Foot Afrique ITW Exclu : Théophile Bola « Je suis ouvert à toute expérience dans n’importe quel pays de l’Afrique Subsaharienne »

Ancien entraîneur d’Horoya AC, Théophile Bola a récemment dirigé le club togolais de Gbohloe-su des Lacs. Libre depuis son départ de cette formation, le technicien congolais n’est pas contre une autre expérience au Togo. Mais il ne refusera pas non plus un challenge ailleurs sur le continent. Dans cette interview accordée à Africa Top Sports, il se confie sur son futur et évoque Horoya AC.

Vous avez quitté Gbohloe-su des Lacs cet été. Depuis, que fais Théophile Bola ?

Vu que la pandémie du Covid-19 sévit dans le monde actuellement, j’ai préféré rester au Togo après la fin de mon contrat avec Gbohloe-su des Lacs, histoire de peaufiner mes pourparlers avec certains clubs Africains.

Accepteriez-vous entraîner de nouveau un club togolais après cette aventure qui s’est mal terminée avec le club d’Aneho ?

Bien-sûr que oui. Il y avait juste un problème d’incompatibilité d’humeur avec Gbohloe-su, et si c’était à refaire, on devrait le faire à nouveau, ce n’est pas une histoire qui s’est mal terminée à mon avis. Aujourd’hui, je suis en bons termes avec les dirigeants du club. S’il faut m’engager avec un autre club, je le ferai. Mais pour le moment, je suis en contact aussi bien avec certains clubs Subsahariens qu’avec certains clubs togolais. Je mets à profit cette période afin de mieux connaître la culture togolaise pour travailler mieux.

Si vous devez entraîner en dehors du Togo, dans quelle partie du continent africain aimeriez-vous travailler ?

Ma priorité reste la RD Congo où j’ai des contacts avec certains clubs. Mais le championnat a déjà commencé et je n’aime pas trop prendre le train en marche.

Le Togo est ma deuxième priorité car c’est la patrie de mes parents. Donc c’est une terre qui m’appartient aussi. En plus, c’est un pays de paix, accueillant, où je me suis retrouvé comme à Kinshasa. Alors pourquoi ne pas y rester pour travailler et faire avancer le football togolais. Après je suis aussi ouvert à toute expérience dans n’importe quel pays de l’Afrique Subsaharienne.

Un mot sur votre ancien club, le Horoya AC, qui a été éliminé en demi-finale de la Coupe CAF par le Pyramids FC.

D’abord je tire chapeau au président Antonio Souaré qui continue de relever le défi du football guinéen dans son ensemble.

Il faut rappeler que Horoya a été renversé en Coupe CAF alors qu’il devrait évoluer en ligue des champions. Il n’avait pas donc droit à l’erreur, mais ils ne se sont pas bien adaptés au jeu de Pyramids. Ils sont aussi partis beaucoup trop tôt au Maroc, pays dans lequel la pandémie sévit toujours, c’était un gros risque. Ils devraient se déplacer 48 heures avant au lieu de deux semaines, à mon avis. C’est déplorable qu’ils aient malheureusement enregistré 16 cas positifs dont huit joueurs.

Par ailleurs, l’entraîneur ne maîtrisait pas trop son effectif car il venait d’arriver. En témoigne le positionnement d’Ocansey Mandela, seul en pointe, au lieu de le faire jouer en tant qu’excentré.  Un système 4-4-2 aurait été aussi mieux pour Horoya avec deux attaquants en pointe pour dynamiter beaucoup plus la défense, mais avec Mandela en tant que remplaçant, puisqu’il revient de blessure et à manqué plusieurs mois de compétition.

Toutefois, bravo à Horoya. Mais le club doit profiter de ce moment pour faire un bon recrutement.

Est-ce que Théophile Bola envisage un retour à Horoya AC ?

Pour le moment je n’envisage pas un retour à Horoya. Le club ne manque pas d’entraîneur, parce que l’actuel fait du bon boulot. Je souhaite du succès au club car c’est un moteur qu’on a construit ensemble. Je préfère travailler ailleurs pour le moment et relever d’autres défis.

Un mot pour conclure ?

Je voudrais juste dire merci à l’association des entraîneurs et  éducateurs sportifs du Togo qui ont bien voulu m’accepter comme un enfant d’ici, en particulier le DTN (Gneni Sebabi) et à tous mes anciens employeurs ainsi que mes compatriotes congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *