Football Ghana : Boateng dénonce des rites de magie noire chez les Blacks Stars

L’ancien milieu de terrain des “Black Stars” du Ghana, Derek Boateng (37 ans, 50 sélections) a révélé que certains de ses partenaires au sein de la sélection ghanéenne auraient eu recours à de la sorcellerie ainsi qu’à la magie noire ! Des pratiques malheureusement loin d’être nouvelles dans l’univers du football africain…

Malgré une baisse de régime ces dernières années, le Ghana représente l’une des meilleures sélections africaines de ce début de millénaire. Et pourtant, la vie de groupe est parfois agitée chez les quarts de finaliste du Mondial 2010. L’ancien international (2001-2013) Derek Boateng vient ainsi de dénoncer des pratiques de magie noire qui seraient à l’oeuvre chez les Black Stars !

« La magie noire ou ‘juju’ est une pratique courante au sein de l’équipe nationale masculine senior de football du Ghana. J’avais des coéquipiers qui recouraient au ‘juju’. Certains joueurs des Black Stars ne pouvaient parfois même pas regagner leur chambre à cause des odeurs qui s’en dégageaient », se rappelle l’ancien milieu de terrain international.

 « J’ai été obligé, encouragé en cela par Gyan Asamoah, de dire [aux coéquipiers] ce que j’avais à cœur de leur dire : qu’on arrête de tirer la couverture à soi et de penser à l’équipe», a dit Derek Boateng.

Selon lui, le recours à la magie noire a ruiné la participation des Black Stars du Ghana à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2013, en Afrique du Sud.

« Nous sommes tous ici pour défendre le Ghana, tout devrait être fait pour que l’équipe gagne le match. On ne doit rien faire pour détruire un joueur, pour prendre sa place », a rappelé l’ancien joueur, se souvenant de ce qu’il avait dit à ses coéquipiers il y a sept ans.

En 2012 déjà, le sélectionneur du Ghana, Goran Stevenovic, avait appelé la Fédération ghanéenne de football à mettre fin à de telles pratiques, selon Derek Boateng. Certains joueurs comptaient sur la magie noire pour être titulaire dans la composition de la sélection nationale, selon l’ancien milieu.

 Boateng, qui a fait ses premiers pas chez les Black Stars lors de la CAN 2002, au Mali, estime qu’il n’est interdit à personne de recourir à une quelconque croyance pour son propre bénéfice, mais il ne sert à rien d’en faire un usage pouvant empêcher l’équipe nationale d’atteindre ses objectifs.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com