Amerique du Sud Coupe du monde 2014 : Quelles garanties sécuritaires les stades offrent-ils ?

Des stades toujours en chantier, la Fifa qui menace, le Brésil rassure. La Coupe du monde 2014 va-t-elle véritablement combler les attentes ?

Rousseff-Blatter (1)

Décidément, la Fifa et les autorités brésiliennes n’arriveront pas à accorder leur violon à moins que les stades soient vraiment prêts. Les responsables de la Fifa semblent  pessimistes quant à la finition des travaux sur certains sites devant abriter les différents matches du Mondial. Déjà c’est le patron du football mondial qui avait taclé le pays organisateur lorsqu’en 2013 il  disait que le Brésil était trop en retard. La présidente du Brésil Dilma Rousseff avait réagi à cette attaque en rassurant tout le monde. Plusieurs semaines après, tout semble faire du sur-place. Blatter revient à la  charge et a même menacé d’exclure un des stades retenus. Mardi, Jérôme Valcke, du secrétaire général de la Fifa, avait lancé une mise en garde à Curitiba. Parlant d’une « situation d’urgence« , le Français avait espéré que la situation évolue rapidement « pour que Curitiba ne se retrouve pas exclue de la Coupe« . « Ce n’est pas que nous voulions voir le stade prêt le 18 février, mais nous voulons constater des progrès » lors de la prochaine visite d’évaluation, avait-il ajouté.

Le gouvernement brésilien se veut toujours rassurant. Mercredi, la présidente Rousseff s’est dite « sûre » que le stade de Curitiba (sud) serait livré dans les temps pour le Mondial-2014, (12 juin au 13 juillet), au lendemain de sévères critiques de la Fifa sur le retard dans les travaux. « Il est impossible de miser sur le pire, au contraire: je crois que tous, le gouverneur, le maire et les entreprises responsables pour le stade de Curitiba vont terminer le stade dans les temps, c’est quelque chose dont je suis sûre », a-t-elle déclaré en marge de l’inauguration de l’enceinte de Natal, le septième stade prêt sur les douze prévus (après les six déjà utilisés pour la Coupe des Confédérations 2013), en présence de M. Valcke.

Quid de la sécurité des stades ?

Tous les stades devaient à l’origine être livrés avant le 31 décembre à la Fifa, qui souhaitait disposer d’une période de six mois pour effectuer tous les tests nécessaires avant le Mondial. Or, deux stades en construction se sont déjà écroulés et ont fait des victimes. Du coup, il est logique de redouter une réédition.

La Coupe du monde démarre le 12 juin. Donc nous en sommes à moins de six mois.  Le Brésil a donné jusqu’au 18 février pour remettre es pendules à l’heure. Mais les risques que cette promesse ne puisse se réaliser sont grands. Les stades vont être prêts, c’est sûr ! Mme Rousseff l’a promis. Mais quand donc ? Les techniciens de la Fifa auront-ils le temps nécessaire pour s’assurer que les travaux ont été bien exécutés et que la vie des milliers de spectateurs n’est pas en danger ?

Inutile de rappeler ici la menace terroriste, celle des cartels de drogue et la grogne sociale et même politique qui planent au-dessus de la plage de Copacabana.

Beaucoup d’inquiétudes en tout cas autour de la grand’messe du football dans la plus grande nation mondiale de foot.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports