Afrique Football: L’arbitrage africain est-il aussi mauvais ?

A l’issue des matchs aller des barrages du Mondial 2014 sur le continent, l’arbitrage a été l’un des principaux sujets qui divisent encore l’opinion. Mais que vaut véritablement le sifflet africain ?arbitrevire

Janny Sikazwe. Ce nom, les Algériens ne sont pas prêts de l’oublier. Et pour cause, pour les fans des Fennecs, c’est le Zambien qui a été la cause de leur défaite à Ougadougou contre le Burkina Faso. Certes, Sikazwe a sifflé un penalty qui ne devait pas en être un et a oublié un autre sur Sofiane Feghouli. Mais est-il pour autant le seul coupable de la contre-performance de la bande à Halilhodzic ?

Soupçons de corruption, méfiance: les arbitres sont épiés !

Toute cette cavale contre Janny Sikazwe est partie d’un article du journal Le Buteur qui révélait déjà la veille du match que l’officiel était trop proche de certains responsables burkinabés. Ce qui avait alerté les sens de certaines personnes déjà méfiants des officiels. Et ce n’est pas fini. depuis la fin de la semaine dernière, un rapport accablant serait pondu pour que M. Sikazwe soit radié du corps. Doit-on en arriver là ?

Personne n’aurait parié que Koman Coulibaly tiendrait aussi bien sa place lors du match Tunisie-Cameroun. La raison est simple. Après sa désignation, les médias tunisiens ont révélé des soupçons de corruption de l’arbitre malien impliquant par ailleurs leur ministre des Sports.

Au Togo, les arbitres sont les premiers doigtés depuis plusieurs mois. Le championnat local est devenu un champ de bataille où les supporteurs s’affrontent, envoyant chaque week-end de nombreux fans aux urgences des hôpitaux. Nouvelle illustration le week-end écoulé. Et quand il faut désigner un responsable, les hommes en noir sont souvent doigtés comme ceux qui déclenchent la furie du public par leur partialité ou encore des prises de décision très hasardeuse.

Doit-on aller vers l’arbitrage à 5 ou la vidéo sur le continent ?arbitrage-à-5

Le métier d’arbitre devient un métier à risques. Une sortie peut mettre en péril votre carrière voire votre vie. A t-on oublié que ce ne sont que des hommes et qu’ils ont droit à l’erreur par moment. Oui, l’homme en noir du match Ethiopie-Nigéria n’a pas accordé un but aux Antilopes en première période et malgré de nombreux ralentis télé, il est toujours difficile de voir si le ballon a véritablement franchi la ligne ou pas. Oui ce même arbitre a validé le centre d’Assefa comme ayant franchi la ligne d’Enyeama et pourtant, malin est celui qui pourra dire avec exactitude si le cuir était bien rentré dans les buts.

Le week-end écoulé encore, les arbitres des rencontres TP Mazembe -Stade Malien ou encore Al Ahly – Coton Sport ont été repris en direct par les commentaires comme ayant oublié des fautes dans les surfaces de réparations des différentes équipes. Autant d’actions litigieuses et de propos des acteurs qui mettent toujours en cause le sifflet africain qui est déjà étiqueté partout. Une situation qui tourne parfois au ridicule et à l’extrémisme entre fils d’un même continent comme ce fut le cas sur des commentaires lâchés sur le match Burkina Faso – Algérie.

arbitrestageJouer Messieurs !

Le constat est pourtant le même sur les autres continents. Les nombreux griefs portés contre les arbitres a obligé l’UEFA (Union des Associations de football d’Europe) a opté pour le sifflet à 5. Mais difficile de dire si les matchs de Ligue des champions ou d’Europa league échappent à ces hommes en noir postés derrières les cages des équipes.

Depuis cette saison, la Premier league utilise la vidéo pour déterminer si un ballon a franchi la ligne ou pas. Pour l’instant, tout va bien. Mais en sera t-il de même lorsqu’un arbitre estimera qu’un tacle n’est pas très appuyé et ne brandira pas de carton, si les ralentis montrent plus tard le contraire ? D’ailleurs, les instances comme la CAF ou encore la FIFA ont-ils hésité à sanctionner des arbitres jugés moyens sur des matchs?

D’où nous préférons retenir cette phrase de Jonathan Pitroipa, milieu de terrain burkinabé interrogé sur la prestation tant décriée de l’arbitre du match contre l’Algérie sur Burkina 24«Je pense qu’il faut jouer au foot avant tout pour faire plaisir à nos supporters et aussi pour gagner dans le fair-play. Le football est un jeu de fair-play qui réunit les nations et, en l’occurrence, dégagera les meilleurs représentants de l’Afrique à la Coupe du monde ».

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com