Afrique Milutin Sredojevic : Condamné en Afrique du sud, le sélectionneur de l’Ouganda crie au complot

Jacques PEKEMSI




Milutin Sredojevic est sorti du silence. Pour la première fois depuis sa condamnation en Afrique du sud pour des faits d’agression sexuelle, le sélectionneur de l’Ouganda a réagi et pense être victime d’un complot.

Mardi, l’actuel sélectionneur de l’Ouganda a été condamné en Afrique du Sud pour agression sexuelle. Dans un communiqué rendu public ce jeudi, le technicien serbe a réagi à cette situation. Dans un premier temps, l’ancien sélectionneur de la Zambie a démenti les rumeurs de son arrestation, des rumeurs qui « reposent sur un complot bien orchestré de certaines personnes sournoises et malveillantes sans visage, déterminées à ternir mon nom et à utiliser tous les moyens pour me piéger et humilier mon image ».

S’agissant de l’affaire elle-même, Micho semble ne rien se reprocher et clame son innocence.

« Que l’on sache concrètement que lors de ma comparution devant le tribunal pour une affaire qui a été portée au moyen d’une atteinte à ma personnalité, je me suis soumis au système judiciaire sud-africain uniquement parce que je suis une personne respectueuse des lois qui a pleinement coopéré avec les autorités dès le tout début alors même que je savais que j’étais simplement une cible. Je savais alors que j’étais innocent sur les allégations dont l’intention était de porter un jugement sur mon caractère, et je réitère mon innocence encore aujourd’hui. Ma croyance dans le système judiciaire de l’Afrique du Sud n’a pas été entachée ni ébranlée, j’ai vécu en Afrique et je l’ai respecté, soutenu et surtout adopté comme faisant partie de moi et l’Afrique du Sud fait partie de cette Afrique qui vit chaleureusement dans moi car je me considère comme un citoyen de ce beau continent » peut-on lire dans la note .

L’ancien entraineur du Zamalek et d’Orlando Pirate indique faire appel de sa condamnation à 5 ans de prison avec sursis.

« Même si le tribunal a prononcé une condamnation avec sursis pour les accusations qui m’avaient été portées, pour moi, il était tout à fait approprié de déposer une demande d’autorisation d’appel du jugement auquel je pense qu’il était arrivé à tort… Ma décision de porter l’affaire en appel est en accord total avec la magistrate lorsqu’elle a dit : « Un autre tribunal peut arriver à une conclusion différente », c’est pourquoi ma quête de justice ne peut pas laisser la perpétuation de l’injustice à mon égard sans contestation » a ajouté le technicien qui est attendu par la Fédération Ougandaise de football pour poursuivre son travail à la tête des Cranes.


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *