Afrique football CAN 2021 / Fousseni Diawara (Mali) : « On a répété les mêmes erreurs comme en 2019 »



Les Aigles du Mali ont été battus par la Guinée-Equatoriale lors des huitièmes de finale de la CAN 2021. La sélection malienne prend la porte, à l’issue d’une irrespirable séance de tirs au but. Le sélectionneur adjoint Fousseni Diawara a réagi au sortir de cette désillusion.

Journaliste – Quelle analyse faites-vous de ce match et qu’est-ce qui vous a manqué ce soir ?

Je dirai que j’ai un sentiment d’amertume qui m’anime parce que j’avais le sentiment qu’on maîtrisait ce match et cette équipe ne nous a pas beaucoup mis en danger. On a péché dans la finition encore une fois et c’est là où je suis un peu amer car on a répété les mêmes erreurs comme en 2019 où on avait eu la maîtrise contre la Côte d’Ivoire et on a péché dans la finition. On a eu de grandes opportunités de marquer, c’est un petit peu le reflet de l’autre CAN on va dire. On n’a marqué que 3 buts sur penalty et 1 but dans le jeu. Et c’est là où on doit vraiment s’améliorer, il y avait une énorme motivation et très ambitieux dans cette Can, voilà il y a beaucoup de déceptions.

Journaliste – Il y a de la déception Fousseni, mais il y a quand même une échéance, qui arrive au mois de mars, comment vous vous préparez pour rebondir à l’occasion de cette double confrontation contre la Tunisie ?

Il va falloir la diriger tout simplement cette élimination, c’est ce qu’on s’est dit toute suite à la fin du match, il faut se remobiliser, on a un groupe jeune, talentueux, il va falloir le prouver. Cette double confrontation va être très importante pour les joueurs aussi pour le pays, parce que le plus difficile, ça a été de reconquérir ce public qui croit en nous et qui nous a poussés et il y avait une grosse attente. Voilà, on n’a pas su donner ce plaisir au peuple malien qui attendait beaucoup de nous pour cette CAN ! Maintenant on a 180 minutes pour jouer l’équipe de la Tunisie qui a beaucoup plus d’expériences que nous dans ces barrages de Coupe du monde. Donc il y a deux mois pour préparer tout ça et il va falloir être prêts au moment venu.

Journaliste – sachant que les mêmes causes produisent les mêmes effets en terme de jeu, êtes-vous prêt à sacrifier quelques principes de jeu pour être un peu plus pragmatique, afin de passer cette étape de la Tunisie qui a plus d’expérience ?

Je ne sais pas s’il faudra les principes de jeu, qui ont fait notre réussite notamment pendant les éliminatoires de Coupe du monde, Il va falloir gérer les émotions quand il y a des matchs à élimination directe comme ce soir en huitième de finale. C’est là où il faut être costaud mentalement que ce soit avant, pendant le match. Ce groupe a besoin de progresser à ce niveau-là. Maintenant on a vu qu’on était capable de proposer le jeu et on était capable d’avoir une bonne organisation défensive mais il va falloir régler justement les problèmes offensifs  qu’on pas su avoir ce soir.


Articles récents