CAN 2023 : Hugo Broos s’en prend à la CAF et à l’organisation



Malgré leur troisième place décrochée face à la RDC à la CAN 2023, le sectionneur de l’Afrique du Sud s’en prend à la CAF pour avoir organisé le tournoi en début d’année. Hugo Broos déplore la chaleur dans la capitale ivoirienne, Abidjan.

 

Que pensez-vous de la prestation de votre équipe à cette CAN ?

Je pense l’avoir dit lors du dernier match contre le Nigeria, mais j’étais si fier d’être entraîneur de cette équipe et je pense que tout le monde a compris aujourd’hui pourquoi je suis si fier. C’était aujourd’hui une équipe épuisée de l’Afrique du Sud. Nous avons joué deux matchs, 120 minutes, deux fois avec pénalités. Nous avons joué contre des adversaires qui avaient un jour de repos de plus que nous. Vous avez le climat et vous avez vu aujourd’hui que oui, nous n’étions pas frais, mais quand vous voyez, quand vous voyez la mentalité dans ce groupe, ils se battent pour cela jusqu’à la dernière seconde du match. Il y avait des joueurs qui se sentaient presque fatigués, mais ils ont quand même continué. Je pense que cela fait qu’aujourd’hui nous gagnons et méritons cette victoire. Quand on voit le match, le Congo était meilleur que nous. Le Congo a eu plus d’occasions que nous. Je suis honnête, c’est ce que j’ai vu, mais encore une fois, si vous vous battez pour cela comme mes joueurs l’ont fait aujourd’hui, encore une fois, je pense qu’ils le méritent et encore une fois, je suis très fier d’eux.

L’Afriquedu Sud est la seule équipe de cette compétition à avoir joué dans les cinq villes qui ont accueilli les matchs de football à l’extérieur. Comment s’est passée l’aventure ?

Voussavez, c’est plus dur quand il faut bouger à chaque match. D’abord les phases de groupes, mais ensuite chaque match. Deuxièmement, dans chaque ville où nous avons joué, il faisait très chaud, très chaud. Les conditions climatiques n’étaient donc pas bonnes. Nous étions heureux de ne devoir jouer qu’une seule fois à 17 heures, donc le reste se faisait à 8 heures. C’était aussi un avantage. Pour le reste, les logements étaient bons, à quelques détails près. Mais c’était vraiment dur. Certes, il y avait à chaque fois des changements d’hôtel, des changements d’environnement, des changements de stade. Cela demandait beaucoup d’énergie aux joueurs. Mais bon, c’est un tournoi et vous savez que cela peut arriver. Quand tu es troisième, tu oublies toutes ces choses et tu ne penses qu’à une seule chose, c’est que nous l’avons fait aujourd’hui. Bonsoir coach. On a vu que vous aviez un peu fait tourner votre effectif aujourd’hui.

Je voulais juste avoir votre avis sur les joueurs à qui vous avez donné la chance de jouer aujourd’hui. Sur quoi ? Sur les joueurs. Sur les joueurs que vous avez affrontés aujourd’hui.

Tout d’abord, nous avons déjà eu quelques problèmes avec des joueurs blessés. J’étais très heureux d’avoir pu en récupérer certains aujourd’hui pour le match, comme Tebo pour Moquena. Mais cela montre encore une fois ce que ce tournoi avait demandé à mes joueurs, certainement ces deux matchs de 120 minutes. Je pense que les solutions que nous avions dans l’équipe étaient certainement les meilleures. Les garçons l’ont bien fait. Encore une fois, ils ont fait preuve de mentalité. Ils ont essayé de faire ce que je leur ai demandé, mais encore une fois, je comprends qu’aujourd’hui c’était difficile pour eux. Mais cela montre aussi que si nous avons les problèmes que nous avons eu aujourd’hui avec les blessures et le joueur qui a été suspendu pour ce match, nous pouvons compter sur ceux qui étaient sur le banc. Il y a quelques matches, je crois qu’après le match contre le Maroc, je leur ai dit que pour moi, j’étais très satisfait et heureux de voir ce que les joueurs ont fait sur le terrain. Mais j’étais même satisfait et heureux de ce que ceux qui étaient sur le banc ont fait. Ils ont soutenu les gars sur le terrain. Ils étaient de très bons supporters. Dans chaque situation du jeu, vous avez vu qu’ils étaient tristes, qu’ils étaient heureux, qu’ils criaient. Et puis tu sais que tu as 23 gars qui ne veulent qu’une chose, c’est gagner. Et puis c’est un peu plus facile quand on a des problèmes, comme aujourd’hui avec des blessures, de mettre d’autres gars dont on sait à 100% qu’ils joueront pour l’équipe. Le dernier match de la saison s’est terminé par la meilleure édition de la CAN, et votre équipe figure parmi les 3 meilleures équipes. Mais pourquoi n’avons-nous pas ressenti l’envie de prendre cette place hier lors de la conférence de presse ?

Ily avait une sorte de négligence dans vos propos, également dans les propos de votre adversaire Sébastien Desarvaux. Je ne pense pas qu’il y ait eu de la négligence, il y avait surtout de la fatigue. Ne pensez pas que les joueurs ne voulaient pas jouer à ce jeu. J’ai dit hier que pour moi, un match comme celui-ci ne devrait pas être joué car il y a deux équipes qui ont été très déçues de la qualité du jeu. Je ne pense pas que les joueurs aient été déçus parce qu’ils ont raté la finale. Mais ça ne veut pas dire que je vais dire aux joueurs qu’on s’en fout de ce match pour une petite finale, on va jouer. Non, je pense que tu as vu ça. Les joueurs se sont vraiment battus. Je ne sais pas quoi dire d’autre, ils se sont battus aujourd’hui sur le terrain pour prendre cette troisième place. Nous n’avons pas joué un grand match. Si on compte les chances, le Congo doit toujours gagner, toujours. Donc pour moi, ce n’est certainement pas une négligence, c’est surtout la fatigue qui a gagné dans l’équipe. Et c’est tout à fait normal, en une semaine on a joué 100-120 minutes et on a encore un match de 90 minutes aujourd’hui. Dans un tel climat, une telle chaleur, je pense que c’est tout à fait normal qu’aujourd’hui nous prenions cette troisième place sur le mental et non sur la qualité.

À votre arrivée au Cameroun en 2016, votre première double confrontation aux Championnats d’Europe 2017 au Gabon, c’était contre l’Afrique du Sud. J’ai eu la chance d’être sur la route à notre arrivée au Gabon. JJesuis désolé, j’essaie de faire mon travail. Au terme de cette double confrontation, vous nous faites savoir que pour vous, la seule équipe que vous souhaiteriez entraîner, au moins pour ce tournoi, aujourd’hui, êtes-vous satisfait ? Pensez-vous que ce que vous avez fait jusqu’à présent, vous en ferez bien plus à l’avenir ?

Cesdeux dernières années, j’ai beaucoup travaillé sur la mentalité et le style de jeu. L’Afrique du Sud était autrefois une équipe très technique qui jouait en combinaison. Pas beaucoup de force. Ils n’ont pas joué ou n’ont pas joué directement. Parfois, on le voit encore, mais beaucoup moins. Nous avons appris à jouer plus directement. Vous voyez maintenant des boules profondes. Vous voyez maintenant des passes verticales. Vous voyez les latéraux qui montent. Il y a beaucoup de mouvement dans l’équipe quand on est frais. Pas aujourd’hui. Nous avons donc beaucoup travaillé, nous avons beaucoup cherché des joueurs qui pourraient nous donner ce coup-là. Je pense donc que nous y sommes maintenant parvenus. Que tout le monde a compris qu’en jouant en Afrique du Sud, on ne va pas gagner grand-chose. Vous jouez bien, c’est du bon football. Mais en fin de compte, ce qui est important, c’est que vous gagniez quelque chose. Et nous l’avons appris, mais cela ne veut pas dire que nous devons penser que nous avons une très grande équipe. Il y a encore du travail à faire. Il y a certainement encore du travail à faire. Mais les fondations sont là désormais. C’est à nous d’essayer de continuer et d’améliorer cette équipe.

Vousavez donc remporté la médaille d’or avec le Cameroun en 2017. Et maintenant vous remportez la médaille de bronze avec les Bafana Bafana. Et vous n’avez entraîné que deux équipes nationales. Alors, en termes de compétitivité à ce niveau, puisque vous n’avez entraîné que deux équipes nationales, que faut-il pour que vous soyez aussi compétitif ? Est-ce que cela a aussi à voir avec votre expérience en tant qu’ancien international ? Et je suppose aussi que vous n’êtes pas surpris d’être sollicité avec tous ces résultats.

Quand j’étais au Cameroun, je ne savais pas ce qu’était l’Africain. J’ai beaucoup appris. Je savais que c’était un championnat pour l’Afrique. Je connaissais les équipes, mais je ne savais pas comment se déroulaient les matchs. Et pour moi, la grosse surprise au début, quand on était au Gabon, à la CAN, c’était l’intensité des matchs. Chaque équipe joue pour sa vie. Ils ne veulent qu’une chose, c’est gagner la partie. Et cette CAN, vous avez vu les petites équipes qui font beaucoup de progrès. Et ils ont éliminé les grosses équipes. Mais cela a été pour moi une très bonne expérience lorsque je suis arrivé en Afrique du Sud. Et quand nous avons essayé et que nous l’avons fait, nous sommes qualifiés pour la CAN, je savais ce que j’avais à dire aux joueurs. Je savais à quoi je pouvais m’attendre. Aussi, les mois précédents, nous recherchions des joueurs capables de jouer à un jeu qui n’était pas l’Afrique du Sud. Un jeu direct, parfois un peu de puissance, des passes verticales. Et je pense que nous les avons trouvés. Mais maintenant, avec cette troisième place, nous n’avons plus besoin de penser que, OK, maintenant tout va bien. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais je pense que l’essentiel est là. Et tout le monde sait désormais, lorsqu’ils jouent en équipe nationale, ce que l’on attend d’eux en tant que joueur. La bonne mentalité, on la montre aujourd’hui. Si vous jouez à tous ces matchs et que vous pouvez le faire aujourd’hui, comme mon équipe l’a fait, alors vous avez la bonne mentalité. Donc, encore une fois, l’essentiel est là maintenant. Les joueurs sont là maintenant. Même là, nous devons y travailler et essayer de progresser encore avec notre équipe. Mais nous avons fait deux pas de plus qu’il y a deux ans. Et je pense que c’est très important.

Il faut savoir que de nombreux pays africains ont changé de joueurs après cette Coupe d’Afrique. Il y a également eu des changements en Asie après la Coupe d’Asie. Vous êtes un entraîneur très bien noté. Vous aurez sûrement des propositions. Êtes-vous prêt à les écouter ? Peut-on vous imaginer sur un autre banc que celui d’Afrique du Sud dans les mois ou jours à venir ?

Voussavez, quand vous faites des résultats en tant qu’entraîneur, quand vous jouez un très bon tournoi en tant que joueur, il y a toujours des rumeurs et des rumeurs. Je peux vous dire qu’aujourd’hui il n’y a que des rumeurs. II y a des gens qui lancent des choses qui ne sont peut-être pas vraies. C’est une chose. Deuxièmement, j’ai encore deux contrats en Afrique du Sud. Ainsi, celle qui décidera qu’Hugo Broos quitte l’Afrique du Sud sera la Fédération sud-africaine. Pas moi. Je suis content de mon travail. Je suis content de mon équipe. Pour l’instant, rien ne me fait penser qu’il est temps de partir. Il y a encore beaucoup de travail à faire. Mais comme je l’ai dit au début, c’est tout à fait normal. Cela s’est produit aussi lorsque j’étais entraîneur au Cameroun. Après la CAN, il y avait aussi des rumeurs. Il n’y a jamais eu de contact. Et c’est également le cas aujourd’hui.

Ce match se joue à 20 heures. Et vous parlez de chaleur. Vous n’êtes pas le seul entraîneur à évoquer ce fait. Parce qu’il y a beaucoup de coachs avant vous qui l’ont décrit. MMêmele sélectionneur sénégalais, originaire d’Afrique de l’Ouest, a évoqué la chaleur. Quelle est la bonne période pour jouer au football en Afrique ? Ou pensez-vous que cette région (Afrique de l’ouest) n’est définitivement pas un bon endroit ? Quand ?

Quandil fait frais. Exactement. Donc il peut être minuit, il peut être 22 heures, il peut être 15 heures. Ce sont des choses qui… C’est le climat de ce pays. Il y a 7-8 ans, lorsque j’étais au Gabon, je n’ai jamais connu cette chaleur. Peut-être, peut-être… Et c’était vrai, je pense, au début, que cette CAN aurait dû se jouer en juin.

Parce qu’il faisait peut-être un peu moins chaud. Mais ensuite, il y a la pluie. Donc c’est toujours quelque chose. On peut donc se plaindre. Parce que c’est vraiment dur. Ce n’est pas facile de performer sous une telle chaleur. Mais cela fait aussi partie du tournoi. Et c’est pareil pour tout le monde. Nous n’allons donc pas faire plus de commentaires à ce sujet. Vous savez, quand on vient en Côte d’Ivoire pour jouer la CAN, ça peut arriver.

Nous avons entendu dire que vous suscitez de l’intérêt en Afrique du Nord. Êtes-vous pleinement engagé dans ce projet, pour le mener à bien jusqu’en 2026 ? Et qu’est-ce qui vous maintiendrait dans ce projet jusqu’en 2026 ?

Alorsj’ai dit, je crois que c’était en français, que c’est normal quand on a des résultats en tant qu’entraîneur, quand on joue un très bon tournoi. Comme par exemple quelques joueurs parmi nous. Qu’il y a un intérêt d’autres équipes. Pour un joueur ou un club. Pour un sélectionneur national, c’est un pays. J’ai aussi vécu cette expérience lorsque j’ai gagné (la CAN 2017) avec le Cameroun. Mais la plupart du temps, ce ne sont que des rumeurs. Les gens qui ont dit quelque chose, oh oui, ce coach, il a fait de très bons résultats. Mais dans tel pays, dans tel pays et dans tel pays, ils cherchent un entraîneur. Ah, c’est peut-être un candidat. Je peux vous le dire aujourd’hui, il n’y a rien. Vraiment rien. Vous me l’avez dit, il y a des gens qui viennent vers moi et me disent, ouais, coach, ceci et cela. Si Hugo Broos quitte l’Afrique du Sud, ce sera parce que la Fédération décide de me laisserpartir. C’est tout. Je suis content de mon travail, je suis content de l’équipe. Je ne suis pas toujours satisfait des médias. Mais bon, je le prends avec. Et nous verrons maintenant. J’espère que les gens seront de plus en plus nombreux à soutenir cette équipe. Parce qu’ils le méritent.

 


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *