Elim. Mondial 2026 : Entre tensions internes et défi sportif, le Cameroun peut-il triompher du Cap-Vert ?

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain https://www.africatopsports.com


CAN 2023 : en supériorité numérique, le Cameroun tient en échec la Guinée


Le Cameroun se prépare à affronter le Cap-Vert ce samedi dans un match crucial des éliminatoires pour le Mondial 2026, mais les tensions internes entre le ministère des Sports et la fédération de football jettent une ombre sur la préparation de l’équipe nationale. Alors que les débats font rage autour de la gouvernance du football camerounais, une question demeure : l’équipe nationale peut-elle mettre de côté ces distractions pour se concentrer sur le défi sportif qui l’attend ?

Depuis quelques semaines, le football camerounais est embourbé dans une querelle entre le ministère des Sports (Minsep) et la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Partis de la nomination du nouveau sélectionneur, Marc Brys, par le Minsep alors que la Fecafoot estime que c’est à elle que revient ce rôle, les différends se sont par la suite élargis au choix des membres du staff de la sélection, le ministère ayant une fois de plus nommé ses hommes, provocant la colère de la Fédération qui mettra également en place un autre staff. S’en est suivi, le 28 mai dernier, une altercation entre le président de la Fecafoot, Samuel Eto’o, et Cyrille Tollo, le conseiller technique du Minsep, puis Marc Brys, le sélectionneur des Lions. Une altercation à la suite de laquelle le technicien belge a été suspendu par la Fecafoot.

Si les choses se sont un tout petit peu calmées après la présentation publique des excuses d’Eto’o à Marc Brys le 30 mai, la situation a connu un nouveau rebondissement suite au refus du Belge de travailler avec les membres du staff de la Fecafoot, privilégiant les adjoints proposés par le Ministère des Sports et accentuant ainsi la fracture entre les deux institutions sportives du Cameroun.

Pour ne pas arranger ce climat déjà tendu, une autre polémique a éclaté dimanche dernier à l’hôtel Hilton de Yaoundé qui accueillait les joueurs convoqués pour les éliminatoires. A leur arrivée, ils ont été reçus par deux staffs, notamment un du ministère et un autre de la Fecafoot. Une situation qui a semé le trouble parmi les joueurs qui vivaient de plein fouet les effets de la guerre qui opposait les deux parties.

Perturbation de la préparation

Ces tensions ont eu un impact direct sur l’équipe nationale, perturbant sa préparation pour les deux matchs qui l’attendent. Suite aux incidents de l’hôtel, la Fecafoot a annoncé son retrait de la préparation du match contre le Cap-Vert via un communiqué. Les premiers entraînements ont donc été perturbés, l’instance dirigeante du foot camerounais ayant décidé dans un premier temps de ne pas mettre les équipements à la disposition de Marc Brys et de son staff. C’est ainsi qu’on a vu les joueurs de la sélection du Cameroun faire leur premier promenade dans des t-shirts et des maillots à l’effigie de leur club, puis s’entrainer avec des maillots achetés au noir.

« On n’a pas de ballons, on n’a pas de matériel, on n’a pas d’équipements. Est-ce que tu penses que le stage se passe bien? Ça ne se passe pas bien. Déjà deux jours que c’est comme ça. C’est du jamais vu. Ça fait 26 ans que je suis dans cette profession et je n’ai jamais vu ça », a indiqué Marc Brys au petit matin du lundi 3 juin 2024.

La situation conduira d’ailleurs certains joueurs, notamment Moumi Ngamaleu et Oyongo Bitolo, à réagir et à appeler les acteurs à cesser la guerre qui les oppose pour privilégier l’intérêt de la sélection.

Impact sur la performance des Lions ?

A l’approche du match contre le Cap-Vert, chaque camp, conscient de l’importance de cette rencontre, a mis balle à terre. Présidant la deuxième réunion préparatoire des éliminatoires en début de semaine, rencontre à laquelle la Fecafoot a été représentée, le ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi, s’est réjoui de la belle ambiance qui prévaut au sein de la tanière et appeler à l’union sacrée autour des Lions Indomptables du Cameroun. Ce qui semble marcher pour l’instant.

Mais de l’avis de nombreux observateurs, même si on semble observer un accalmie à l’approche du match contre le Cap-Vert, la situation aura à coup sûr un impact psychologique sur les joueurs et pourrait conduire à une mauvaise performance des Lions contre une équipe capverdienne coriace, soudée et sûre d’elle, comme elle l’a démontré à la CAN 2023.

D’autres acteurs par contre ne semblent pas du même avis.  Pour eux, malgré ces défis, l’équipe nationale du Cameroun possède un potentiel indéniable. Avec des joueurs talentueux et une histoire riche dans le football africain, elle a les atouts nécessaires et le moral qu’il faut pour rivaliser avec les Requins bleus et n’importe quelle équipe. D’ailleurs, les statistiques vont en faveur des Lions. Sur les sept oppositions contre le Cap-Vert, ils se sont imposés à 3 reprises et connu deux défaites et deux matchs nuls. La dernière victoire du Cameroun remonte au 14 octobre 2012.

Distancé par l’Angola qui a battu l’Eswatini vendredi (1-0), le Cameroun doit gagner pour si possible passer en tête dans le groupe D et rester dans la course à la qualification pour le Mondial 2026. Pour y parvenir, l’équipe devra surmonter les obstacles internes et se concentrer sur son jeu. Si elle parvient à mettre de côté les distractions et à jouer avec son plein potentiel, elle a toutes les chances de sortir victorieuse de cette confrontation.

 


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *