Afrique Coopération internationale : Les ressources que déploie la FRMF pour développer le football africain

Rodolph TOMEGAH

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain https://www.africatopsports.com




Considérée comme une des Fédérations de football les plus stables et les plus organisées du continent africain,  la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a été pleinement associée à la politique étrangère basée sur la coopération multilatérale adoptée par le Maroc depuis plusieurs années. C’est ainsi que l’instance dirigeante du football du Royaume chérifien s’est engagée pleinement dans les chantiers de la coopération internationale à tous les niveaux, et particulièrement en Afrique.

Cette stratégie a commencé en juin 2015 avec la signature de quatre conventions de coopération et de partenariat entre la FRMF et les fédérations de football du Burkina Faso, de la Gambie, du Rwanda et du Burundi à Rabat.

Pour les autorités marocaines, le choix de commencer ses partenariats par l’Afrique n’est pas anodin. Il se justifie par le souci de faire de la coopération africaine un des piliers de la politique étrangère du Maroc.

Ainsi, depuis 2015, une ambitieuse politique de coopération internationale a été réalisée par la FRMF. Cela s’est concrétisé par la signature, en 2016,  de plus de  40 partenariats avec des fédérations africaines issues de toutes les sous-confédérations de la CAF. La majorité de ces accords se verront prolonger en 2019, illustrant l’importance et l’efficience de ce type d’accord de partenariats.

Par ailleurs, le retour institutionnel du Maroc au sein de l’Union Africaine, grâce à la diplomatie visionnaire du Roi Mohammed VI, constitue une base solide qui a permis à la FRMF de faire ce choix stratégique du renforcement de la politique de coopération internationale qui s’ouvre sur ses homologues en Afrique.

Des partenariats qui s’articulent autour de plusieurs axes

Les conventions de partenariats signées par la FRMF avec les autres fédérations africaines s’articulent autour de plusieurs axes. Il s’agit plus précisément de : l’accompagnement en matière de réalisation d’infrastructures sportives ; l’échange de best practices ; la formation des cadres techniques et administratifs ; l’accueil de stages de préparation des sélections nationales. Ces conventions ont également favorisé l’arbitrage ou encore l’organisation de matchs amicaux entre les différentes catégories des sélections nationales.

Ces conventions de partenariats, il faut le rappeler, sont co-construites entre la FRMF et chaque fédération africaine, et elles sont ajustées selon les besoins des deux parties.

Développement des infrastructures

Le partenariat entre la FRMF et les autres fédérations se mesure également à l’aune de la réalisation d’actes concrets sur le terrain, pour développer le football africain. Et ce type d’action est désormais une composante de l’ADN de l’instance dirigeante du football marocain.

En effet, ce partenariat a vu la FRMF développer et accompagner des projets de construction de terrains de football. En guise d’exemple, on peut citer l’accompagnement apporté au Burkina Faso (Ziniaré), où le projet est finalisé, mais également à Sao Tomé (Riboque), où le terrain est en cours de finalisation. D’autres projets d’aménagement de terrains sont en cours de déploiement où vont bientôt être lancés, notamment à Djibouti et au Togo.

Soutien financier

Cette coopération internationale entreprise par le Maroc peut aussi prendre la forme d’un soutien financier. C’est justement ce soutien dont à bénéficié la Fédération du Rwanda à hauteur de 2 millions de dollars. Cette somme issue des fonds FIFA Forward et initialement destiné à la FRMF, a été gracieusement mise à la disposition de la FERWAFA. Une grande première et un modèle qu’on aimerait voir plus souvent dupliqué afin d’aider encore plus de fédérations à se mettre au niveau.

 Formation des cadres

La FRMF est aussi active dans la formation des cadres administratifs et techniques. Cette année, elle accueille une délégation venant de Djibouti et composée des futurs gestionnaires de l’académie nationale de football. Cette délégation a fait le déplacement du Royaume pour parfaire sa formation.

Par ailleurs, la FRMF s’est engagée également dans la formation les cadres techniques. C’est ainsi qu’elle a lancé, en mars 2018, la formation au diplôme CAF pro, dont la première session a été ouverte à 4 coaches africains.

Le Maroc…organisateur idéal des événements

Une des forces du Maroc en matière de football réside dans l’organisation de stages d’entraînements et de matchs amicaux. Le Pays du Roi Mohamed VI est donc devenu l’épicentre du football africain comme le voulait la FRMF sur le plan de la coopération internationale. En vue de se préparer pour le CHAN 2018, plusieurs équipes ont posé leurs valises au Maroc. il en est de même de la CAN U20 2021 dont cinq équipes qualifiées se sont préparées au Maroc, notamment le Niger, la Gambie, le Burkina Faso et le Cameroun.

Cette démarche ne concerne pas seulement les sélections A mais aussi toutes les catégories de jeunes qui sont concernées (U20 et U17). Cela permet aux partenaires africains du Maroc de se préparer dans les meilleures conditions et de pouvoir jouer ou s’entrainer au sein du Complexe Mohammed VI de Football.

« On a permis, on permet et on permettra aux équipes nationales africaines de venir au moment qu’elles le souhaitent de passer des stages et de profiter des évolutions technologiques et de la performance qui existe au niveau du Complexe Mohammed VI parce qu’en tout état de cause, la réussite au niveau de notre continent ne peut être que collective et l’évolution ne pourra être que collective », a déclaré Fouzi Lekjaa, Président de la FRMF.

Aussi, les équipes nationales féminines ne sont pas en reste. Ainsi, l’équipe féminine marocaine a reçu le Gabon et le Ghana en 2019, avant d’aller jouer au Libéria et au Ghana en 2020.

 


Articles récents

Un commentaire

  1. très bon article,
    Merci

Comments are closed.