Coup de gueule du Ministre Horacio FREITAS sur le football togolais après le congrès du 03 février 2024

Horacio Freitas


En cette journée particulière marquée par le décès de son Excellence le Général GNASSINGBE Eyadéma, Président de la République, Horacio Béno FREITAS, Ministre honoraire des Sports, a choisi de lever la voix contre ce qu’il qualifie d’injustice et de manquements au sein du football togolais, à la suite du congrès du 03 février 2024.

L’ancien Président du deuxième comité de normalisation de la Fédération Togolaise de Football (FTF) rappelle son engagement et son rôle dans l’organisation des congrès statutaire et électif entre décembre 2015 et février 2016. Il évoque la passation des clés du siège de la FTF au Colonel Guy AKPOVY, élu récemment à la tête de la FTF.

FREITAS, sportif accompli désigné champion sportif du siècle pour le Togo par le Comité International Olympique en 2000, exprime son mécontentement quant à son absence aux deux derniers matchs officiels des Éperviers et au congrès électif de la FTF du 03 février 2024. Il souligne qu’une telle exclusion est un manque de respect envers ses contributions au sport togolais.

Le Ministre honoraire dénonce également les irrégularités entourant le processus électoral, citant le blocage des parrainages des clubs de D1 comme une atteinte à l’éthique sportive. Il rappelle son expérience dans le milieu sportif, tant en tant que joueur que dirigeant, soulignant son engagement constant en faveur du fair-play et de l’éthique sportive.

FREITAS ne mâche pas ses mots en critiquant l’attitude des dirigeants actuels de la FTF, qu’il estime irrespectueux envers ses antécédents sportifs et sa contribution au développement du sport togolais. Il soutient la décision des acteurs du football de la région des Savanes qui ont quitté le congrès, exprimant leur mécontentement.

L’ancien Ministre des Sports appelle à plus de fair-play, d’humilité et de modestie de la part des dirigeants du football et du sport togolais en général. Il conclut en soulignant l’importance de la critique constructive pour faire avancer le sport et appelle à l’unité plutôt qu’à la division au sein de la communauté sportive.

Horacio Béno FREITAS signe son coup de gueule en invitant les responsables du football togolais à une réflexion profonde sur le respect, la transparence et les valeurs éthiques qui devraient guider la gestion des instances sportives nationales.


Articles récents