Mbappé, Dembélé, Thuram : Quand la percée de l’extrême droite inquiète les joueurs afro de l’Equipe de France

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain https://www.africatopsports.com




Les résultats des récentes élections européennes, qui voient progresser l’extrême droite, inquiètent un peu partout en France. Alors que des syndicats et association organisent des manifestations et appellent les Français à tout faire pour éviter une victoire de ce mouvement politique aux prochaines élections législatives, le sujet apporte également une vague de préoccupations parmi les joueurs afro de l’Équipe de France de football qui n’hésitent pas à se prononcer et à prendre ouvertement position.

On les entend parler rarement de sujets politiques. Mais actualité oblige, la montée du Rassemblement National et de l’extrême droite dans le paysage politique français a suscité des réactions vives et préoccupées en équipe de France, actuellement en Allemagne pour disputer l’Euro 2024. Et ce sont des joueurs français d’origine africaine qui en parlent le plus. Une chose tout à fait normale quand on sait qu’ils sont les plus concernés par le sujet et au regard de la position « traditionnellement raciste » de l’extrême droite.

Appel à se mobiliser contre « les extrêmes »

C’est Ousmane Dembélé, ailier de l’équipe de France d’origine mauritanienne et sénégalaise, qui a été le premier à se prononcer sur le sujet jeudi dernier en conférence de presse. Alors qu’un Français sur deux n’a pas été dans les urnes lors des élections européennes, le joueur du Paris Saint-Germain en appelle pour une grande mobilisation lors des législatives.

« Je pense que la sonnette d’alarme a été lancée et qu’il faut se mobiliser pour aller voter tous ensemble », a réagi Dembélé. « Il faut se mobiliser. Les législatives vont arriver », a-t-il insisté.

Deux jours plus tard, c’est au tour de Marcus Thuram d’en parler. Mais contrairement à son coéquipiers, l’attaquant de l’Inter Milan a de son côté brisé le tabou en s’engageant publiquement contre le Rassemblement National.

« C’est la triste réalité de notre société aujourd’hui. Il y a des messages qui sont véhiculés tous les jours à la télé pour aider ce parti à passer. Comme l’a dit Ousmane (Dembélé) il faut aller voter. Et en tant que citoyen, il faut se battre pour que le RN ne passe pas et que cela ne se reproduise pas », a fait savoir Marcus Thuram.

Dimanche, le capitaine des Bleus et joueur d’origine camerounaise et algérienne, Kylian Mbappé, a soutenu Marcus Thuram et appelé la jeunesse à aller voter, estimant « les extrêmes aux portes du pouvoir ».

Ces trois joueurs sont certainement loin d’être les seuls à être préoccupés par la question en équipe de France. Tout comme eux, certains de leurs coéquipiers d’origine africaine tels que Jules Koundé, N’Golo Kanté, Eduardo Camavinga, Ferland Mendy, Ibrahim Konaté (pour ne citer que ceux-là) devraient l’être, même s’ils n’en ont pas parlé ouvertement.

Une position « courageuse »
Si le Rassemblement National regrette les « idées reçues » de Marcus Thuram et l’accuse d’un engagement à géométrie variable, la sortie de l’attaquant des Bleus fait par contre l’unanimité au sein d’autres parties notamment de la majorité qui estime que « dans un moment si grave, personne ne peut être sur le banc de touche. Que de grands sportifs s’engagent, c’est courageux et nécessaire ».
Au parti socialiste, on pense que la prise de parole des joueurs est une excellente chose et qu’« on a besoin de voix fortes qui viennent de la société civile et qui parlent aux jeunes, surtout quand on sait que 32 % des 18-24 ans ont voté pour le Rassemblement National ».
Mbappé et ses coéquipiers ont-ils des raisons de s’inquiéter ?
Tout porte à croire que oui, surtout au regard de la position très restrictive et souvent hostile qu’a généralement l’extrême droite envers les Français d’origine africaine et l’immigration en général.
En effet, ce mouvement prône des politiques très strictes en matière d’immigration. Elle propose souvent de réduire drastiquement le nombre d’immigrants entrant en France et de renforcer les contrôles aux frontières pour limiter l’immigration légale et illégale. En plus, l’extrême droite est souvent critique envers l’immigration en provenance des pays d’Afrique, arguant que cette immigration contribue à l’insécurité, à une pression sur les services sociaux, et à une perte de l’identité culturelle française.
Par ailleurs, les partis d’extrême droite mettent fréquemment l’accent sur les problèmes de sécurité liés à l’immigration, en particulier celle en provenance des pays africains, associant parfois l’immigration à une augmentation de la délinquance. Aussi, certains partis d’extrême droite remettent en question le principe du droit du sol, qui accorde automatiquement la nationalité française aux enfants nés en France de parents étrangers comme Kylian Mbappé par exemple. Ils préfèrent souvent une politique basée sur le droit du sang, où la nationalité est déterminée par la filiation.
En outre, bien que cela varie selon les partis et les leaders, l’extrême droite est souvent critiquée pour ses discours qui stigmatisent les Français d’origine africaine et les immigrés, contribuant potentiellement à la discrimination et aux tensions sociales.
Autant de raisons qui expliquent la prise de position de ces joueurs nés de parents immigrés notamment d’Afrique et qui pensent que la montée de l’extrême droite représente une menace directe pour les valeurs de tolérance et de diversité qui font la force du sport et de la société française. Pour certains observateurs, les réactions d’Ousmane Dembélé, Marcus Thuram et Kylian Mbappé  face à la montée de l’extrême droite est un témoignage poignant de leur engagement envers une France inclusive et diversifiée.
(Crédit photo: Fédération française de football)

 


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *