CAN 2023 -Sénégal : « On a très vite perdu le fil conducteur », Aliou Cissé

CAN 2023 -Sénégal : "On a très vite perdu le fil conducteur", Aliou Cissé


Après leur éliination en huitièmes de finale de la CAN 2023 par la Côte d’Ivoire, le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé a animé la traditionnelle conférence de presse d’après-match.

C’est un résultat très difficile pour les Sénégalais. Quel est votre analyse de ce match contre la Côte d’Ivoire ce soir ?

Déçu, déçu du résultat forcément, déçu surtout pour mes garçons. Je pense qu’on était venus ici pour gagner ce match, déçu pour notre peuple qui attendait beaucoup de nous. Mais fier de mes garçons. Comme on dit, quand on gagne, on est heureux. Quand on perd, il faut garder sa dignité. Dans la défaite, on garde au moins notre dignité. C’est un match un peu bizarre, avec beaucoup de faits du jeu. Pas besoin de revenir là-dessus. Mon seul regret, c’est qu’après le but, peut-être qu’on a perdu un petit peu le fil conducteur du match. On a sauté trop les lignes alors qu’on avait bien débuté ce match-là en contrôlant la possession. En trouvant les intervalles qui nous ont permis d’attaquer la dernière ligne. Dommage qu’on n’a pas pu tenir ça. C’est le football. En 2022, on était heureux. Aujourd’hui, on est triste. Triste pour mes garçons, triste pour tout le peuple sénégalais. Mais c’est pas le football. On restera dignes d’être ça.

Hier, on parlait du côté irrationnel du football. Est-ce qu’il y a un côté logique à cette défaite ? Ou comme tu disais, c’est bizarre. C’est vraiment irrationnel. On ne sait pas ce qui s’est passé.

Si, on sait ce qui s’est passé. On a perdu aux tirs au but. On a mené au score jusqu’à 5 minutes de la fin. Je pense qu’on a eu un pénalty. L’arbitre est allé voir le VAR. Ils ont eu un accroçage dans la surface de réparations. Il est allé voir le VAR. C’est les décisions qui sont comme ça. Aujourd’hui, c’était contre nous. Donc, voilà. On est vraiment très déçus. Parce que quand on regarde notre premier match, quand on voit aussi la prestation qu’on a fait aujourd’hui, véritablement, je pense qu’on mérite d’aller à la quarte finale. Mais comme je l’ai dit, c’est le football qui est comme ça.

Est-ce que c’est le genre de tournoi où vous avez vraiment fait peur de créativité, prise d’initiative dans vos choix tactiques ? Est-ce que c’est le genre de tournoi où vous vous en ressortez, on va dire, ragaillardis, prêt à embarquer une fois de plus pour aller la chercher en 2025 ?

Aujourd’hui, il est difficile de se projeter en 2025. On vient de sortir d’une défaite qui fait mal. Aujourd’hui, il faut qu’on le digère. Et on verra en réalité. Mais comme je l’ai dit, on a fourni du bon jeu. Le contenu a été bon. Pour vous dire, entre bien jouer et ne pas gagner, et mal jouer et gagner, je crois que mon choix est déjà fait. Je préfère quand même bien jouer et gagner. Mais à des fois, je préfère quand même mal jouer et gagner. On nous a beaucoup reproché qu’on n’avait pas le fond de jeu, qu’on ne jouait pas bien. Je crois que dans ce tournoi-là, on fait partie des meilleures équipes de ce tournoi-là. Mais c’est comme ça. Bien jouer ne suffit pas. Pour l’instant, on est là. On laisse passer cet effet.

Le Sénégal peut-être a démontré qu’il pouvait aller au bout. Mais vous l’avez dit tout à l’heure, l’équipe a perdu le fil au victeur de ce match. On a beaucoup subi, contrairement aux trois autres matchs. Pourquoi vous n’avez pas replacé le bloc équipe un peu plus haut pour justement empêcher les Ivoiriens de venir ? Est-ce que vous ne pensez pas que l’équipe a péché à ce niveau-là ? Laissez le ballon à la côte d’Ivoire et peut-être se protéger derrière.

C’est difficile de faire des analyses là, maintenant, après cette défaite. Mais comme je l’ai dit tout à l’heure, on a perdu le fil conducteur du match dès le premier but. Je pense qu’on a eu beaucoup de déchets sur le plan technique. Ce n’est pas le problème du bloc. Je pense que le bloc était plutôt bien. On était bien en bloc. Mais la réalité, comme je l’ai dit, c’est à la récupération du ballon. Pour cette projection, il y a eu beaucoup de déchets. On a perdu beaucoup de ballons dans notre bloc. Quand vous jouez en bloc médian comme ça, et que vous récupérez le ballon, logiquement, c’est la projection. On s’est peu projetés et on a perdu des ballons à l’intérieur de notre bloc. Je pense que c’est ce qui nous a causé énormément de problèmes. C’était le milieu de terrain. Alors qu’à chaque fois qu’on a trouvé Sadio à l’intérieur, on a trouvé Ismaila à l’intérieur, on a pu ravitaliser nos extérieurs. Je regrette qu’on n’ait pas pu répéter tout au long du match par rapport aux trois premiers matchs. On a pu trouver de l’affinité dans le jeu. On a pu garder alliés. En réalité, possession et verticalité. Je ne peux pas vous expliquer le fait qu’on ait perdu le match. On a marqué très tôt. Il fallait continuer à jouer. On ne peut pas gérer ce match-là pendant quatre vingt dix minutes. C’est le seul regret que j’ai.

Tu es venu à ce match comme l’un des favoris pour gagner la compétition. Malheureusement, tu es tombé. Quels sont les erreurs techniques qui ont amené ta défaite ?

Si on avait continué, on aurait pu nous marquer un but. On savait que ça allait se jouer sur des coups de pied arrêtés, sur un pénalty. Mais si on regarde bien, malgré la possession, il n’y a rien qui a été dangereux de notre côté. Le regret que j’ai, je le répète, c’est que même si on a reculé le bloc, je pense qu’à la récupération du ballon, on n’a pas été assez fluides. Notre jeu n’a pas été fluide. Notre jeu n’a pas été clair. Aujourd’hui, c’était très compliqué. J’ai envie de dire que c’est nous-mêmes qui nous sommes compliqués. Parce qu’on avait la possibilité de gagner ce match-là.

Pape Gueye, qui pouvait jouer 3e stopper, qui pouvait relancer. Il était excellent à la récupération pendant les trois précédents matchs. Il n’est pas là aujourd’hui, pourquoi ?

Je pense qu’aujourd’hui, on a 27 joueurs. Je le répète, je gère mon collectif. Pape Gueye n’est pas là, mais il y avait d’autres joueurs qui étaient là aussi. Ils ont bien joué avant que Pape n’arrive. Le problème, ce n’est pas un joueur qui manque, c’est notre collectif. À un moment donné, on avait des coulissements à faire. On avait dans la circulation du ballon. On n’a pas beaucoup joué. Le ballon a été étouffé. Il n’y a pas eu assez de fluidité dans le jeu qui pouvait nous permettre de basculer cette équipe-là de gauche à droite et de trouver l’intérieur du jeu. Ce n’est pas un problème individuel, mais plutôt un problème collectif. Pour l’instant, c’est vrai qu’on verra. On verra l’avenir, c’est ce qu’il nous dira. Pour l’instant, j’ai envie de digérer cet effet. Après, comme je l’ai dit, oui, bien sûr qu’on verra avec la fédération. Il y aura des discussions qui auront lieu. Mais pour l’instant, je ne pense pas trop à l’avenir. Je pense à cette déception-là. Mes joueurs sont déçus. Nous sommes déçus. Je sais que notre peuple est déçu aussi. Pour moi, mon avenir a peu d’importance en réalité. Ce qui est important, c’est le Sénégal.

Aujourd’hui, le Sénégal a perdu. Problème externe ?

Non, je ne le crois pas. Je crois que c’est le cas. Nous l’avons bien préparé. N’oubliez pas que nous faisons trois matchs, trois victoires. Je pense que la Côte d’Ivoire a mis l’intensité qu’il fallait. Nous, quand on a eu la possession, on l’a perdue très vite. Ce ballon-là, je pense qu’on aurait dû le garder un peu plus. On a eu des pertes de balles inhabituelles. Nos circuits de jeu n’ont pas été respectés. Ça a favorisé aussi l’élaboration du jeu des Ivoiriens. Mon regret, c’est qu’on a bien défendu. Mais mon seul regret, c’est que c’est dans l’utilisation du ballon. On a très vite perdu le fil conducteur. Il était difficile de trouver des relais à l’intérieur du jeu. Je disais que sauter les lignes, ce n’était pas la bonne solution. Je pense que dans notre jeu de possession, le fait de trouver un peu plus de solutions à l’intérieur du jeu, ça nous a marqués alors qu’il y avait la possibilité d’entrer. Pour moi, on n’a pas bien utilisé le ballon ce soir. 

Je disais que après avoir marqué votre premier but, vous étiez sous tellement de pression. Vos joueurs se sont réunis à attaquer, au lieu de prendre l’initiative, ce qui a mis beaucoup de pression sur votre défense. Pourquoi n’avez-vous pas changé ça pour réduire l’opportunité d’erreur, qui a causé le pénalty que vous avez conçue très tard dans le jeu ?

Les consignes que j’avais demandées aux joueurs, c’était d’allier la position et la verticalité. On savait que quand on a marqué le but, ils allaient faire avancer leur ligne défensive. C’est ce qu’ils ont fait avec leur attaquant et leur milieu. C’est ce que je disais, ça nous permettait de trouver les intervalles. On a eu du mal à trouver Sadio à l’intérieur, à trouver Ismaila Sarr à l’intérieur. C’est ce qui est un peu dommage. Chaque fois qu’on a trouvé ces intervalles à l’intérieur du jeu, on a pu sortir. Mais je pense qu’on a perdu le fil du jeu. On a perdu le fil de ce match-là. Dès qu’on a marqué le but, on s’est recourbillés sur nous. Et ça a fait le cash. Je pense qu’on aurait dû continuer à jouer, et on n’a pas joué. On s’est arrêtés de jouer après. C’est ça le regard que j’ai.

 J’ai vu Lamine Camara après le match. Il était en pleurs, il était dévasté. Ça m’a rappelé de Sadio Mané en 2017, après avoir perdu le pénalty. Vous, comme coach, vous étiez là en 2017. Et vous avez vu comment Sadio Mané s’est recouvert de ça et est devenu un grand leader avec de la force mentale. Qu’est-ce que vous diriez à un joueur comme Lamine Camara qui a eu un grand tournoi ?

C’est très compliqué de voir ces joueurs dans cet état-là. Lamine est un jeune joueur, il a encore l’avenir devant lui. C’est bien de le stipuler, de dire que Sadio Mané, en 2017, avec l’affaire de pénalty, il était dans cette situation-là. Mais Lamine, c’est encore une pépite qui va continuer à grandir. Et quand il va en jouer, j’en suis sûr et certain qu’il va en gagner encore d’autres. C’est dans la défaite qu’on apprend. C’est dans la défaite aussi qu’on se construit. Je pense qu’il va se construire.

Crédit photo : Dounia MESLI, ATS.


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *