COMMUNIQUE Afrique : vif intérêt des investisseurs étrangers pour l’industrie du jeu en pleine expansion



L’identification du potentiel de croissance est l’un des aspects les plus importants du développement des partenariats B2B2C (qui s’adressent autant aux professionnels qu’aux consommateurs) en région panafricaine, où l’explosion de l’Igaming est  parmi les plus fortes du monde.

Industrie consolidée sur les marchés américains et européens, l’attention se tourne naturellement vers les zones moins développées, mais en plein essor. Pour l’Afrique, même avec ses zones blanches (sans Internet), on envisage une augmentation de + 12 % des paris et jeux en ligne sur 5 ans.          

 VéliServices investit dans PariDirect, avec cet objectif de pleine croissance en cinq ans, sur des pays cibles, dont le Congo (où se situe le siège de PariDirect), le Ghana et le Nigéria.  

Les facteurs de Croissance du marché

Sur ces trois pays, le maillage rapide du réseau Internet mobile, grâce à la compagnie de Télécommunication MTN et à la vulgarisation de l’usage de la Monnaie Mobile (Mo-mo), compense les insuffisances criantes du téléphone fixe.  

Deux autres facteurs font mûrir le marché panafricain pour sa croissance future. 

La démographie au rendez-vous des hautes technologies

60% a moins de 25 ans. C’est le public-cible des téléphonies mobiles, plus courantes grâce au déploiement de la 5G sur tout le continent. Cette génération vénère le football, dont beaucoup de stars viennent d’Afrique, mais s’ouvre à bien d’autres sports.

L’Afrique centrale et occidentale enregistrent une augmentation marquée de leur PIB d’une année sur l’autre. 

Mieux, un projet tel que Starlink, de SpaceX, dirigé par Elon Musk, va fournir une connexion Internet haut débit, grâce à une armada de 42 000 satellites placés en orbite basse d’ici 2027. Depuis février 2018, les satellites sont envoyés en orbite par lots de soixante. 

La réglementation s’assouplit  

La croissance économique associée au maillage internet et mobile intense, à l’accélération de connexions de données abordables et efficaces, incitent les Etats à parier sur les revenus du jeu : quand il est mieux encadré, il contribue aux impôts. Plusieurs pays en font une priorité, comme le Kenya et le Nigeria. La tendance claire est à la tolérance envers l’iGaming.

Les entreprises internationales étendent leurs activités au Congo, Ghana et Nigéria

Congo

Pour Véli Services de Gia Janashvili, PariDirect est un tremplin: l’entreprise vise à construire de meilleurs partenariats B2B2C dans toute la région, enthousiasmée par les opportunités sur le marché panafricain, avec un éventail croissant d’entreprises de Gaming. 

L’approche de ces collaborations doit être personnalisée. Les plates-formes iGaming doivent répondre aux demandes singulières de chaque région. Il n’y a pas de solution unique. 

Le bond en avant des jeux au Ghana

Au Ghana, les activités iGaming sont parmi les plus rentables et les plus dynamiques, avec l’Afrique du Sud et le Kenya.

Depuis 2016, l’industrie accueille de nombreux nouveaux opérateurs étrangers qui sont principalement attirés par de faibles marges, de faibles coûts de licence, des réglementations clémentes et un grand potentiel de recueil d’énormes bénéfices. 

Nigéria

Le Lagos State Lotteries Board (LSLB, Nigéria) a récemment accordé plus de 40 licences. Le conseil améliore le système en favorisant la transparence. 

En 2021, l’industrie a atteint près de 300 millions de dollars en Afrique du Sud et 185 millions de dollars au Nigeria. D’autres connaissent des augmentations similaires : le Ghana et le Congo, mais aussi le Kenya et l’Éthiopie. 

Nouveaux horizons

Les acteurs centraux arrivent en force : Lenovo s’associe à Power League Gaming et lance la Légion Africa Cup, un tournoi présentant les meilleures équipes CS:GO au Kenya, au Nigeria, en Tunisie, au Maroc, en Égypte et en Afrique du Sud.


Articles récents