Afrique Cameroun : Aigle, dernier du championnat, rêve d’un miracle

Aigle de la Menoua

Objectif sauvetage. C’est la délicate mission que doivent réussir dirigeants, encadreurs et joueurs de l’Aigle Royal de la Menoua, le club classé dernier du championnat de première division du Cameroun. Pour s’assurer le maintien au sein de l’élite, la formation de la région de l’Ouest a changé de dirigeant et renouvelé une partie de son effectif. Après une première partie de saison catastrophique, elle entame la phase retour par une victoire. Il lui en faudra beaucoup comme celle-là pour sauver sa saison. Sous peine de devoir comme à l’accoutumée reprendre l’ascenseur pour la division inférieure.      

C’est de bon augure pour la « remontada » rêvée. Aigle Royal de la Menoua a  entamé la phase retour du championnat Mtn elite one, le championnat de première division, par une victoire. Le 18ème et dernier au terme  de la phase aller (il demeure à cette position) a battu le 13 mai 2018 à Limbe sur la côte camerounaise, son hôte Bamboutos de Mbouda en match comptant  pour la 18ème journée sur le score d’un but à zéro. En plus de se rebooster le moral, le mal-classé prend sa revanche sur ce grand rival régional qui l’avait terrassé lors du match aller joué  sur son propre terrain, par deux buts à zéro le 12 février 2018. L’Aigle pose les jalons d’une remontée que dirigeants, encadreurs, joueurs et supporters espèrent à la fois spectaculaire et salutaire pour sa survie au sein de l’élite des clubs de football camerounais.

Pour atteindre cet objectif, le club a pris des dispositions. D’abord en maintenant sa confiance à l’entraîneur Minkreo Birwé en dépit du fait qu’il n’ait pas pu sortir l’Aigle des profondeurs du classement lors des  10 journées passées sur le banc de touche à la phase aller. Son  statut d’ancien coach porte-bonheur  de l’équipe (il a fait accéder Aigle en D1 en 2014) devrait avoir  milité pour son maintien au-delà de la première manche du championnat. Il n’avait alors gagné que deux fois, fait deux matches nuls et perdu six fois. Ensuite en changeant son président du conseil d’administration.  Ghislain Nkenlifack jusqu’alors vice-président a été porté à la tête du club au cours d’une réunion tenue le 5 mai 2018 dans la ville de Dschang, siège d’Aigle. 9 des 13 administrateurs ne voulaient plus de Samuel Dongmo à qui ils reprochaient une gestion unilatérale de l’équipe.  Enfin le recrutement de huit nouveaux joueurs qui devront concrétiser sur le terrain les ambitions de leur nouvelle formation. Ils arrivent de Coton sport de Garoua, Stade Renard de Melong, Dragon de Yaoundé, Ngaoundéré University football club, Panthère Sécurity de Garoua, New stars de Douala, Victoria united de Limbe. Des clubs qui évoluent en première deuxième et troisième division.

Un pari difficile

Interrogé par des confrères camerounais, Ghislain Nkenlifack réitère la détermination de son club à relever le défi qui l’attend. « Nous avons encore foi, nous savons que c’est possible. Nous avons un grand technicien qui nous a donné l’aspect technique de ce qu’il faut pour qu’on arrive à faire ce que d’aucuns peuvent appeler miracle aujourd’hui mais que j’appellerai un challenge sportif ». Le consultant TV Olivier Vassilios Esseme se montre quelque peu dubitatif quand il faut évoquer l’opération remontée du club de la région de l’Ouest. « C’est bien beau de vouloir réaliser cette performance. Maintenant il faut voir qui est-ce qui est en face. Est-ce que ce sont des clubs qui sont dans le ventre mou du classement, ceux du haut du tableau ou ceux qui se battent pour sortir de la mauvaise zone. De toutes les façons ce sera difficile », analysait-il le 11 mai 2018 sur l’antenne camerounaise Equinoxe télévision. Toujours sur le même plateau, l’autre consultant Clément Nzeko évoquait  les conditions du maintien d’Aigle à l’issue de la phase retour de la Mtn elite one.

« Il se trouve que l’Aigle a marqué 8 buts et en a encaissé 21. Et quand on divise 21 par 17 ça fait plus de 1. Donc mathématiquement on peut dire que l’Aigle encaisse à toutes les journées et ne marque pas à toutes les rencontres. Comment fera-t-on pour renverser la tendance ? Parce que c’est de cela qu’il est question. Il faut passer de deux victoires qu’on a vu à la phase aller à plus de deux victoires. Pourquoi ne pas aller autour de 7 et faire un peu plus que moins de 6 défaites comme cela a été le cas et réaliser un peu mois de 11 victoires. Cela veut dire que techniquement les chiffres ne sont pas en la faveur d’Aigle. Mais c’est le football. Il suffit de savoir bien se motiver, de tenir un autre discours et que, à l’entame de la deuxième phase qui va commencer, que l’Aigle pose les gestes justes », a-t-il démontré à la lumière des prestations d’Aigle à la phase aller. Une première moitié de saison qui affiche un bilan plus que négatif pour ce club surnommé par son nombreux public « El pacha ».

Une intersaison mouvementée

Ce clubs parmi les plus populaires du Cameroun était dernier avec seulement 10 points à son compteur au soir de la 17ème journée du championnat de première division. Il était à 24 points du premier Coton sport. Il détenait la palme d’or des matches perdus avec 11 défaites en 17 sorties. Les mauvais résultats accumulés ont failli coûter son intégrité physique à l’ancien entraîneur Fernandez Fagnia Fagnia. Des supporters du club évoluant à domicile le 11 mars avaient tenté de le maltraiter. Lui, voyant la tournure dramatique que prenaient les événements, finira par jeter l’éponge.  Sous sa direction, Aigle a récolté quatre défaites et trois nuls « Aigle est en train de payer au prix fort tout ce qui s’est passé depuis le début de la saison. Je ne suis même pas surpris de les voir à ce niveau-là », dira le consultant TV Thierry Mettomo au moment de dresser le bilan de la phase aller de l’Elite one.

Les remous commencent à l’intersaison. Les statuts posent problème. Ceux qui existent sont contestés parce que rédigés par l’ex président Samuel Dongmo et un petit nombre d’administrateurs du club. L’autre grief que l’on fait à ces textes c’est qu’il ne permet par aux personnes originaires du département de la Menoua de diriger ce club s’ils le souhaitent. Une commission chargée de réviser les statuts sera mise sur pied. Elle a un mois pour rendre sa copie. Mais le délai ne sera pas respecté. La querelle entre groupes d’administrateurs serait ce qui envoie le dossier aux oubliettes. Samuel Dongmo, le président sortant et Ghislain Nkenlifak qui vise son fauteuil s’affrontent. La tension monte. Une première assemblée générale élective est annulée par l’autorité administrative la veille de la date choisie pour sa tenue. Elle se tiendra finalement et Dongmo sera confirmé au poste de président du conseil d’administration. Reste que la bataille au sein de cet organe aura laissé des traces… Aigle doit repartir de zéro en ce début de la phase retour. Le club doit éviter de perpétuer une réputation qui lui colle déjà à la peau. Celle d’une équipe instable qui fait d’incessants allers et retours entre la première et la deuxième division.

Pierre Arnaud Ntchapda 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *