Afrique Sofiane Boufal: « une grosse erreur » d’avoir choisi le Maroc

boufmaroc

Voilà qui ne devrait pas arranger la cote de Sofiane Boufal au Maroc. dans un entretien à France football, le milieu de terrain de Lille regrette avoir dit oui à la sélection entrainée par Badou Zaki. Pour lui, son avenir international passe par l’équipe de France.

« J’ai très mal géré cet épisode-là Je suis encore jeune, je viens de commencer dans ce milieu, j’ai fait une grosse erreur. Après, c’était trop tard. Je ne voulais pas faire de choix entre l’équipe de France et l’équipe du Maroc, j’ai été trop gentil, et je n’ai pas dit ce que je pensais vraiment. Le problème, c’est qu’au Maroc, ça s’est alimenté, alimenté. Au bout d’un mois, j’étais pris dans un tourbillon médiatique, je ne savais plus quoi faire. Maintenant, ça va, j’ai réussi à gérer tout ça, mais au début, beaucoup de gens m’ont insulté et souhaité du mal. Ce n’est pas comme si j’avais dix ou quinze ans de carrière. Je suis jeune, j’essaie de faire de mon mieux, mais, parfois, on peut se tromper. On peut faire n’importe quoi au niveau de la communication, et c’est ce que j’ai fait, malheureusement ».

En juin dernier, Boufal dit oui aux Lions de l’Atlas et répond à une première convocation. Mais à la dernière minute, une blessure l’empêche d’affronter la Libye dans les éliminatoires de la CAN 2017. Puis par la suite, l’ancien Angevin est convoqué mais ne répond plus. Il évoque toujours une raison. Cette fois, il affiche clairement ses objectifs. « Clairefontaine, j’en suis encore très très loin. Je m’en suis rapproché ces dernières semaines, je sais qu’on commençait à parler de moi en équipe de France, mais la route est encore longue. A moi d’être bon avec Lille, le reste viendra tout seul. Je ne vais pas mentir, les Bleus, c’est un de mes objectifs mais pour l’instant, on avance étape par étape. Je ne préfère pas trop en parler, le garder pour moi, sinon on va encore dire que je suis arrogant. Je ne veux pas qu’on croit que je pense à l’équipe de France plutôt que de penser à Lille, parce que ce n’est pas vrai. Les Bleus, je les mets dans un coin de ma tête et il arrivera ce qui arrivera« , confie t-il dans l’hebdomadaire français.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com