Afrique Diarrassouba Viera:  » Bien finir le travail face au Libéria »

ousmane-viera-diarrassoub-ivory-coast_3126258

Désigné par Kolo Touré comme son héritier chez les Eléphants, Diarrassouba Ousmane Viera porte avec humilité ce lourd manteau. A quelques heures (17h GMT) d’affronter le Libéria en match retour des éliminatoires du Mondial 2018 (2e tour), le capitaine de Rizespor s’est prêté aux questions d’africatopsports.com. C’est un défenseur très motivé, à l’instar de ses coéquipiers, qui glisse au passage ses ambitions en club. Lecture. 

« Les Eléphants ont remporté, en déplacement, la première manche de la double confrontation contre le Liberia, pensez-vous que le gros du travail a été fait en vue de la qualification pour le 3e tour de ces éliminatoires du Mondial 2018? Ou est-ce plutôt un résultat piège?

« Nous avons fait la moitie du chemin. Il faudra bien finir le travail demain (aujourd’hui) même si nous avons une petite avance. Le plus important sera de surtout rester concentrés.

En fin de partie, les Libériens avaient pris un léger ascendant dans le match, il a fallu une défense à toute épreuve pour préserver le score. Quels commentaires faites-vous sur la complémentarité dans ce secteur?

Nous avons essayé de gérer le résultat en laissant du terrain à notre adversaire. En  fait, l’essential était de gagner quelle que soit la manière. Pour la complémentarité,  j’essaie de m’adapter à chaque joueur à mes cotés. Jusqu’ici, tout se passe super bien.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques heures du match retour?

Nous sommes tous conscients de l’enjeu du match. Il s’agit de la Coupe du monde, donc  il y a  forcément une motivation supplémentaire. Nous devons bien finir le travail.

Cadre désormais dans la défense ivoirienne, comment vivez-vous cette responsabilité, ou du moins cet héritage de Kolo Touré?

Ca fait plaisir d’être à ce niveau après tant d années de présence en sélection. Mais  je continue à travailler afin d’apporter un plus a l’équipe. En cela, je reste toujours à l’écoute du coach.

Les choses se passent plutôt bien pour vous en club, avec une récente distinction individuelle. Vous avez  visiblement conquis Rizespor, n’est-ce pas?

Personnellement, ça  se passe  bien pour moi à Rizespor. Mais je suis un peu amer depuis  quelques  semaines, parce que l’équipe traverse une crise de forme. En tant que capitaine, j’ai la lourde tâche de remobiliser mes amis. Je me suis bien intégré dans la ville, ça se passe super bien et tout, mais je souhaite encore gravir des marches donc je travaille encore plus.

S’agissant  de gravir encore des marches, à quoi faites-vous allusion exactement? S’agit-il d’aller dans un club plus huppé en Turquie ou en dehors? Ou tout simplement, montrer plus de performances au sein de Rizespor? »

Bien sûr, je veux  prendre plus de galons à Rizespor pour la suite de la saison.  Après, j’ai des envies d’ailleurs. Ca peut-être ici en Turquie ou dans un autre pays, mais dans un club plus grand pourquoi pas! »

 

EMGEY MARTIAL, A ABIDJAN

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports