Afrique Lamouchi : « Nous devons réussir cette Can »

Après la qualification de la Côte d’Ivoire pour la CAN 2013 au dépend du Sénégal, le sélectionneur des Eléphants, Sabri Lamouchi pense déjà à la compétition et revient sur son bilan. Il s’est confié à fif.com.

lamouchis12

Quels sentiments vous animent au lendemain d’une telle qualification. Etes-vous soulagé pour le travail accompli ou bien pensez-vous que le plus dur est à venir ?
 

Je suis à la fois soulagé et conscient que ceci n’est qu’une étape. Une CAN sans la Côte d’Ivoire ne sera pas une CAN. Cela aurait été illogique que la Côte d’Ivoire soit absente de ce rendez-vous de 2013. Rien que pour cela, c’est un soulagement. Maintenant, il me faut quelques semaines pour bien programmer et bien planifier cette CAN où l’on espère que les choses se passeront bien pour nous. Mais pour qu’elles se passent bien, il faut qu’on prépare au mieux. C’est ce qu’on va essayer de faire. Par rapport au match du Sénégal, c’est forcément un soulagement pour nous le staff.

 

La Coupe d’Afrique, c’est dans trois mois. Avez-vous un plan de préparation spécial pour cette CAN ? Croyez-vous aussi que cette fois-ci est la bonne ?
 

Aujourd’hui, je prépare la CAN en Afrique du Sud qui arrive en janvier. Je vais retrouver les joueurs en début d’année et nous irons en regroupement. J’irai en Afrique du Sud la semaine prochaine pour le tirage au sort. Mais d’ici-là, la programmation et la préparation sont importantes. Et nous devons les réussir. Nous avons encore un match amical le mois prochain en Autriche qui nous permettra de voir certaines choses. Mais ça sera la dernière occasion avant la CAN. Donc ça va aller très vite. Voila mon agenda futur.

 

En terme de bilan, vous avez trois victoires et deux nuls pour les cinq matchs que vous avez disputé avec les Eléphants.  A quel niveau vous avez tiré satisfaction ?

 

 La seule frustration que j’ai dans ce bilan que vous faites, parce que je ne suis pas à l’heure du bilan, c’est de ne pas avoir pris deux points supplémentaires au Maroc (ndlr : éliminatoires Mondial 2014). Parce que l’équipe le méritait totalement. Ce qui plait surtout, c’est l’état d’esprit que les joueurs mettent aux séances qu’on leur propose. Ils respectent les consignes qui sont données. Et après, on voit que le football en Afrique est différent de celui de l’Europe.  Je pense notamment au match que nous avons livré contre la Russie. Ce match nous avons eu 57% de possession du ballon ce qui veut dire beaucoup de choses. On s’est crée beaucoup plus d’occasions, on a joué de manière différente. Il faut s’adapter à l’équipe que vous avez en place. Il faut s’adapter au contexte et à l’enjeu. L’objectif n’est pas de se présenter et dire qu’on est le plus fort. L’objectif est d’être l’équipe la plus équilibrée et de jouer sur ses qualités en ayant conscience de ses défauts. Voilà ce que j’essaie d’apporter.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports