lutte Lutte Sénégal: Arrêté ce mercredi pour coups et blessures, le lutteur Malick Niang libéré

Il aura passé une nuit à la maison d’arrêt et de correction ( Mac) de Rebeuss le célèbre quartier de Dakar pour une affaire qui pourtant remonte à prés de trois ans. C’était en 2011 selon les informations fournies à ATS.

malick niang photoLe lutteur nouveau porte étendard de l’écurie Yoff de Dakar et  protégé de l’ancien roi des arènes Yekini a été arrêté ce mercredi vers les coups de 12h30 chez lui ( alors qu’il venait de revenir des entraînements).

Conduit au commissariat central de Dakar, il est déféré vers les coups de 16h ( toujours ce mercredi).

Si au début, le lutteur lui même ne savait pas «  le pourquoi de sa convocation et de son arrestation« , il sera révélé bien après que cela fait suite d’une affaire qui remonte d’il y a trois ans.

Alors qu’il se trouvait à la plage, un jeune homme a tenté de le prendre en photo avec son appareil. Le lutteur lui a intimé l’ordre d’arrêter. Mais sur insistance du « photographe », il a saisi l’appareil qu’il a cassé avant de rouer le gars de coups.

Ce dernier avec ses parents de porter l’affaire devant la justice. Mais entre temps le lutteur qui prépare un grand combat au mois de mai face à Ama Baldé de Pikine, et qui s’était marié avec une sénégalaise vivant aux Etats Unis, avait convolé en juste noces.

Mais depuis son retour, toutes les tentatives de le convoquer devant le commissaire central de Dakar ont été vaines. Le lutteur n’aurait jamais déféré à aucune convocation.

Ce qui aurait révolté le patron de la police centrale de Dakar, qui a requis ce jeudi le procureur qui a émis un mandat de dépôt contre Malick Niang.

Mais les différentes interventions de part et d’autre ( le gars est aussi le garde du corps du richissime homme d’affaires sénégalais Cheikh Amar), il est rentré chez lui à Yoff dans la soirée  de jeudi.

En attendant de répondre devant le juge  » de cette affaire de coups et blessures volontaires ».

Mais selon ses avocats » cette affaire ne découlera sur rien du tout, car le droit à l’image est une affaire qui pésera dans ce jugement »

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS