré : « Nous avons approuvé conjointement les deux premiers projets : 57 millions de dollars pour le Projet d’amélioration du réseau de transport d’électricité du Kenya et 52 millions de dollars pour le renforcement du réseau électrique de l’est de l’Éthiopie. »

Mohamed Ould Ghazouani, président de la Mauritanie, président en exercice de l’Union africaine et coprésident du sommet aux côtés du président Yoon, a décrit le sommet comme une occasion pour les deux parties de renouveler leur engagement en faveur d’une croissance partagée et d’un partenariat fondé sur le respect et la confiance mutuels.

Un nouveau chapitre

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a fait remarquer que le volume des échanges commerciaux entre l’Afrique et la Corée reste insignifiant. « En 2022, l’Afrique représentait 2 % des échanges commerciaux de la Corée », a déclaré M. Mahamat, qui a appelé à promouvoir les relations commerciales bilatérales, à intensifier les échanges dans le secteur privé et à privilégier les secteurs clés à valeur ajoutée.

Le roi Mswati III d’Eswatini a encouragé les entreprises coréennes à investir dans n’importe quelle partie du continent. « Choisissez un lieu pour implanter des activités industrielles. Choisissez n’importe quel lieu. Nous ne sommes plus en concurrence, mais en collaboration. »

Ce message faisait écho à celui du président Teodoro Nguema Obiang Mbasogo, qui a quant à lui évoqué la Vision 2050 de son pays en matière de diversification de l’économie et s’est dit « impatient de voir les entreprises coréennes investir dans l’attrayante Guinée équatoriale. Nous fournirons les garanties et le soutien nécessaires aux investisseurs.

Le dirigeant togolais Faure Gnassingbé a parlé des opportunités offertes par son pays. « Le Togo est une économie ouverte. Nous sommes petits par la taille… Mais nous disposons d’un grand port maritime qui doit être développé pour promouvoir le commerce. »

Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a déclaré que le sommet avait créé « un tournant dans les relations entre la Corée et l’Afrique ».

Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a déclaré : « Le chemin parcouru par la Corée est un exemple à suivre et une source d’encouragement pour l’Afrique, qui s’efforce de sortir ses habitants de la pauvreté. »

Dans son discours de clôture, le président coréen Yoon a qualifié le sommet de « nouveau chapitre pour les relations entre la Corée et l’Afrique ».

Il a également souligné les domaines privilégiés par la Corée pour fournir un soutien et conclure des partenariats en Afrique : la numérisation, l’administration en ligne, l’éducation et le renforcement des capacités, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et les minéraux critiques. Un dialogue Corée-Afrique sur les minéraux critiques devrait être lancé dans le courant de l’année.

En marge du sommet, M. Adesina a tenu des réunions bilatérales avec le ministre coréen de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Mme Song Miryung.

La Banque africaine de développement a signé deux accords : un protocole d’accord entre la Banque et la Korea Trade Insurance Corporation (K-SURE), et une lettre d’intention entre la Banque et la Korea Overseas Infrastructure and Urban Development Corporation (KIND).

Étiquettes :

Articles récents