Basket-Ball [Exclu] Itw avec Amida Brimah:  » Etre comme Hakeem Olajuwon »

brimah (Copier)

A un peu moins d’un mois de la reprise du championnat NCAA de basket, Africa Top Sports s’est entretenu avec Amida Brimah. Le pivot ghanéen, grand espoir du basket, a été promu capitaine de l’équipe de l’Université de Connecticut, championne en titre. Interview.

Amida, tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis originaire du Ghana. A 16 ans je suis venu aux Etats-Unis avec mes parents. A l’époque je jouais au football, mais une fois ici, on m’a conseillé de faire de basket. J’ai essayé et cela m’a plu, j’ai alors intégré le programme de basket de mon école. A sa fermeture, je suis allé dans une autre école. A force de travailler, j’ai progressé et j’ai commencé à accumuler du temps de jeu et les choses sont devenues sérieuses. J’ai encore une fois changé d’école, puis UConn est venu vers moi et m’a proposé d’intégrer l’équipe. J’ai répondu positivement à leur offre même si je n’étais alors pas connu. J’ai travaillé dur avec eux, et le travail à payer…

Et vous avez été champion NCAA, la saison passée. Qu’est-ce que ce titre représente pour vous ?

J’en suis fier, et heureux. Cependant, ce n’est pas un aboutissement, il y a d’autres objectifs désormais. C’était un but que l’on s’était donné, on a travaillé très dur pour et ce fut une réussite. Je suis surtout content de la manière dont cela s’est passé, avec une saison où l’on a vraiment dominé. Maintenant, il faut aller plus loin.

Le mois prochain commence la nouvelle saison, votre deuxième sous le maillot d’UConn, quelles sont vos attentes ?

On va travailler dur pour encore progresser. On va essayer d’être plus dur en défense notamment. D’un point de vue personnel, j’espère pouvoir m’imposer un peu plus au sein de cette équipe. Je vais travailler très dur, et cela se passera comme il le faut.

Cette saison, vous êtes également le capitaine de l’équipe. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Je suis content. On me donne des responsabilités au sein de cette équipe, et je les prends avec plaisir. A moi d’être un exemple et de bien représenter mes coéquipiers.

Personnellement, vous êtes l’un des grands espoirs du basket, comment le vivez-vous ?

Je ne fais pas vraiment attention à ce qu’il se dit. Je préfère me concentrer sur le jeu. C’est à moi de travailler dur, et de prouver ma juste valeur sur le terrain.

Est-ce que vous pensez déjà à la NBA ?

Bien sur, presque tout le monde en NCAA y pense. L’année dernière à mon arrivée, ce n’était pas trop le cas, mais avec ce qui a été accompli, désormais, j’y pense. Seul le travail peut y mener, c’est donc à moi de continuer sur cette voie pour espérer en être.

459542787MH00057_UConn_v_Io

Quel est votre modèle ?

J’en ai trois : Dikembe Mutombo, Hakeem Olajuwon et Kevin Garnett. J’aime la manière dont Hakeem jouait, avec ses mouvements et son style de jeu. Sa défense est un modèle, et je m’en inspire. Mon objectif est de pouvoir jouer  comme lui. Pour Garnett, c’était plutôt sa passion pour le jeu qui m’inspire. Il joue dur, de manière intense, sans calculer, c’est un passionné. Ces joueurs ont marqué l’histoire du jeu.

Le Ghana n’est pas un pays de basket, comment l’expliquez-vous et qu’espérez-vous pour le futur ?

Au Ghana, on a quelques bons joueurs, pas assez certes, mais il y en a. On pourrait en avoir plus, mais les gens ne pensent qu’au football. Il faudrait arriver à pousser plus de gens vers le basket, et alors un développement intéressant pourrait suivre.

Est-ce que vous vous considérez comme un modèle au Ghana ?

C’est un de mes principaux objectifs. J’essaye de travailler le plus dur possible, pour pouvoir jouer au plus haut-niveau possible et donner une visibilité au basket au Ghana.

Actuellement, le basket africain progresse petit à petit. Quelle différence persiste entre l’Afrique et les autres continents ?

Les autres continents sont mieux organisés. Ils ont également plus d’argent, grâce aux associations et sponsors qui suivent financièrement. En Afrique, ces moyens ne sont concentrés que sur un sport : le football, et il devient alors difficile pour les autres sports de se développer.