Afrique Didier Six: la CAN 2013, les problèmes d’organisation, son avenir, il se dévoile sur Canal !

Didier Six, le sélectionneur des Eperviers du Togo, était ce lundi l’invité de l’émission « Talents d’Afrique » sur la chaine française Canal+. Il est notamment revenu sur sa première expérience à la tête d’une sélection. Six a qualifié le Togo pour la première fois de son histoire pour des quarts de finale d’une compétition africaine. Son avenir a également été évoqué. Extraits.

Le parcours du Togo à la CAN

« C’était un premier but mais dommage de s’arrêter face au Burkina Faso. Etre passé dans le groupe de la mort, c’est déjà extraordinaire. Mais comme souvent, on oublie vite les choses« .

« On sentait qu’on pouvait aller plus loin. Il est clair que dans le groupe j’ai ressenti une facilité contre le Burkina. Je connaissais les qualités des Etalons et j’avais la crainte. Certains de mes joueurs ont pensé que c’était juste une étape pour les demi-finales et c’était notre erreur. Les joueurs ont fait preuve de suffisance« .

« Sur le but de Pitroipa, il y a eu un oubli. Dans le vestiaire, il y a eu des discussions générales. quand on dit que j’ai joué défensif je dis non. Quand on a sept occasions et qu’on en met pas une, c’est là le problème« .

Sa relation avec Adebayor

« Mes relations avec Adebayor étaient bonnes. Il n’y avait pas de soucis. Mais quand tu es un joueur, tu te mets à ta place pour donner le maximum« .

« En parlant de la liste, la veille, il y a un joueur qui me dit qu’il ne viendra pas et un autre qui me dit qu’il est blessé. Alors il a fallu faire des choix. Mais ils étaient dans ma première liste contrairement à tout ce qui a été dit. Je ne suis pas fou pour me mettre une telle balle dans le pied en ne prenant pas mes meilleurs joueurs« .

Son avenir (un sujet sur les impressions de journalistes et d’hommes de la rue passe)

« J’ai pas l’impression de voir des Togolais devant moi. Je suis resté dix jours à Lomé après notre retour et personne ne m’a approché. Ils sont là à critiquer. C’est facile de dire çà. J’ai été au minimum durant les trois matchs pour faire passer l’équipe« .

« J’ai toujours envie d’être entraineur du Togo« .

La préparation et les soucis d’organisation

« L’avant-CAN a été très compliqué. Premièrement, il y avait une liste à donner. Et à 3 ou 4h, je ne savais pas qui venait exactement. Depuis quinze mois que je suis au Togo, je suis habitué à gérer tout à la dernière minute, mais il y avait urgence. C’était chaotique ce jour-là. Dans tous les cas, ce qui était important pour c’était le terrain. je me suis toujours battu pour les joueurs peu importe l’endroit où je serai« .

« Les joueurs ont été habitué à ce genre situation, ils y sont habitué. Après notre élimination, on attendu trois jours avant de partir. J’ai demandé un vol direct pour rentrer mais qui n’est jamais arrivé. Je me demande s’il s’il n’y a pas ces genre de situation chaotique (problèmes extra-sportifs), comment les joueurs vont réagir« .

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com