Uncategorised [exclu] Daré Nibombé: « cette élimination n’est qu’une suite logique des problèmes »

darenibom

Figure importante des Eperviers du Togo ces 10 dernières années, Daré Nibombé a depuis les éliminatoires de la CAN 2015 pris ses distances avec la sélection. Mais il resté très collé à l’actualité des rapaces d’Afrique de l’Ouest.

Après l’élimination du Togo des qualifications pour le Mondial 2018, nous lui avons donné la parole pour son analyse de la situation actuelle autour de l’équipe nationale.

Ne pas voir le Togo se qualifier pour le tour suivant des éliminatoires du Mondial 2018. Etait-ce vraiment une surprise ? 

Non, cette élimination n’est que la suite logique quand on sait déjà les problèmes qui minent cette équipe. L’adversaire était pourtant modeste et les dernières confrontations entre nous ont tourné à notre avantage. Sans avoir joué, personne ne pouvait s’imaginer l’issue qu’on connaît aujourd’hui. Il ne sert plus à rien de rappeler que nous sommes toujours dans l’impréparation, l’amateurisme et dans la division autour de cette équipe.

Le sélectionneur Tom Saintfiet est désormais désigné comme l’unique responsable. Sa démission est réclamée par la presse et le public. Vous êtes du même avis ? 

L’unique responsable? Je ne crois pas. En réagissant ainsi, je pense que tout  le monde se cache pour désigner la cible la plus facile à abattre. Qu’est ce qu’on peut attendre de lui quand les joueurs locaux pendant un an n’ont plus joué un match de foot et n’ont pris que deux semaines pour préparer une rencontre internationale? Ou encore qu’il n’a jamais disposé de son effectif au complet depuis qu’il est à la tête de cette équipe? Revenant sur ses choix tactiques, techniques, il est le seul à les défendre et nous à les contester même si parfois les choix sélectifs relève de la pure fantaisie et de la magie.

Pour moi, le faire partir ne serait pas la bonne solution car hier ce sont les compétences de Didier Six et Tchakala Tchanile qui étaient remises en cause. Aujourd’hui, c’est Tom Saintfiet et le tout en 24 mois, alors notre problème est ailleurs.

Avant le match retour, il y a eu des défections de certains joueurs pour des raisons à eux, comment jugez-vous ça ?

Il n’y a pas de mots pour décrire un tel comportement. C’est simplement inadmissible. Ce sont quelque part des signes de fragilité et un manque de respect pour les couleurs nationales que ces 3 joueurs prétendent défendre. Croyez-moi. Ils savent que ses agissements seront sans conséquences. Dans une équipe nationale normale, une sanction disciplinaire s’impose, on attend la suite…

Quelle est la part de responsabilité des joueurs dans cet échec ?

Pour moi, les joueurs portent plus de la moitié des charges de cette élimination car quelque soit le choix, la mise en place technique et tactique, ce sont eux qui animent sur le terrain. L’état d’esprit doit changer une fois sur le terrain et tous les problèmes d’avant match passent au second plan, ils doivent comprendre qu’on les jugera sur leur performance individuelle et collective et non sur les problèmes qui minent l’équipe. Telle a été notre force pendant la campagne 2005-06 (ndlr : Le Togo s’est qualifié pour la CAN et la Coupe du monde en cette année).

Ceux qui sont conscients se sont déjà excusés publiquement juste après le match d’avoir failli à leur mission, d’autres ont préféré indexé la presse comme si c’était la presse qui était responsable de leur défaites. Et le pire, ceux qui ont abdiqué avant l’opération Entebbe, prétextant qu’ils sont blessés ou encore saturés par les mêmes problèmes qui existent depuis bientôt 10 ans de vie en sélection. Pourtant, c’est à ces supposés cadres qui viennent en sélection à mi-temps qu’Adébayor est allé remonter les bretelles  à la mi-temps du match aller (rires). 

Justement, cette intervention d’Emmanuel Adebayor à la mi-temps, aurait provoqué la colère de certains joueurs. Vous comprenez ça ? 

Personnellement, je ne trouve pas où se situe le problème quand un joueur de son rang, de son expérience descend dans les vestiaires pour faire des remontrances à la mi-temps d’un match. Mais je comprends aussi que son leadership soit contesté dans la mesure où dans ces dernières périodes, il n’a pas montré assez de bon exemple pour pouvoir en demander aux autres. Sheyi doit savoir que c’est difficile de convaincre des gars qui pour eux venir en sélection est un moment de divertissement que de venir mouiller le maillot.

Vous aurez  pu constater que ceux qui se rebellent contre ses interventions ou ses propos à la mi-temps de ce match sont ces supposés cadres qui jouent à la carte avec leur propre destin et celui de tout peuple oubliant qu’ils sont les premiers bénéficiaires de la bonne performance de l’équipe.

D’après vous, qu’est ce qui ne va pas véritablement au sein de cette sélection togolaise ? 

Selon moi, l’équipe est à la recherche d’une identité perdue, sans cadres ni dirigeants pour les orienter. Elle a aussi perdu dans sa vertu, ses ambitions et sa valeur représentative. Pour illustrer tout ça, je vais m’attarder sur les faits et les réactions des acteurs par rapport aux derniers matchs. Comment est- ce que les joueurs d’une équipe peuvent se justifier publiquement le fait qu’un soit titulaire ou pas dans son club, ou encore malgré sa jeune carrière internationale, Mathieu Dossevi arrive à déduire que Gakpe arrive souvent blessé et Akakpo repart blessé en club ?

On ne peut pas passer sous silence le manque de potentialité, de niveau de certains joueurs à cet échelon et la figuration que font certains cadres dont on attend beaucoup plus pour relever le niveau de cette équipe. Ensuite, les problèmes extra-sportifs commencent à user et à hanter certains. Bref, on a du pain sur la planche ….. Agassa, Adebayor, Romao, Akakpo doivent reprendre le flambeau, prendre plus leur responsabilité pour mieux solutionner les problèmes de l’équipe.

Désormais, le Togo n’a que les éliminatoires de la CAN 2017. Que faire pour ne pas rater cette chance de se qualifier ? 

Pour avoir quitté le nid il y a peu, on se contente de pas beaucoup de choses pour se remonter le moral et aller faire des résultats partout. Maintenant, il faut trouver cet équilibre dans 3 mois entre les acteurs, la fédération et le pouvoir exécutif et le reste suivra. On ne peut pas se permettre de louper 2 CAN de suite après avoir atteint les quarts il y a bientôt 3 ans.  

Enfin, comment se passent vos cours pour obtenir les diplômes d’entraineur ?

J’apprends, je prends aussi plaisir à le faire, mais chemin est encore long.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com