Asie JO d’hiver 2014 : La Russie accueille la compétition, et pourtant….

POUTINE artLa capitale russe a réceptionné dimanche la flamme olympique pour les XXIIe JO d’hiver de Sotchi qui démarrent en février prochain. La cérémonie, grandeur nature, s’est déroulée en présence du Président Vladimir Poutine. Le ton vient ainsi d’être donné : de Washington à Paris en passant par Londres, Bruxelles ou l’Afrique, les athlètes vont devoir aller à Moscou.

Moscou et Washington, plus que deux villes, c’est deux systèmes qui s’unissent ainsi. Une flamme reçue sur fond de critiques. A peine est-elle arrivée que des ONG internationales parlent déjà de la flamme de la honte.

« Les autorités de Russie ne doivent pas utiliser les écrans de télévision du monde entier et les diffusions des Jeux olympiques comme des écrans de fumée derrière lesquels elles peuvent attenter aux droits humains », a averti John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Des critiques qui annoncent une série d’autres. Plusieurs ONG reprochent également à la Russie d’avoir causé d’importants dégâts à l’environnement à travers toutes ses constructions, le traitement des travailleurs immigrés recrutés en masse sur les chantiers de Sotchi, ainsi que des soupçons de corruption.

« Beaucoup de travailleurs immigrés ont été détenus dans des conditions de détentions arbitraires et inhumaines », déclare Human Rights Watch.

Des organisations de défense des droits de l’homme et de la cause homosexuelle ne sont pas en reste. Elles ont même appelé au boycott des JO de Sotchi pour protester contre une récente loi russe interdisant la «propagande» homosexuelle devant mineurs, passible de prison, un texte à la formulation vague qu’ils jugent discriminatoire, critiqué dans de nombreux pays.

L’Occident et la Russie : deux mondes que tout oppose

La Russie et l’Occident sont deux mondes diamétralement opposés et ceci sur tous les points ou presque. Les deux mondes ne s’entendent jamais. Car ils représentent deux idéologies. Surtout sur des dossiers politiques, comme une intervention militaire en zones de guerre. Le cas le plus patent actuellement est le dossier syrien où Moscou oppose toujours son droit de veto à une quelconque frappe militaire.

Mais ici, on est en sport… En dépit des contestations et des appels à boycotter, le train des XXIIe JO d’Hiver vient ainsi d’être mis en marche. Le relais de la flamme olympique le plus long de l’histoire débute à Moscou ce lundi. Long de 65.000 km, il passera par 2.900 agglomérations de Russie et durera 123 jours. Alors, les critiques devront peut-être rembobiner leur fil. Reste maintenant l’épineuse question de la sécurité, le terrorisme notamment. Là aussi, le Comité d’Organisation des JO de Sotchi assure que rien n’a été laissé au hasard.

« La question de la sécurité a été soulevée et nous avons répondu aux observateurs du Comité Olympique International que la sécurité était au plus haut niveau possible et que l’Etat fait tout ce qui est en son pouvoir pour que ces Jeux soient les plus sûrs jamais donnés », a déclaré Dmitry Chernyshenko, président du comité d’organisation des JO d’hiver de 2014.

Ces jeux rappellent ceux organisés par Pékin en 2008. Contre toute attente, ces Jeux Olympiques ont été des plus réussis de l’histoire. Comme quoi, le sport n’a ni couleur ni de barrière.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com