Afrique Gabriel Améyi: le président de la fédé togolaise accusé d’avoir saboté un match des Eperviers

ameyiii (Copier)

Gabriel Améyi de nouveau au cœur d’accusations très graves. Plus d’un an après, le match Togo-Cameroun comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 reste au travers de la gorge des supporters des Eperviers et en particulier d’un homme. Tata Avléssi, l’ex président de la FTF (Fédération togolaise de football) n’hésite pas à accuser son successeur d’avoir saboté la rencontre.

Rappel des faits. Le 09 juin 2013, le Togo affrontait et bat à Lomé le Cameroun (2-0). Cette victoire devait relancer les Eperviers dans leur groupe de qualifications et enfoncer les Lions indomptables jusque-là à la peine. Sauf que coup de théâtre quelques semaines plus tard. Le Togo se voit retirer les trois points du match pour avoir utilisé Alaixys Romao alors que ce dernier était suspendu pour accumulations de cartons jaunes.

Améyi savait tout !

La FTF avait reconnu son erreur par manque d’attention. C’est vrai que l’équipe du Togo n’a pas cherché à établir l’éligibilité du jour avant de l’aligner », expliquait Toussa Komi Gabriel, membre de la Fédération togolaise de football (FTF), sur la BBC. Pour Tata Avléssi, Gabriel Améyi était au courant de la sanction de Romao mais a tout simplement voulu compromettre la qualification du Togo. « Vous avez sciemment fait disqualifier le Togo des dernières éliminatoires de la Coupe du Monde au profit du Cameroun malgré la brillante victoire des Eperviers à Lomé« , mentionne dans une lettre ouverte le président de l’US Masséda.

Celui qui avait été accusé en 2007 de corruption d’arbitre lors de la CAN des cadets puis blanchi par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) poursuit:  » Alors que le joueur Alaixys Romao n’était pas qualifié pour cumul de carton, vous avez insisté et fait jouer ce dernier pour des raisons qui vous sont propres, sabotant ainsi les chances de qualification du Togo pour une deuxième coupe du monde malgré les moyens déployés par le gouvernement pour la préparation de cette compétition« .

Ce n’est pas la première fois que Gabriel Améyi est accusé d’avoir saboté cette rencontre. Mais jusque-là, aucune preuve véritable de l’implication du président de Maranatha dans cette affaire. Tata Avléssi dénonce également dans sa missive une gestion scabreuse et cavalière de M. Améyi à la FTF, ceci à 4 mois des prochaines élections à la tête de l’instance nationale.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com