CAN 2023 – Gambie : Tom Saintfiet révèle les vraies raisons de sa démission !



Après leur élimination de la CAN 2023 en phase de groupes par le Cameroun ce soir, le sélectionneur de la Gambie, Tom Saintfiet, révèle qu’il démissionne et donne les vraies raisons de cette décision.

Quel est votre avis à l’issue de ce match des plus intenses.

Akwaba, j’ai commencé chaque conférence de presse avec ces belles paroles. Tout d’abord, je dois vous dire merci. Merci beaucoup à la Côte d’Ivoire. Parce que c’était un tournoi fantastique. La Côte d’Ivoire avait organisé de grands hôtels, des terrains d’entraînement et des stades. Tous les gens qui travaillaient pour Cochrane ont fait un travail fantastique. Les bénévoles, tout le monde. C’était incroyable. Merci beaucoup à la Côte d’Ivoire pour le tournoi fantastique, très bien organisé.

Mais naturellement, quand on parle de ce match, je suis très fier de mon équipe. Je pense que je peux être l’un des entraîneurs les plus fiers au monde. Évidemment que l’équipe qui a rebondi après deux matchs aussi difficiles, un début difficile, une préparation difficile. Et puis aujourd’hui, je joue un grand match. Je pense que nous méritons au moins un point. Nous aurions pu remporter la victoire. Mais oui, je suis très fier en tant qu’entraîneur. Je suis déçu du résultat et je voudrais également annoncer quelque chose.

C’était mon dernier match. Dernier match en tant qu’entraîneur de l’équipe nationale de Gambie. J’ai démissionné. J’ai encore un contrat jusqu’en août 2026, mais j’ai démissionné de mon poste d’entraîneur de l’équipe nationale de Gambie. Je serai toujours, je serai toujours Gambien. J’adore la Gambie. J’ai travaillé avec un fantastique président de la FA. J’ai travaillé dans plusieurs fédérations, mais je n’ai jamais eu un président aussi fantastique dans une fédération. Une personne fantastique. Personnel d’encadrement. Équipe médicale de soutien au personnel. Fantastique. Toute la fédération. Incroyable. Je serai toujours le sélectionneur souriant de la Gambie face à l’Afrique. Et ça sera la plus belle période de ma vie de coach. 100% sûr. Ma fille, elle savait qu’elle avait sept ans. Et quand je lui ai dit que je démissionnerai, elle a dit non, papa. La Gambie est tout pour moi. Mais il est temps de partir.
C’était donc mon dernier match. Et je voudrais surtout remercier mes fantastiques joueurs. Le meilleur du monde.

Avez-vous été surpris par le fait que les supporters ivoiriens ou du moins le peuple ivoirien soient à vos côtés lors de ce match ? Et qu’est-ce qui a fait la différence pour le Cameroun, selon vous ?

Merci pour votre question. Non, je ne suis pas surpris. Parce que la Côte d’Ivoire a aussi l’avantage. Quand la Gambie gagnera, ce sera peut-être mieux, car nous avons trois points. Le Cameroun compte désormais quatre points. Et c’est un plus gros problème pour les supporters ivoiriens que d’être qualifiés troisièmes. Et puis, je connais un peu la relation footballistique entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire.
Nous sommes outsiders et c’est toujours plus sympa pour les spectateurs. Et les spectateurs de notre association ne sont pas vraiment surpris par moi. Nous y avons réfléchi. Mais on ne pensait pas qu’il y avait autant de spectateurs comme ça.

Quelle est la différence ? C’est très difficile à dire. Un objectif est le seul. Mais je pense qu’en termes de qualité, à mon avis, nous avons mieux joué que le Cameroun aujourd’hui. Mais le Cameroun est plus efficace dans les tirs. De plus, deux tirs au but sont plus efficaces que nous. Et c’est peut-être à cause de ça. Et c’est peut-être aussi l’expérience de jouer à un très haut niveau et de jouer de grands matchs comme celui-là. Mais comme je l’ai dit, pour moi, il n’y a qu’une seule équipe qui a gagné, c’est la Gambie. Je sais que nous avons perdu, mais un match comme celui-là est une victoire pour le football gambien.

Votre équipe a réalisé une très belle performance. Et au final, c’est le Cameroun qui a remporté la rencontre. Qu’est-ce qui a réellement fait la différence tactiquement en termes d’expérience ?

Pour être honnête, je pense qu’il n’y avait pas vraiment de différence tactique. Je pense que nous dominions une plus grande partie du jeu. En première mi-temps, nous avons eu beaucoup d’occasions de marquer.Je pense qu’il y a eu plus de périodes dans le match où tout le monde s’attendait à un but de la Gambie que du Cameroun. Mais la plus grande différence était peut-être le jeu. L’expérience du Cameroun pour être plus clinique devant le but. Ils ont marqué trois buts. Ils ont eu un ou deux tirs sur la barre transversale. Nous avions besoin de plus d’occasions pour marquer. Je pense que nous avons joué de manière fantastique. Pour moi, nous étions bons tactiquement. Nous avons mis la pression dès le départ. Nous avons eu beaucoup d’actions avec beaucoup de rapidité. Nous avons eu, en première mi-temps, le contrôle du milieu de terrain. Nous avons joué des passes directes devant. On a vu que le Cameroun avait des problèmes avec nous. Mais la différence, c’est que nous n’avons pas marqué autant d’occasions que le Cameroun. C’est naturellement important dans le football. Mais pour moi, nous avons perdu la partie, mais nous avons gagné la partie. La Gambie a gagné la partie. C’était un match fantastique. Performance fantastique. Je suis très fier de mes joueurs. C’est triste que nous rentrions à la maison sans aucun point. Mais je pense que ce match restera longtemps dans la mémoire non seulement des supporters gambiens, mais aussi de tous ceux qui aiment le football en Afrique. Une question, s’il vous plaît.

Démission ? Pourquoi si tôt ?

Ce n’est pas une décision que j’ai prise après le match, bien entendu. J’ai longuement discuté avec beaucoup de monde. Et j’ai aussi informé le président il y a quelques jours, il sait que je lui ai dit quand c’était le dernier match et je n’espère pas contre le Cameroun, ce sera mon dernier match et pourquoi ? J’ai travaillé cinq ans et demi avec l’équipe, nous avons fait deux qualifications pour une équipe que je n’ai jamais qualifiée et je pense qu’il est temps pour la Gambie d’en faire un autre coach, une autre dynamique et peut-être aussi pour moi pour un autre projet. Je dois voir, mais ce n’est pas qu’il y a un problème, parce que j’ai crié quand j’ai dit mon président. J’ai crié, ça me semblait être des petits enfants maintenant, mais pour moi, je suis Gambien et je serai toujours aussi bien toute ma vie et c’est une période particulière et je veux repartir dans un bon moment et pas dans un mauvais moment. Et c’est pourquoi j’ai décidé maintenant de partir.

Crédit photo : Dounia MESLI, ATS.


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *