CAN Féminine 2022 [CAN 2022]-Desiree Ellis (Coach Af. du Sud) : « Gagner le premier match est toujours important pour bien commencer le tournoi »



Desiree Ellis est très contente de ses joueuses après leur victoire contre le Nigéria. La sélectionneuse Sud-Africaine satisfaite de ce résultat, admet cependant qu’il reste du chemin à faire dans cette compétition avant de remporter le trophée.

 

ATS-Journaliste : Comment jugez-vous ce premier match?

Desiree Ellis: Comme je l’ai dit le premier match était toujours le plus important, nous savions que nous devions de bien commencer le tournoi pour nous donner une certaine confiance et là je pense que l’équipe a très bien exécuté le plan mais dans l’ensemble on a bien joué, on a donc maintenant 3 points dès le premier jour c’et très encourageant et on va continuer.

ATS-Journaliste : Vos joueuses sont peut-être moins affutées que les Nigérianes et pourtant elles ont fait preuve de plus d’agressivité, c’était finalement la clé du match ?

Desiree Ellis : Nous savions que nous pourrions pas jouer au même niveau physique qu’eux donc on a décidé de déplacer nos balles très vite de faire des passes très vite et de rester concentré sur l’arrière parce que c’est là les points forts du Nigeria, il fallait rester concentré sur tout le match, on a bien contrôlé le tempo, le match, c’est ça qui a fait qu’on a pu marquer nos buts, on savait que physiquement elles étaient plus fortes que nous, et c’est pour ça qu’on a joué à cette stratégie, toutes les joueuses aujourd’hui étaient très bonnes !

ATS-Journaliste :- vous ave pu battre un adversaire connu, mais le Burundi c’était la première fois dans cette compétition ils peuvent jouer la surprise?

Desiree Ellis : Nous allions sous estimer personne, le Sénégal a battu l’Ouganda, j’ai vu les matches, sous estimer un adversaire c’est le faire à ses propres périls, il faut s’assurer de bien nous préparer ensuite c’est aux joueuses d’exécuter le plan, si vous sous estimez vous essayez de rattraper le temps perdu, c’était un match très difficile ça aurait pu aller dans les deux sens, il a fallu qu’on monte en vitesse, mais il faut que nous puissions être consistante, cette victoire c’est pour tout le personnel au pays qui a fait le travail. Nous connaissons la situation en Afrique du sud et cette victoire vous est dédiée

ATS-Journaliste :  – Importance de cette victoire et de ce qui s’set passé en 2018

Desiree Ellis : Nous sommes réunis avant même l’entrainement, l’objectif c’est de gagner la can et de se qualifier en coupe du monde. On sait ce qui s’est passé en 2018 mais là on a beaucoup muri, les joueuses sont montées au créneau, elles ont fait la différence, elles ont eu beaucoup de versatilité, et nous l’avons déployé, nous avons même changé de formation, quand le Nigeria a marqué un but, on a presque perdu le court du match mais on a réussi à revenir

ATS-Journaliste :  – vous parliez de la versatilité et de ces deux buts, comment vous voyez vos joueuses qui ont su réalise votre plan?

Desiree Ellis : Quand on regarde en arrière le match contre le canada, les nigérianes ont bien joué, on est allé au front quand on voulait, on a pu essayer de les forcer de jouer des balles longues nous savions que si nous mettions la pression, elles allaient faire des erreurs, on a joué sur les axes, et le plan a été parfaitement exécuté mais il nous reste du boulot

ATS-Journaliste :  – Vous avez amené des améliorations depuis 2016, comment arrivez vous à développer cette équipe, comment restez concentré sur la suite?

Desiree Ellis : Ecoutez quand nous faisons entrer des joueuses, on ne change pas notre style de jeu, nous mettons un standard, notamment les joueuses seniors qui ont l’expérience à l’étranger, nous faisons les mêmes choses pour donner un ADN à notre équipe. Nous devons resté fidèles à qui nous sommes, mettre en place nos automatismes et s’assurer que les filles soient en parfaite conditions physique et créer la cohésion entre elles. Quand on a commencé la formation, il y a eu des gens qui sont venus par la suite, et on a du se dire ce qu’on voulait achever, ce qu’on voulait atteindre, il faut rester concentré sur la tache qu’on a devant nous, pour s’assurer qu’on est à point, on ne doit pas se reposer sur nos lauriers et continuer à travailler.

Dounia Mesli Journaliste-Reporter Africa Top Sports


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.