Afrique Drogba, Gyan, Wome, etc: Les stars africaines et les penaltys ratés

PENALTY DROGBAEn plus de l’intérêt qu’ils ont suscité et des buts qui ont été marqués, les deux premiers matchs des barrages zone Afrique de la Coupe du monde Brésil 2014 ont aussi été une histoire de penaltys. En tout, trois ont été sifflés au cours de ces deux rencontres, dont deux dans le duel entre les Etalons du Burkina Faso et les Fennecs d’Algérie.

Drogba marque, Bancé rate puis marque

La Côte d’Ivoire a ouvert le score contre le Sénégal sur un penalty sifflet à la 4ème minute de jeu. Un penalty consécutif à une faute du Sénégalais Cheikhou Kouyaté sur Gervinho. Didier Drogba n’a pas hésité. Sans doute aidé par ses années d’expérience dans le foot, il transforme la sanction et met le stade Félix Houphouet-Boigny en ébullition. 1-0 pour les Eléphants.

Un peu plus tôt, dans le match Burkina Faso-Algérie, l’attaquant des Etalons, Aristide Bancé, n’a pas eu la même chance. Il a raté un penalty important accordé par l’arbitre à son équipe en fin de première mi-temps suite à une faute sur Jonathan Pitroipa.

Mais sur un autre penalty sifflet pour le Burkina en fin de match, Bancé prendra son courage à deux mains pour le rejouer et le marquer, permettant ainsi aux Etalons de prendre l’avantage sur les Fennecs. Mais, ce second penalty n’est pas exempt de tout reproche. Puis qu’il a failli le rater à nouveau.

Penalty : il ne suffit pas d’en avoir, il faut les mettre dedans !

Si Aristide Bancé avait marqué son premier penalty, le score aurait peut-être été de 4-2. Cela aurait permis au Burkina Faso de l’emporter au moins avec deux buts d’écart. Ce qui ne PENALTY GYAN
devrait pas être un mauvais score compte tenu de l’importance de l’enjeu du match retour, qui se joue dans un peu plus d’un mois en Algérie. A 3-2, les Fennecs conservent toujours leur chance de qualification, alors que deux buts d’écart auraient pu engendrer plus de doute chez eux.

Dans un match de football, une chose est d’avoir des penaltys, et une autre est de les transformer. Ce qui n’arrive pas tout le temps, même dans les rencontres les plus décisives et avec des joueurs considérés comme des stars. Quelques exemples récents.

Souvenez-vous de Pierre Womé Nlend. Il fut considéré comme le responsable de la non-qualification du Cameroun à la Coupe du monde 2006 en ratant un penalty (envoyant la balle sur le poteau) à la dernière minute du dernier match de qualification face à l’Egypte. Score final 1-1, alors que la victoire donnait la qualification à son pays. Victime de menaces, il refuse de revenir en sélection jusqu’à ce que sa sécurité soit de nouveau assurée.

Martin Palermo: 3 penaltys manqués en un match !

WOMEUn autre exemple. Celui du Ghanéen Asamoah Gyan à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. A la dernière seconde des prolongations du quart de finale entre le Ghana et l’Uruguay, l’ancien Rennais a l’occasion d’envoyer pour la première fois de l’histoire un pays africain en demi-finale de Coupe du monde. Mais Gyan a raté son penalty et les Black Stars ont finalement perdu aux tirs au but.

Et que dire du penalty raté de Didier Drogba en cours de match lors de la finale de Coupe d’Afrique des nations 2012 contre la Zambie. Une finale que les Eléphants ont finalement perdu aux tirs au but contre les Chipolopolo.

Comme on le voit, les penaltys sont aussi une histoire de chance et il faut être parfois très courageux pour les tirer.

Pour la petite histoire, le record de penaltys ratés dans un match appartient à l’argentin Martin Palermo avec 3 tentatives manquées dans une rencontre.

Vidéo du penalty raté d’Asamoah Gyan lors de la Coupe du monde contre l’Uruguay.

http://www.dailymotion.com/video/xdwips
Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com