Afrique football La Chronique de Yves de Fréau : La dame Lidi Bessi, le mouvement féministe triomphant du Togo

De Freau




Elles y sont allées en trombe, avec du champagne dans les verres, du sourire, de la lumière dans le regard et quelques CFA au bout des doigts… Rien de tel que de l’écrire, pour que cela saute davantage aux hommes Eperviers, qui ont raté deux CAN consécutives. Absents, en 2019 et condamnés à celle prochaine au Cameroun, les fans, les supporters et le public sportif togolais, peuvent s’appuyer sur leur gente féminine, pour venger l’ancienne bande de Claude Le Roy. Une heureuse situation que le football togolais, si celle-ci advenait en février 2022, sait déjà à qui elle la devra. Le Commandant-ministre des Sports et des Loisirs, Lidi Kédéka BESSI KAMA-GUMEDZOE. Celle surnommée déjà en 2016, l’amazone des temps modernes, par FOCUS INFOS.

Un sacré courage pour pouvoir tourner la page Claude Le Roy

Tenez, dans un moment pénible et accablant pour les Eperviers, coachés par un certain Claude Le Roy, dont personne n’envisageait le départ du Togo, il fallait la présence au gouvernement de l’Amazone, pour agir en souplesse. Le communiqué officiel indiquait un lundi 12 avril 2021, que le technicien français, « a pris la décision de démissionner de son poste suite à une réunion avec Mme le Ministre des Sports et des Loisirs Dr Bessi LIDI-KAMA ». Le public sportif national ne pouvait, une seule fois, imaginer que ce Togo, montrerait au technicien français, le chemin de son…Hexagone. Un tête à tête, avec le Commandant-ministre et le sélectionneur du Togo, avait vu sceller définitivement et sans retour le sort de CLR. Du coup, la fausse image de la place de la femme réduite à sa capacité procréatrice et confinée à l’espace domestique, a vécu. Et l’ère du chef de l’Etat Faure Gnassingbé, semble définitivement instaurer la condition féminine.

Celle-ci depuis des années, s’est profondément transformée, faisant des femmes des sujets de droit et même de pouvoir, au même titre que les hommes. Une dame, Premier ministre, dotée d’une demi douzaine de collaboratrices, dont l’une, Ministre des Armées et l’autre, Ministre des Sports et des Loisirs, flanquées d’autres dans divers secteurs véritablement appréciables et appréciés, ça donne vie, force et abnégation à un gouvernement. D’autant plus que parmi elles, figure une amazone : première femme recrutée au sein des Forces Armées Togolaises en 1996, à 17 ans, elle fait aussi partie des premières filles à être reçues à l’Ecole des Services de Santé de l’Armée de Lomé (ESSAL). Le tout, faisant d’elle au début des années 2010, une forte personnalité…

Chevalier de l’ordre du mérite en 2011, et première femme médecin-militaire parachutiste au Togo. Elle est aussi membre de la Commission Médicale du Comité National Olympique Togolais (CNOT) en 2005.  L’année suivante, elle devient la Représentante du Togo à l’Organisation Régionale Antidopage (ORAD) Zone II et III. Avant de présider la Commission Médicale de la Fédération Togolaise de Handball en 2008, pour devenir l’année suivante membre de la Commission Médicale de la Confédération Africaine de Handball (CAHB). Lidi Kédéka BESSI KAMA-GUMEDZOE a fait partie de la délégation officielle du Togo aux JO de Beijing en 2008 en tant que médecin, la seule fois où le Togo a obtenu une médaille olympique.

L’assurance de tenir une vie de famille et une vie multi-professionnelles

Coup de destin ou heureux hasard en octobre 2020 ? Elle fait son entrée dans le gouvernement togolais, en qualité de ministre des Sports et des Loisirs. Et l’une des choses, entendues d’elle, à travers l’un de ses collaborateurs, fait partie de ses soucis de revenir à titre posthume sur les anciennes légendes nationales qui ne sont plus. Et tout en lui reconnaissant sa grande passion pour le Sport, surtout pour le handball et l`athlétisme,elle n’est pas moins, nantie d’un Doctorat d’Etat en médecine. Telle une femme d’une grande intelligence, la dame Lidi Kédéka est si attachante ! Si attachante qu’elle n’en oublie naturellement pas qu’elle est une femme. Et donc, une mère après tout : « je m’efforce d’être présente dans la vie de mes enfants, de leur donner l’amour et leur inculquer la rigueur indispensable à leur épanouissement».

De là, à prendre les jeunes filles et dames togolaises, les Eperviers dames du Togo, vainqueurs de leurs homologues de Sao Tomé et Principe, le 22 octobre dernier, 0-5, en éliminatoires de la CAN Maroc, c’est honorer le foot du Togo. Son message a été tout simplement poignant : « J’adresse mes félicitations à nos Éperviers dames du Togo pour cette belle victoire face à leurs homologues de Sao Tome. Maintenez le cap et travaillez sans relâche ! ». Pour une meilleure impulsion, on ne pouvait mieux demander, surtout notre « amazone » déjà bien réglée par son destin. Pour triompher ! Il y a quelques années, elle rappelait que, « La difficulté, c’est que moi je travaille triplement. En tant que leader, je dois maintenir un certain cap, je dois donner le meilleur de moi-même parce qu’il y a d’autres qui croient en moi. Je dois montrer la voie, je dois tenir, je dois réussir sur le plan professionnel ».

En février de l’an 2022, à l’heure pour les belles créatures togolaises, courageuses protégées de la sélectionneuse Tomety Kaï, de croiser celles gabonaises, dans le cadre de l’ultime journée des qualifications pour la CAN Maroc 2022 des dames, on a un pressentiment : il se passera des choses. Au Togo, on parlera d’une année 2022 bien entamée, ouvrant de belles images de football féminin, avec des photos de femmes. Regardant droit dans les yeux, ces millions de compatriotes et aussi de toute l’Afrique du football. Pour leur signifier : « A nous la CAN ! C’est notre tour à présent de régner ! », au nom du football !!!


Articles récents