Afrique Mondial 2018: Avec l’Algérie, Milovan Rajevac veut faire mieux que le Ghana

rajevac

L’ère Milovan Rajevac commence. Arrivé à Alger mercredi, le nouveau sélectionneur des Fennecs d’Algérie a animé sa première conférence de presse ce jeudi. La qualification pour la CAN 2017 dans la poche, le technicien serbe de 62 ans, très motivé par ce nouveau challenge, aura la lourde tâche de qualifier les Verts pour le Mondial 2018. Avec le Cameroun, le Nigéria et la Zambie comme adversaires, le challenge est bien relevé. Milovan Rajevac a estimé qu’il avait l’expérience nécessaire pour réussir dans sa mission avec les Verts, et espère « faire mieux que la cinquième place décrochée avec le Ghana lors du Mondial-2010 ».

« J’ai déjà vécu deux expériences en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde avec le Ghana en 2010, et je peux dire qu’un Mondial est toujours plus séduisant. Avec le Ghana j’ai terminé le tournoi de 2010 à la cinquième place et je veux faire mieux avec la sélection algérienne lors du prochain Mondial », a déclaré Milovan Rajevac lors de sa première conférence de presse depuis sa nomination à la tête de la sélection algérienne en juin dernier.

Le Serbe semble avoir la recette pour réussir avec les Fennecs. « J’estime que nous avons les moyens de réussir de bonnes choses avec la sélection algérienne. J’ai vu jouer cette équipe lors du Mondial-2014, je l’ai même supportée face à l’Allemagne (1/8 de finale, ndlr) et je peux dire qu’elle a manqué de petites choses pour se qualifier, je pense notamment à la fraîcheur physique qui lui a fait défaut ce jour-là », a-t-il ajouté.

L’ancien sélectionneur du Ghana et du Qatar aura la mission de mener l’Algérie au moins à une place de demi-finaliste à la CAN-2017 et à une qualification en Coupe du monde-2018 en Russie. Au 3e et dernier tour qualificatif de la Coupe du monde 2018, l’Algérie évoluera dans le groupe B en compagnie du Nigeria, de la Zambie et du Cameroun.

« Il est clair qu’il s’agit du groupe de la mort. Chacune des quatre sélections aspire à se qualifier, et à l’arrivée, il n’y aura qu’une seule à faire le voyage en Russie. On fera en sorte bien sûr que ce soit la nôtre, mais la mission sera très difficile, » a reconnu le technicien serbe.

Reste à savoir, quelles solutions, va apporter Milovan Rajevac pour sécuriser la défense sans brider le potentiel offensif, véritable point fort de l’Algérie. « J’ai une idée sur l’effectif actuel. J’ai aussi visionné plusieurs matchs de la sélection algérienne. Le temps presse et on doit redoubler d’efforts pour être prêts pour le début des éliminatoires. Le match contre le Lesotho, pour le compte des éliminatoires de la CAN-2017, sera bénéfique pour moi afin de faire une meilleure prise de contact avec les joueurs », a ajouté le successeur de Christian Gourcuff.

L’Algérie, déjà qualifiée pour la CAN-2017, disputera un match sans enjeu contre le Lesotho début septembre prochain. Cette rencontre pourrait être la seule des coéquipiers de Yacine Brahimi avant d’affronter le Cameroun le mois suivant, a fait savoir encore le sélectionneur national.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com