Afrique Copa Barry : il raconte la violence vécue au Sénégal

Copa Barry, le gardien de la Côte d’Ivoire revient sur les incidents qui ont éclaté au  Stade Sédar Senghor de Dakar contre le Sénégal dans le dernier match qualificatif de la CAN. 

Il reconnait avoir eu très peur…. Voici l’interview qu’il vient d’accorder au site Abidjan.net

– « Franchement, nous avons été bien accueillis à Dakar. On a reçu un accueil des plus chaleureux à l’aéroport. Même s’il y avait beaucoup d’Ivoiriens lors de notre arrivée, la majorité des gens présents étaient Sénégalais. On sentait la joie dans les yeux des gens. Vous savez, nous sommes une équipe avec des stars comme Didier Drogba ou Yaya Touré. C’est toujours un plaisir pour les gens de venir nous admirer. Cela nous a vraiment fait plaisir de recevoir un accueil aussi chaleureux et de voir tant de personnes venues nous acclamer ».

« On n’a vraiment pas vu les choses venir. Les spectateurs ont commencé à lancer des projectiles quelque temps seulement après notre deuxième but. A aucun moment, on a imaginé ce qui est arrivé. On se disait que c’était une façon pour les supporters d’évacuer leur déception et que le calme reviendrait rapidement. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Après cinq minutes d’arrêt de jeu, on a su qu’il serait difficile de reprendre la partie.

– « J’ai eu peur, mais, j’avais plus peur pour nos supporters. Je n’ai pas supporté de les voir sauter des tribunes. On avait des supporters blessés avec des fractures aux pieds et aux bras. Ce sont des images insoutenables. Le football n’est pas la guerre. On ne vient pas au stade pour voir son sang couler. Ça ne donne vraiment pas une bonne image de la jeunesse africaine ».

 

On a difficilement quitté la pelouse. On était obligés de s’abriter derrière les policiers et leurs boucliers. Ce que je déplore, c’est la triste image que ces incidents donnent à l’Afrique. Ce n’est pas seulement le Sénégal qu’on voit mais toute l’Afrique. C’est vraiment dommage, mille fois dommage. On est partis de façon cocasse. On a été embarqués dans plusieurs 4X4 de la police. Ça nous a vraiment fait bizarre de quitter le stade de cette façon, alors qu’on y était arrivés dans un bus en chantant ».


Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports