Football Wilfried Bony : Les confidences de l’Ivoirien sur son avenir

Jacques PEKEMSI




Wilfried Bony refait surface. Loin des projecteurs depuis un moment, l’international ivoirien se prépare à relancer sa carrière actuellement au ralenti. A 32 ans, l’ancien joueur de Manchester City ne songe pas à la retraite pour le moment malgré un mercato difficile.

Libre de tout contrat depuis la fin de son aventure en octobre 2020 avec Al Ittihad (Arabie Saoudite), l’attaquant espère trouver un club cet été. En attendant, le joueur de 32 ans, s’entraîne avec Newport County, pensionnaire de League Two (équivalent de National 2) depuis la reprise en attendant de trouver un nouveau club.

«Je m’entraîne avec Newport, déjà, j’ai cette chance là. Beaucoup s’entraînent seul, c’est encore plus compliqué. Il faut vraiment se motiver, sinon tu n’as même pas envie de te lever… Personnellement, mon objectif est de trouver un bon projet, dans un club qui me fera confiance et où je pourrai m’épanouir. À partir de là, la moindre des choses en retour est de savoir être sérieux en amont, de travailler sans relâche pour être prêt lorsque l’occasion se présentera», a confié le buteur ivoirien à Footmercato.

Malgré ses huit mois de chômage, l’ancien joueur de Swansea reste déterminé à revenir au premier plan. Et l’atout principal reste la motivation.

«Je suis toujours motivé. Le jour où je perds ça, le jour où je n’ai plus faim, j’arrêterai. J’ai toujours envie de jouer, de gagner… On se tient prêt, ça peut se décanter à tout moment, ça peut venir à tout moment. Il faut prendre ça de la bonne manière. Mais ce n’est pas facile. Personne n’aime être libre», ajoute l’Éléphant.

Plusieurs propositions

Wilfried Bony intéresse plusieurs clubs selon ses propres confidences. Mais il veut jouer la carte de la prudence.

 «Il faut être patient, surtout qu’avec le coronavirus, c’est totalement différent. Le mercato est très lent… J’ai des touches en Turquie surtout, en Autriche et quelques pays autour. Il y a aussi eu des approches en Corée du Sud et même en Australie. On est en discussion avec des gens là-bas. On discute pour voir ce qu’il serait possible de faire. L’Australie et la Corée du Sud peuvent me plaire. On cible aussi ces zones-là, par rapport à la Ligue des Champions asiatique, pour se donner aussi d’autres objectifs au cours de la saison» a-t-il révélé au média français.


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *