Bios Emmanuel Adebayor : la biographie

Emmanuel Adebayor est né le 26 février 1984 à Lomé au Togo.

Parcours :
Il a  fait ses débuts en junior au Togoau sein du club de son quartier, le Sporting Club de Lomé à Nyékonakpoé. Il a été froém au FC Metz et lancé en première division à l’âge de dix-sept ans par Gilbert Gress. Il se fait connaitre en L2 pendant la saison 2002-2003 permettant à son club de remonter au plus haut niveau de l’élite française. Il passe deux saisons et demi à Monaco où il a eu du mal à trouver ses marques. En Janvier 2006, il rejoint Arsenal d’Arsène Wenger. Le 18 juillet 2009, il signe un contrat de cinq ans pour Manchester City. Le 25 janvier 2011, il rejoint le Real Madrid en Espagne mais le club ne lève pas l’option d’achat et Emmanuel Adebayor est de retour à Manchester. Le 25 août 2011, il est prêté à Tottebham.

Drame : 
Il n’a pas participé à la Coupe d’Afrique des Nations en 2010  à cause de la fusillade dont a été victime le bus de la sélection togolaise qui a coûté la vie à deux joueurs. Il annonce alors le 12 avril 2010 : “ Suite aux évènements tragiques intervenus en janvier lors de la Coupe d’Afrique des Nations, lors desquels deux de mes compatriotes ont été tués par des terroristes en Angola, j’ai pris la décision très difficile de prendre ma retraite internationale. […] Je suis toujours hanté par les évènements dont j’ai été témoin lors de cet horrible après-midi dans le bus de l’équipe du Togo. C’est un moment que je n’oublierai jamais et que je ne veux plus jamais revivre.”
Le 15 avril 2011, il accepte de porter les couleurs de nouveau de son pays contre le Guinée-Bissau.

Argent :
– Son transfert à Manchester City a été évalué  à 29 millions d’euros. Son salaire mensuel s’élève à 700 000 euros

Palmarès :
– 2011 : vainqueur de la coupe d’Espagne avec Le Real Madrid.
– 2007 : finaliste de la League Cup avec Arsenal.

Divers : 
– 2008 : élu joueur africain de l’année.

Ses petites phrases : 
– Sa vision du “nouveau PSg” – Août 2012 – « On en parle beaucoup en Angleterre. C’est un super club, ils ont acheté beaucoup de joueurs. Après, je ne crois pas que le PSG fait peur aux grands clubs européens, mais plus à la France. Paris s’est lancé dans un beau projet, le club est sur le bon chemin. Les dirigeants parisiens suivent l’exemple de mon club, Manchester City et c’est une réussite. Zlatan Ibrahimovic ? C’est un super coup. Ibra est un joueur extraordinaire. Lorsqu’il est en forme, il est impossible à arrêter. Je le respecte beaucoup car c’est l’un des meilleurs attaquants au monde. Je lui souhaite bonne chance en France. La Ligue 1 est un championnat relevé, mais il fait partie d’un groupe de très grands joueurs qui trouvent toujours la motivation nécessaire pour être bon”.
– « Vous savez, moi je suis ouvert à tout. J’ai beaucoup d’ambition et si je vois que je peux faire un truc bien au Qatar, je répondrai à la sollicitation avec plaisir. Je n’ai jamais imaginé jouer un jour au Real Madrid ou à Arsenal, mais c’est ça le destin. Moi, je travaille chaque jour pour être meilleur et on verra ce qui arrivera à l’avenir ».

CAN 2013
– « A la fédération, chacun pense à sa poche. Nous n’avons pas été réglés pour les primes de voyage de campement. Certains en ont eu, d’autres ont eu la moitié, etc. C’est dommage. Je ne sais pas comment on peut préparer une CAN comme cela. Lorsque les joueurs viennent me voir pour me demander leurs primes après le match, j’ai eu honte parce que je ne savais pas quoi leur dire. Quand le président me dit qu’il n’y a pas de primes, et que après la rencontre j’appelle les membres de la fédé marocaine pour savoir comment le match a été organisé et qu’ils me disent qu’ils ont versé 35.000 euros à Améyi pour ce match, je me suis demandé où allons nous ? L’argent est partie où ? Je ne sais pas. Est que le président ment ? Je ne sais pas. Mais pourquoi le gars de la fédération marocaine me raconterait des trucs faux ». – Novembre 2012-

– « Moi je suis quelqu’un qui n’aime pas les mensonges. Quand j’arrive pour le match contre le Maroc et que les gars me disent on n’a pas de maillot d’entrainement et qu’on utilise juste deux jets depuis qu’on est là, j’ai appelé l’intendant pour lui demander. Lui non plus ne savait pas mais quand j’appelle l’un des responsables de la firme Puma que je connais depuis Monaco, et qu’il me dit qu’ils ont envoyé de nouveaux équipements depuis 3 semaines, j’ai été choqué. Alors quand mes coéquipiers m’appellent pour avoir des informations sur ces genres de choses et qu’on ne me dit rien je sais pas comment y répondre. C’est dommage mais c’est comme cela que les choses sont et le président ne fait rien. J’ai l’impression qu’il ne sait pas comment on prépare une CAN». – Novembre 2012-
– Moi je suis content que le gouvernement ait mis en place les commissions pour bien organiser la CAN. Maintenant il faut savoir les gens qu’il faut placer dans ces comités pour faire le travail. Rappelez-vous, je vous ai dit après le match contre le Gabon que je veux aller à la CAN pour la gagner. Aujourd’hui, je ne sais pas si je dois changer d’avis. Mais à l’heure actuelle, je ne vois pas comment on va faire. Une CAN ne se prépare pas comme on le fait au Togo. Il est temps de changer pour que le football togolais change. Si on reste dans ces mêmes conditions, on va faire une CAN catastrophique. Si c’est le cas, je reste dans mon club pour me préparer et faire gagner mon club ». – Novembre 2012-

– 8 janvier 2012 “Le chef de l’Etat m’a indiqué qu’il prenait la situation en main. Je vais retourner dans mon club pour revenir dès le début de la semaine prochaine rejoindre mes co-équipiers. Je serai à la CAN. On ne refuse pas l’appel du chef de l’Etat.”

– Notre interview exclusive : Steven Lavon, le 8 janvier 2012-
Vous avez rencontré par deux fois le Chef de l’Etat, vous allez à la CAN oui ou non ?C’est la question qui tue (rires). C’est vrai que j’ai eu à rencontrer le Chef de l’Etat à deux reprises. Hier à Accra et ce matin ici à Lomé. On a parlé, je lui ai dit ce qui n’allait pas avec le football togolais, que notre sport roi était malade. Il faut à tout prix trouver des solutions. Tout ce que j’ai fait dans ma carrière c’est pour le Togo. Il me reste à peine deux ou trois ans à jouer mais j’aimerais changer quelque chose durant mon passage. On en a discuté, il m’a garanti qu’il prendra tout en charge. C’est le chef de l’Etat qui a parlé. Si vous me posez la question si je vais à la CAN c’est encore oui et non parce que j’ai un club. Je dois aller leur annoncer la décision que j’ai prise et après je reviens tranquillement en sélection. J’ai toujours aimé jouer pour le Togo et je le ferai toujours avec plaisir.

Andre Villas-Boas (coach de Tottenham, son club, ndlr) a dit qu’il ne s’opposera pas à votre participation à la CAN…
Oui, c’est normal. Dans un club il y a le coach, les supporteurs et le président. Donc c’est ce qu’il a dit à la presse mais ce n’est pas ce qu’il m’a dit à moi. Il y a une différence entre ce qu’on dit à la presse et ce qu’on se dit en face-à-face. Donc comme j’ai déjà dit, je vais rentrer là-bas, je vais discuter avec le président Daniel Lévy et après je reviens. Pas de souci.

Vous avez envie de jouer cette CAN ?
Ah oui c’est sûr. La CAN est une compétition pour nous les Africains. Tout le monde veut la jouer. C’est toujours beau à jouer. D’autant plus que représenter le Togo est une fierté pour moi. Mais après il faut aussi faire attention à sa vie. En 2010, je voulais aller à la CAN pour la gagner vous savez tout ce qui s’est passé. Vous avez vu comment ça s’est terminé. J’espère que cette fois-ci ce sera mieux pour moi, pour mes coéquipiers, pour tout le Togo.

 

 

Publié par Nicolas Coutain pour Africa Top Sports

Nicolas / ATS