Afrique CAF: Un Togolais au cœur d’une tentative de corruption d’arbitres

Equipe rédaction

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports




A l’image du Sud-africain Victor Gomes, Norman Matemera est un homme célébré. L’arbitre zimbabwéen a indiqué avoir refusé un pot de vin de 10.000 dollars lors du barrage retour de Coupe de la Confédération de la CAF entre Deportivo Niefang et Williamsville athletic club. Au coeur de l’affaire, un commissaire au match togolais.

Mawulé Lawson puisque c’est de lui qu’il s’agit était en mission la semaine dernière à Bata pour cette rencontre. D’après les explications de Matemera, le membre du Comité exécutif de la FTF (Fédération togolaise de football) a servi d’intermédiaire pou les officiels équato-guinéens. C’est le Togolais qui est venu discuter avec le corps arbitral afin que ces derniers acceptent la somme de 10.000 dollars pour fausser l’issue de la rencontre. Matemera et ses amis ont refusé le deal et rapporté l’affaire à la CAF (Confédération africaine de football). Niefang a remporté le match 2-1 mais n’a pas réussi à se qualifier en raison du succès 2-0 des Ivoiriens à l’aller.

Contacté par nos soins cette semaine afin d’avoir sa version des faits, M. Lawson préfère ne pas faire de commentaires pour l’instant. A la FTF, une source nous confirme que le Comex a déjà été saisi par la CAF pour en savoir plus. Si les faits sont avérés, l’ancien proviseur risque très gros.

En moins d’un mois, deux arbitres ont repoussé les avances d’officiels afin de fausser l’issue d’un match de Compétition africaine. Avant Norman Matemera, c’est Victor Gomes qui a signalé les mêmes comportements lors de Plateau United – USM Alger (2-1).


Articles récents

2 Commentaires

  1. Quelqu’un pourrait me dire à quel point l’enjeu de ce championnat est si elevé pout qu’il y ait autant de tentatives de corruption?

  2. Si les faits sont avérés, cela est très sale pour l’image du pays et de ses représentants dans les instances internationales du sport en général et du football en particulier.
    Pour l’instant, laissons la CAF et la FIFA nous dire ce qu’il en est vraiment de cette histoire déjà nauséabonde pour le football africain.

Comments are closed.