Afrique Mondial 2014: Ghana-Egypte, malheureusement un gros doit tomber !

Ils ne rencontrent pas souvent sur l’échiquier continental ni international. Le Ghana et l’Egypte, deux grosses nations du football africain se sont toujours évitées. Mais ce mardi, la confrontation est inévitable. Et elle est cruciale. la première manche d’une place en Coupe du monde l’an prochain se joue.

ghanaegyptSeulement trois confrontations entre les deux nations dans leur histoire. Très peu pour deux équipes qui cumulent 11 titres de champion d’Afrique (7 pour les Pharaons et 4 pour les Black stars). D’ailleurs sur ces trois matchs disputés, difficile de les départager. certes, l’Eypte a fait le plus dur en 2010 en battant le Ghana en finale de la CAN en Angola, mais les hommes de Kwesi Appiah ont pris une sacrée revanche en janvier dernier en préparation de la CAN en Afrique du Sud. Un score lourd de 3-0. Mais avant ces deux matchs, un match nul 2-2 en 2009 toujours en amical.

Abou Treika, Hosni Rabo, Gomaa; l’année ou jamais !

Le Ghana a effectué le meilleur parcours africain lors des deux derniers Mondiaux. Un huitième de finale pour sa première en 200- et stoppé par le Brésil puis un retentissant quart de finale en 2010. La faute seulement à une main vicieuse de Luis Suarez sur sa ligne de but ou plutôt à Asamoah Gyan trop pressé d’aller célébrer ce but très important pour son pays et le continent. Désormais, tout est oublié, les coéquipiers de l’attaquant d’Al Ain veulent repartir pour une troisième phase finale consécutive. Pour cela, le rappel de tous les cadres est un acquis indéniable. Andre Ayew, Sulley Muntari, Michael Essien; les étoiles sont toutes réunies. A l’exception donc de Kevin-Prince Boateng blessé et forfait et même si les fans ne le comprennent pas.

En face, l’Egypte, plus beau palmarès africain, terreur encore une fois depuis une année. Seule formation à engranger 6 victoires en autant de matchs durant ces éliminatoires. La carte de visite est impressionnante. Mais il ne manque qu’une chose: un Mondial qui file sous le nez depuis 1990 (deuxième participation après 1934). Il est trop loin cette participation à la grand’ messe mondiale et surtout qu’une génération de joueurs surdoués devrait raccrocher les crampons dans peu de temps. Mohamed Abou Treika, la référence de réussite d’un footballeur en Afrique, Wael Gomaa, Hosni Rabo ses fidèles lieutenants ne veulent pas laisser filer cette chance. Eux qui ont remporté les trois dernières CAN des pharaons (2006, 2008, 2010).

Sans oublier une nouvelle génération naissante tout aussi talentueuse incarnée par Mohammed Salah, digne successeur de Treika; Mohamed El Nenny, Shikabala, etc.

 

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com