Afrique Mondial 2022 : un stade en forme de vagin fait le buzz au Qatar

Vagina StadiumBienvenue dans le « vagin » du Qatar ! La symbolique est plus que contrastante dans un pays comme ce petit géant gazier émirien. Le design de l’enceinte d’Al Wakrah, dont la construction doit être achevée en 2018, n’est pas passé inaperçu. Sur Internet, on la surnomme même déjà le « Stade du vagin » (Vagina Stadium).

L’image d’une femme couchée sur le dos

A première vue, difficile de se convaincre du contraire. Le stade Al Wakrah, l’une des enceintes en cours de construction par le Qatar pour abriter la Coupe du monde 2022, frappe par sa forme. Il ressemble parfaitement au sexe féminin au point que sur la toile, les internautes n’ont pas hésité à le baptiser « Vagina Stadium ». Alors, la question qui vient tout de suite à l’esprit est la suivante : le Qatar a-t-il rendu un vibrant hommage à la gente féminine en lui dédiant un des stades prévus pour accueillir la Coupe du monde 2022 ?

Image de prévisualisation YouTube

Officiellement, l’architecte de la société AECOM et de son groupe associé Zaha Hadid Architects, qui a réalisé les plans du stade d’Al Wakrah, s’est inspiré d’une embarcation traditionnelle, le dhow. Une explication qui peine à convaincre. Depuis sa divulgation sur Internet, le design de l’enceinte a moins étonné les internautes par ses lignes rappelant celles des voiliers arabes sillonnant le Golfe persique, que par sa forme épanouie, évoquant une symbolique plus proche de la fécondité que du voyage.

Hommage à la femme : bravo !

En seulement trois jours de diffusion, la mise en ligne du « Stade du vagin » a rssemblé plus de 250 000 internautes. C’est d’ailleurs ces derniers qui ont trouvé ce surnom qui semble exagéré a priori mais qui, au vu des images, en dit long sur ce qu’on peut peut-être considérer comme une légèreté mais qui au final donne du Qatar l’image d’un pays musulman qui rend hommage à la gent féminine.

Plus médiatisé ces dernières semaines pour  le traitement qu’il réserve aux ouvriers de ses chantiers que pour sa propension au féminisme, l’émirat du Golfe a – semble-t-il bien involontairement – apporté une pierre de taille à l’histoire de l’architecture universelle.

Selon une journaliste britannique du quotidien The Guardian, relayée par Jeune Afrique, ce stade  rejoint des constructions célèbres et nettement plus phalliques, comme la Tour de Pise, la Tour Eiffel ou Big Ben. « Après tout, pourquoi on n’aurait pas 45 000 personnes entassées dans un appareil de reproduction féminin ? Ce n’est pas comme si on n’avait jamais connu ça« , ajoute-t-elle.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports