Angleterre Sotchi 2014 : Le patineur Nick Buckland condamné à compétir avec une clé USB sous la peau

Nick Buckland participera bel et bien aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi mais avec une clé USB greffée sous son torse ! Sinon…

2012 ISU World Figure Skating Championships - Day ThreeLa cause ? En 2010, lors d’un entraînement aux JO de Vancouver, ce membre de l’équipe britannique de patinage artistique a découvert qu’il souffrait de tachycardie. Comme en témoigne son propre témoignage.

« Le lendemain matin de la cérémonie d’ouverture, et alors que je patinais, mon cœur s’est emballé, et impossible de baisser mon pouls » a-t-il raconté à la BBC. « C’était comme si mon cœur sortait de ma poitrine, et même mon entraîneur n’en croyait pas ses yeux. Ils m’ont sorti de la patinoire, m’ont allongé pendant une demi-heure, et ce n’est qu’à partir de là que ça s’est calmé », a-t-il poursuivi.

Treizième aux derniers Championnats du Monde en compagnie de sa partenaire Penny Commes, Buckland découvre alors que son rythme cardiaque peut monter à 270 voire 280 pulsations par minute ! C’est évidemment très dangereux, et peut même causer la mort dans les cas plus graves.

Pour détecter ce qui provoquait cette arythmie, les médecins lui ont d’abord greffé une clé USB sous la peau, capable d’enregistrer les battements de son cœur, et ainsi de tenter de déterminer l’origine de ses troubles.

Quel est ce putain de nerf ?

Puis, lors d’une opération, sans anesthésie générale, ils lui ont injecté de l’adrénaline pour accélérer le rythme cardiaque, et découvrir ce qui clochait.

« C’était bizarre » se souvient-il. « J’étais conscient, et je parlais avec les chirurgiens alors qu’ils faisaient plein de choses à l’intérieur de moi. Ils ont alors découvert que c’était un nerf qui causait une sorte de court-circuit. Ils l’ont alors brûlé, et depuis tout va bien. C’est un grand soulagement pour moi car je peux désormais patiner sans avoir cette angoisse en tête. »

Sauf que jusqu’après les JO de Sotchi, le danseur sur glace doit encore conserver cette clé USB sous la peau, et il la portera d’ailleurs cette semaine pour les Championnats de Grande-Bretagne. Et c’est très encombrant.

« Ce n’est pas très beau, et c’est même vraiment dégoûtant. Je peux la bouger sous ma peau… »

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports